Les rencontres en Argentine

Les Rencontres

01 au 20/11/16

Après avoir quitté Sophie et sa famille à l’aéroport de Buenos Aires nous faisons étape à Lobos au sud de la capitale. Parqués en face de la mairie au bord de la place centrale, nous profitons de la wifi libre pour mettre notre blog à jour. L’endroit étant très passant, de nombreux curieux viennent nous aborder. C’est ainsi que nous discutons avec Pedro, architecte mais aussi agent de voyage qui nous indique les principales attractions du sud de l’Argentine, puis une 2CV s’arrête devant nous, son propriétaire très affable nous dévoile sa passion pour ce véhicule avec lequel il a gagné un championnat sur circuit et son projet est de venir en France défendre son titre!

Après quelques autres échanges, à 22 h c’est Fernando qui vient avec son fils Manuel. Il nous avait repérés l’après midi et son fils prenant des cours de français, il veut nous le présenter. Il insiste pour que nous venions boire un verre chez lui et nous voilà à bavarder autour de leur table à boire un verre de vin, puis ils nous offrent une glace…. Ils sont fabricants de biscuits et ils nous raccompagnent à Vagabond avec 17 gros paquets en cadeau!

dscn2737

La convivialité des Argentins n’est pas une légende et nous repartons de Lobos avec de nombreux n° de téléphone que les gens nous laissent pour nous aider au cas où nous aurions un problème.

Nous partons sur Mar del Plata où nous avions été invités à passer par les jeunes Martin et Brenda rencontrés en août 2015 à Panachel, Guatemala. Nous y sommes fort bien accueillis. Ils habitent dans un immeuble en bordure de mer avec vue sur les plages parasols du centre ville.

dscn2748 dscn2747

Notre arrivée coïncide avec celle du beau temps et de la chaleur. Ils nous emmènent en voiture à leur plage favorite à quelques kilomètres au sud de la ville pour un après midi farniente sur le sable car la mer est glaciale.

dscn2740 dscn2738 dscn2739

Le soir nous sommes invités à une excellente parrillada chez leurs amis Mati et Edi.

_mg_0208

Le lendemain nous visitons la ville dont la Villa Victoria, une grande maison en bois construite en 1912 qui fût la maison d’été de l’écrivaine Victoria Ocampo où elle invitait de nombreuses célébrités Argentines et étrangères.

dscn2749 dscn2750 dscn2754 dscn2743 dscn2746

Le soir Brenda et Martin nous invitent à venir manger chez eux. Françoise accepte à condition d’amener le repas. Ce sera une ratatouille pour une nouvelle soirée sympa. Encore merci à eux pour leur accueil car nous repartons de chez eux avec des cadeaux.

_mg_0212

Nous faisons étape à las Grutas, station balnéaire au fond du Golfo San Matias, début de la Patagonie. A la recherche d’un bivouac sur une plage isolée, nous voyons quantité de perroquets colorés perchés sur les arbustes.

dscn2762 dsc_2846 dsc_2849 dsc_2851 dsc_2858 dsc_2860 dscn2761

Nous arrivons sur la Péninsule de Valdès et avant de s’engager sur l’isthme, passage par le guichet pour l’achat des billets d’entrée car c’est une aire naturelle protégée, 20 km plus loin arrêt au centre des visiteurs pour faire connaissance de ces lieux et de la faune que nous sommes supposés y rencontrer. Un squelette de baleine Franche Australe et celui d’une tête d’orque y sont exposés.

dscn2894 dscn2767 dscn2893

La route continue jusqu’à Puerto Piramides où les bus déversent des flots de touristes venus embarquer sur les bateaux pour approcher, dans le Golfo Nuevo, les baleines qui en cette saison sont accompagnées de leurs baleineaux. A partir de là c’est par des pistes de terre que l’on peut parcourir cette grande péninsule (~50 km de large pour 100 km de long). Bien qu’à l’entrée du parc il soit spécifié que le seul endroit pour dormir est le camping de Puerto Piramides nous savons que les campingcaristes ont un lieu où ils sont tolérés: c’est Punta Pardelas. Nous nous y rendons et trouvons quelques camping cars, pour la plupart Européens.

dscn2834 dscn2833 dscn2774 dscn2772 dscn2890

L’endroit est magnifique et juste au bout de la plate forme rocheuse la falaise se prolonge dans l’eau par un tombant qui permet aux baleines de passer tout près. Nous avons la chance d’en voir peu après notre arrivée mais cela ne se reproduira pas, les autres restant à distance.

dsc_3088 dsc_2866 dsc_2886 dsc_2891 dsc_2907

Après une première boucle nous permettant de voir des Eléphants de mer, Lions de mer et Manchots de Magellan et une seconde nuit sur notre emplacement de rêve, nous sortons de la péninsule pour aller accueillir nos amis Patrick et Laurence (de Clarensac) à l’aéroport de Trelew.

dscn2849 dscn2865 dscn2882 dscn2885

Nous les véhiculons les 5 jours suivants pour sillonner la Péninsule mais le vent fort qui s’est levé ne permet pas de voir des baleines avec eux. Cheveaux, moutons, guanacos et nandous font partie du paysage.

dsc_3144 imgp6026 imgp6044 dsc_2938 dsc_2948 dsc_2952 dsc_2955 dsc_2957 dsc_2964 dsc_2974 dsc_2992 dsc_3005 dsc_3017 dsc_3025 dsc_3032 dsc_3053 dsc_3073 dsc_3122 dsc_3133 dsc_3140

Malgrés de longues heures d’observation, autour de la marée haute, nous ne voyons pas d’Orque. Pourtant un garde parc nous dit que sur les 10 derniers jours, il y a eu 8 attaques d’Orques venant attrapper des éléphants de mer qui se reposent sur les galets du bord de l’eau. C’est le plus grand prédateur des mers avec sa machoire surpuissante et ses 9 m de long, il est au sommet de la chaîne alimentaire.

dsc_3097 dsc_3113 dsc_3119 dsc_3146 dsc_3166 dsc_3172 dsc_3176

Le vent s’étant calmé, nous retournons à Puerto Piramides pour une sortie en mer. Le bateau s’arrête dans un secteur où il avait repéré une baleine. Puis c’est la baleine et son baleineau qui s’approchent lentement, comme curieux. Arrivés à quelques mètres du bateau, elle plonge, nous pensons alors qu’elle va passer au dessous mais non elle ressort au même endroit et choisit ce moment pour souffler, nous créditant d’une douche!

 dscn2900   dscn2905 dscn2907 dsc_3301 dsc_3302 dsc_3318 dsc_3322 dsc_3364 dsc_3367 dsc_3373 dsc_3380 dsc_3394

Merci à Laurence sans l’insistance de qui nous n’aurions probablement pas fait cette sortie.

Nous les raccompagnons à Trelew pour les laisser à la station de bus car ils continuent leur voyage sur Bariloche (Andes Argentines), leur itinéraire devrait les amener d’ici 3 semaines à Ushuaïa. Peut être les reverrons nous là bas…

dscn2943

Quelques repères dans les mastodontes marins:

_ Orque: 9m5, 9T.

_ Eléphant de mer: 5m, 4T. Peuvent plonger pendant 2 h jusqu’à 1600 m de profondeur

_ Baleine Franche Australe: 18m, 50T. Ce qui en fait le plus grand mammifère de la planète.

imgp6060 dsc_2946 dsc_2947 dsc_3185 dsc_3192 dsc_3193 dsc_3203 dsc_3206 dsc_3212 dsc_3222 dsc_3237 dsc_3286 dsc_3288 dsc_3467 dsc_3471 dsc_3472 dscn2837 dscn2838 dscn2839 dscn2840 dscn2841 dscn2851 dscn2853 dscn2866 dscn2878 dscn2880 dscn2909 imgp6053 imgp6056

Des chutes d’Iguazu à Buenos Aires

Des chutes d’Iguazu à Buenos Aires

23/10 au 01/10/2016

C’est à nouveau un grand bonheur d’aller accueillir Sophie, Michael, Thomas et Bastien à l’aéroport d’Iguazu. Nous les retrouvons un peu fatigués par leurs 36 h de voyage (Lyon-Madrid-Buenos Aires-Iguazu) mais partons tout de même dès l’aprés midi visiter le Parc National des chutes d’Iguazu, incités par une belle journée chaude et ensoleillée.

dscn2237 dscn2239 dscn2240

Nous savons que nous arrivons à un des sites les plus spectaculaires de la planète mais nous sommes tout de même saisis par l’ampleur de ces chutes qui se déversent sur 3 km par des centaines de cascades. Leur grondement et leur souffle qui fait remonter des embruns nous plongent dans une atmosphère unique au milieu d’une généreuse forêt tropicale.

dscn2235 dscn2245 20161021_162958-copie dsc_2636-copie dsc_2654-copie

De nombreux papillons nous entourrent et viennent se poser sur nous. Nous devons aussi repousser les assauts des coatis essayant de chaparder dans nos sacs.

dscn2464 dsc_2691 dsc_2708 dscn2271 dscn2276 dscn2279 dscn2321 dscn2324 dscn2381 dscn2423 dscn2460 dscn2463

Nous parcourrons pendant un jour et demi plusieurs kilomètres de passerelles installées à plusieurs niveaux dont celle qui permet de s’approcher de la rive Brésilienne jusqu’à l’impressionnant gouffre de la « Garganta Del Diablo ».

dscn2304 20161022_140213 dsc_2597 dsc_2624 dsc_2638 dsc_2654 dsc_2657 dsc_2659 dsc_2661 dsc_2686 dscn2231 dscn2239 dscn2282 dscn2286 dscn2297

N’étant pas encore rassasiés de ce spectacle grandiose, nous partons l’apprécier du côté Brésilien, franchissant pour la première fois la frontière de ce pays. Les points de vue sur les chutes sont ici moins éparpillés mais tout aussi beaux.

dscn2425 20161023_120158 20161023_121048 dsc_2704 dscn2385 dscn2387 dscn2391 dscn2395 dscn2398 dscn2403 dscn2405 dscn2417

Nous restons une journée de plus à Iguazu pour nous promener sur les chemins de terre rouge dans la campagne environnante et allons nous baigner sous une cascade.

dscn2428-copie dscn2429-copie dscn2431-copie dscn2435-copie dscn2440-copie dscn2449-copie dscn2466 dscn2468

A l’extrême Nord Ouest de la ville, au confluent du rio Iguazu et du rio Parana a été installée une borne (hito) depuis laquelle on a la vue sur une borne Paraguayenne (en face du Parana) et sur une borne Brésilienne (en face de l’Iguazu).

dscn2218 dscn2214 dscn2217

A la grande joie de Bastien, passionné de roches, nous allons visiter la mine de pierres semi précieuses de Wanda, « la mina Colorada ». Les géodes de cristal de roche, aigue marine, améthiste et topaze y sont méticuleusement dégagées des parois.

20161025_114603 dscn2474-copie dscn2479-copie dscn2480-copie dscn2485-copie dscn2487-copie dscn2493-copie dscn2498-copie

Nous avions prévu d’aller visiter les » Saltos de Mocona », d’autres grandes chutes d’eau, elles sur le rio Uruguay, mais de fortes pluies se sont récemment abattues sur la région inondant les plaines et en interdisant l’accès.

dscn2513

Plus au sud, nous nous approchons de « la Réserve Nationale del Ibéra » et de ses lagunes réputées pour la diversité de leur flore et de leur faune principalement les oiseaux qui passionnent Thomas. Malheureusement depuis 2 jours nous roulons sous les pluies tropicales et à nouveau ce parc est inaccessible.

Le maté est la boisson nationale, tout Argentin ne peut se promener sans sa tasse et son thermos d’eau chaude. Nous allons découvrir cette plante dans la plantation « las Marias », un des plus gros fournisseurs de maté et de thé d’Argentine. Cette immense propriété est implantée sur des terres rouges qui sont propices à cette culture. Nous sommes accueillis par une hôtesse qui nous guide à une salle de projection où nous apprenons tout le process depuis la récolte jusqu’à la mise en sachets puis nous partons en mini bus pour un tour dans les plantations. L’accent est mis sur le côté social de l’entreprise qui loge ses employés dans de coquettes maisons individuelles, a sa propre école et son établissement de santé ainsi que les structures sportives. A noter que la visite et les dégustations sont gratuites.

dscn2508 dscn2502 dscn2503 dscn2504

Le soleil revenu, nous entrons au parc national El Palmar, 8500 hectares de forêt de palmiers Yatay en bordure du rio Urugay dans lequel Thomas et Bastien vont se baigner.

dscn2578 dscn2530 dscn2531 dscn2536 dscn2565 dscn2569

San Antonio de Areco est une ville de tradition « Gaucho » c’est là que nous allons pour passer une journée à l’hacienda Ombu. Nous partons pour une ballade à cheval sur leurs terres parmi le bétail puis, après la traditionnelle parrillada (viande à profusion) nous avons droit à un récital d’une gloire locale, chanteur guitariste, récent gagnant de leur concours annuel. Nous assistons à une démonstration de dressage de chevaux puis, Thomas s’étant régalé lors de la ballade à cheval,il repart pour une autre ballade accompagné de son papi.

dscn2688 Ballon aménagé pour jouer au pato (canard).dscn2663 dscn2657 dscn2651 dscn2641 dscn2639 dscn2636 dscn2633 dscn2622 dscn2619 dscn2616 dscn2610 dscn2607 dscn2599 dscn2597 dscn2591 dscn2590 dscn2689

Tigre est une ville très touristique aux portes de Buenos Aires. En bordure du delta du tigre elle est traversée par 3 rios. Nous embarquons sur une vedette pour un circuit nous faisant découvrir des quartiers accessibles uniquement par bateau, chaque maison ayant son ponton et nous voyons même un commerce sur pilotis.

dscn2731 dscn2719 dscn2724 dscn2726 dscn2728 dscn2729 dscn2730

Nous nous garons près du centre de Buenos Aires puis partons à pied pour voir les principaux bâtiments en passant par la « Casa Rosada », siège de la présidence, puis la Place Mayo haut lieu de rassemblements et de rendez vous pacifiques des « Madres de la Plaza de Mayo » qui depuis plus de 30 ans se retrouvent chaque jeudi en mémoire de leurs enfants et proches disparus sous la junte militaire entre 1976 et 1983. Nous retournons par une longue rue piétonne étroite occupée par des centaines d’étals de commerçants.

dscn2712 dscn2696 dscn2700 dscn2702 dscn2705 dscn2707 dscn2708 dscn2709 dscn2711

Les vacances se terminent pour les jeunes et nous les raccompagnons à l’aéroport.

dscn2736

Leur compagnie nous a ravis mais nous aurions aimé les avoir avec nous plus longtemps.

20161022_140221-copie-copie 20161022_141600-copie-copie 20161023_111703-copie-copie 20161023_143636-copie-copie 20161026_193525-copie-copie 20161030_120352-copie-copie dsc_2584-copie-copie dsc_2594-copie-copie dsc_2595-copie dsc_2596-copie dsc_2598 dsc_2606 dsc_2615 dsc_2644 dsc_2658 dsc_2660 dsc_2670 dsc_2692 dsc_2700 dsc_2806 dsc_2713-copie dsc_2722-copie dsc_2733-copie dsc_2747-copie dsc_2757-copie dsc_2763-copie dsc_2766 dsc_2773 dsc_2790 dscn2357 dscn2230 dscn2237 dscn2240 dscn2248 dscn2251 dscn2260 dscn2311 dscn2313 dscn2317 dscn2318 dscn2326 dscn2329 dscn2338 dscn2344 dscn2354 dscn2604 dscn2364 dscn2369 dscn2378 dscn2379 dscn2382 dscn2419 dscn2436 dscn2450 dscn2456 dscn2552 dscn2554 dscn2584 dscn2592 dscn2594 dscn2595 dscn2603