Le Guatemala

Le Guatemala
Nous commençons la visite du Guatemala par le site archéologique Maya de Yaxha qui se trouve près d’un lac en pleine jungle, lui donnant un charme particulier. Durant la visite, nous voyons des singes araignées, des toucans, un pic, des coatis mais aussi des singes hurleurs, ceux là même qui la nuit précédente nous ont tenus réveillés par leurs vocalises d’une intensité étonnante ressemblant parfois à de forts aboiements, parfois à de longs rugissements rauques.

L’accompagnement sonore dans les aigus est effectué par les jolies cigales locales appellées ici Chicharras.

IMG_1394 IMG_1401 IMG_1404 DSCN1425 DSCN1427 DSCN1433 DSCN1439 DSCN1448 IMG_1327 IMG_1337 IMG_1375
Après une nuit au bord du lac de Peten Itza

IMG_1416 IMG_1424 DSCN1469

nous visitons ce qui fut la plus grande cité Maya du nom de Tikal elle aussi nichée dans la jungle. Ce site a été occupé de 800 avant JC jusqu’à 900 après JC et la ville s’étendait sur 65 km². Nous parcourons pendant plus de 3 heures les chemins reliant les dizaines de vestiges inégalement restaurés et cotoyons à nouveau cette flore resplendissante, ici aussi occupée par la même faune qu’à Yaxha avec en prime dindons ocellés et renards.

DSCN1470 IMG_1438 IMG_1442 IMG_1479 IMG_1518 IMG_1529 DSCN1473 DSCN1488 DSCN1490 DSCN1495 DSCN1496
La ville de Flores, elle aussi au bord du lac de Peten Itza, a son centre sur une île, et comme toutes les petites villes du Guatemala, elle est inlassablement sillonnée par des centaines de Taxis « Tuc-tuc ».

DSCN1514 DSCN1503 DSCN1508
Rio Dulce est un port sur le lac de Isabal, à l’entrée du canyon qui le relie à travers la jungle à la mer Caraïbe. Nous nous y arrêtons pour une nuit sur le parking d’un hôtel luxueux, Françoise ayant besoin de repos car elle a déclenché le « Chikungunya ».

DSCN1517
La belle route pour se rendre à Lanquin se transforme soudainement et sans avertissement en une piste qui grimpe dans la montagne, par endroit défoncée à cause des fortes pluies qui s’étaient abattues 2 jours avant notre passage. En chemin nous prenons un homme en stop, il nous propose d’aller bivouaquer à côté de chez sa fille institutrice qui s’avère habiter en pleine montagne au bord d’un petit chemin où nous réussissons à nous garer. Toute la famille, dont de nombreux gamins, est heureuse de pouvoir visiter Vagabond, mais la communication avec certains est difficile car leur dialecte est ici le »quetchi » et tous ne parlent pas Espagnol.

DSCN1526 DSCN1519 DSCN1521 DSCN1522
Près de Lanquin, nous allons visiter le joli site des cascades de Semuc Champey. La montée à pieds jusqu’au mirador qui permet une vue d’ensemble s’avère éprouvante pour Françoise car elle est fievreuse et ses articulations sont douloureuses. De retour près de l’eau la baignade a été appréciée.

DSCN1546 DSCN1533 DSCN1536 DSCN1539 DSCN1540
La moyenne montagne est très cultivée même sur des terrains très pentus qui ont été défrichés pour la culture du maïs, causant des problèmes de ravinement de terrain. Les parcelles moins inclinées sont plantées de quantité de tomates, brocolis, choux et carottes. En passant à côté de ramasseurs de carottes nous sommes interpellés. Nous nous arrêtons pensant qu’ils voulaient nous en vendre et avons la surprise de nous en voir offrir 2 kilos.

DSCN1652 DSCN1584 DSCN1585 DSCN1590
Nous traversons Guatemala City, la capitale, où le trafic est dense et rapide. Le code de la route semble ici briller par son inexistance et les magnifiques autobus sont parmi les plus véloces. 35 km plus loin nous arrivons à Antigua, l’ancienne capitale, nichée au pied de trois volcans dont un « Fuegos » est toujours en activité. Cette ville a été plusieurs fois détruite par des tremblements de terre et en porte toujours de nombreuses séquelles, les édifices en ruine cotoyant les petites maisons reconstruites le long de ses rues pavées.

DSCN1579 DSCN1554 DSCN1555 DSCN1559 DSCN1560 DSCN1563 DSCN1568 DSCN1570
Le lac de Atitlan est lui aussi entouré de 3 volcans et de nombreux villages le bordent.

DSCN1592 DSCN1591

Nous nous installons à Panajachel et partons en « lanchas »(barque à moteur) pour visiter 3 d’entre eux. La spécialité de San Juan La Laguna est le tissage que de nombreuses femmes rassemblées en coopératives exécutent. Nous assistons à une démonstration du filage, de la teinture naturelle à partir de plantes et d’eau de bananier servant de fixateur, puis du tissage le tout effectué à la main sans aucune mécanisation.

DSCN1611
A San Pedro la laguna, nous allons voir une plantation de café puis une installation où les grains sont séparés de l’enveloppe puis après 8 h de fermentation sont lavés, triés puis séchés au soleil prêts à l’exportation.

DSCN1623 DSCN1620 DSCN1621
A Santiago Atitlan, outre sa jolie église, la curiosité s’appelle « Maximon », il s’agit d’une statue en bois effigie d’une »divinitée » Maya qui est hébergée pour un an chez un habitant chargé de la surveiller…et de recevoir des offrandes parmi lesquelles les cigares et le rhum sont appréciés!! D’ailleurs Maximon lui même est affligé d’un gros cigare.

DSCN1639 DSCN1661 DSCN1637
Après ces villages de bord de lac nous prenons un autobus local pour aller à Solola par une route sinueuse et en forte pente (500 m de dénivelé en seulement 7 km) car c’est jour de marché.

DSCN1602 DSCN1599 DSCN1601

Dans ces montagnes Guatemaltèques, les femmes sont toutes joliment vêtues de façon traditionnelle.

DSCN1647 DSCN1638 DSCN1646
Nous allons sur la côte pacifique à Champerico, petite ville de bord d’océan connue pour sa grande plage mais sommes déçus de la trouver assez sale. De plus, tout le monde nous prévient que l’endroit est dangereux, des touristes ayant été victimes d’attaques à main armée. Nous allons passer la nuit garés dans une rue près du poste de police.

DSCN1654

Le lendemain nous prenons la direction de Puerto San José et nous nous trouvons bloqués dans d’immenses bouchons,la route étant envahie par des manifestants. Les élections présidentielles auront lieu dans moins d’un mois ce qui à l’air de créer pas mal de tension dans la population.
Nous pouvons nous installer sur un parking gardé de la belle plage de sable volcanique de Puerto San José et profiter de l’océan. A 5h du matin, nous sommes réveillés car Vagabond est secoué, nous demandons pourquoi le remuer ainsi et n’obtenons pas de réponse. Un coup d’oeil par les fenêtres et nous ne voyons personne. Nous apprenons le matin que la terre à tremblé, causant quelques dégats au bâtiment déja dégradé à proximité.

DSCN1660 DSCN1659
Nous restons un peu dubitatifs quand à la sécurité au Guatemala. De partout des agents de sécurité avec fusil à pompe officient. Ainsi beaucoup de camionneurs en sont accompagnés et les principaux magasins sont gardés. Doit on se sentir rassurés par toutes ses personnes armées?

IMG_1571 DSCN1423 DSCN1424 DSCN1432 DSCN1434 DSCN1436 DSCN1437 DSCN1438 DSCN1442 DSCN1444 DSCN1450 DSCN1451 DSCN1453 DSCN1455 DSCN1458 DSCN1459 DSCN1466 DSCN1471 DSCN1472 DSCN1474 DSCN1476 DSCN1480 DSCN1487 DSCN1492 DSCN1494 DSCN1499 DSCN1501 DSCN1504 DSCN1505 DSCN1534 DSCN1537 DSCN1540 DSCN1545 DSCN1550 DSCN1572 DSCN1575 DSCN1577 DSCN1578 DSCN1587 DSCN1589 DSCN1596 DSCN1607 DSCN1609 DSCN1610 DSCN1613 DSCN1614 DSCN1618 DSCN1619 DSCN1624 DSCN1625 DSCN1627 DSCN1628 DSCN1633 DSCN1635 DSCN1640 DSCN1645 DSCN1650 IMG_1323 IMG_1345 IMG_1349 IMG_1350 IMG_1364 IMG_1383 IMG_1402 IMG_1410 IMG_1429 IMG_1432 IMG_1511 IMG_1525 IMG_1535 IMG_1543 IMG_1551 IMG_1558 IMG_1560 DSCN1582

Le Bélize

L’entrée au Bélize met fin à notre périple en Amérique du Nord qui aura duré 16 mois. A nous l’Amérique Centrale!
Ce pays est coincé entre la mer des Caraïbes, le Mexique et le Guatémala. Les habitants se sont montrés très accueillants, nous souhaitant la bienvenue dans leur pays, et espérant que nous en parlions en bien à notre retour en France. Le tour de France venait d’être retransmis sur leur télé nationale, et nombreux sont ceux qui venaient nous dire qu’ils avaient découvert notre pays à cette occasion. Le vélo est ici très populaire par nécessité, même si leurs montures sont bien loin de ressembler à des vélos de course.
A Orange Walk nous dénichons une distillerie de rhum et allons demander au gardien si nous pouvons la visiter. Bien que notre demande lui paraisse incongrue, il revient avec l’accord de la direction qui met un guide à notre disposition pour nous expliquer tout le process. A la fin de la visite, non seulement il refuse tout pourboire mais il est fier de nous offrir 2 bouteilles de rhum!

DSCN1362 DSCN1356 DSCN1361
Sartaneja est un village de pêcheurs au bout d’une piste de 65 km traversant des propriétés exploitées par des communautés Mennonites qui se déplacent toujours avec leur cariole à cheval, vêtus de façon traditionnelle. Ce village est constitué de maisons très modestes souvent faites de planches et de tôles mal ajustées. Une majorité des habitants est constituée de descendants d’esclaves Africains (Garifunas), mais on rencontre aussi beaucoup d’Asiatiques. Bien que l’anglais soit ici la langue officielle, on entend beaucoup parler espagnol, mais aussi quelques autres langues pour nous inconnues.

DSCN1380 DSCN1367 DSCN1369 DSCN1371 DSCN1373
Sur la route de Dangriga, nous passons à côté du « Blue Hole », une jolie petite cenote dans laquelle nous allons nous rafraîchir.

DSCN1386 DSCN1383
Dangriga est dotée d’une belle plage qui fait sa réputation et quelques petits hôtels s’y sont installés à côté des habitations toujours aussi rustiques. Alain profitera de ce bivouac sur la plage pour aller faire du kite au grand étonnement des locaux qui ne connaissaient pas cette activité!

DSCN1394 DSCN1389 DSCN1391
Au bord de la route en direction d’Hopkins, nous sommes étonnés de voir des arbres du voyageur parmi la dense végétation et les vertes plantations d’orangers.

DSCN1412 DSCN1401
Plus au sud, Placencia est un autre village de pêcheurs qui se convertit lentement au tourisme grâce à ses plages réputées mais qui ne nous ont pas enchantés car la aussi envahies d’algues.

DSCN1409 DSCN1410
Nous traversons la capitale Belmopan sans trop nous en apercevoir. C’est plutôt un grand village (16000 ha) fait de petites maisons qui nous donne la mesure de ce pays.
Juste avant la frontière avec le Guatemala, nous nous arrêtons à San Ignacio, c’est Samedi, jour où s’y tient le plus grand marché du pays dans lequel nous allons flâner.

DSCN1419 DSCN1417 DSCN1420
Nous avons donc traversé le Bélize en 4 jours seulement et nous en retiendrons la gentillesse des gens, la petite taille des villes où la vie semble s’écouler paisiblement bien que dans un grand dénuement. Nous avons évité Bélize City la plus grande de ces villes, préférant rester plus côté nature et bord de mer.

 

DSCN1418 DSCN1357 DSCN1364 DSCN1366 DSCN1370 DSCN1376 DSCN1377 DSCN1379 DSCN1381 DSCN1403 DSCN1405 DSCN1407 DSCN1408 DSCN1415 DSCN1416