Vagabond sur le Dakar 2017

Vagabond sur le Dakar 2017

9 au 14/01/2017

Nous arrivons à San Juan en début de soirée et continuons jusqu’au lac de Ullum pour nous installer au bord de l’eau. Nous repérons un emplacement de niveau et bien qu’un pick-up l’occupe en partie, nous nous y garons. Alain va demander aux occupants du 4X4 s’ils restent pour la nuit, en s’excusant de s’être autant approché d’eux. Là, le hasard et la magie des rencontres vont à nouveau nous accompagner. Non seulement nous ne les dérangions pas du tout car ils allaient partir, mais en plus la conversation s’est engagée avec Daniel, son épouse et sa fille Romina. Nous les invitons à boire une bière dans Vagabond. Il s’avère que Daniel est passionné de moto, tout particulièrement d’enduro et qu’il a un atelier de réparations, redressage de cadre et remise en forme de réservoirs…. De plus, il est depuis de nombreuses années très actif dans les organisations d’évènements enduro internationaux (ISDE : International Six Days Enduro) mais aussi le Dakar. C’est ainsi que nous sommes invités chez lui pour le lendemain soir à un traditionel asado.

IMG-20170113-WA0007

Là, nous rencontrons son ami Juan, autre passionné moto tout aussi actif et sympathique. Ici, l’apéro dure jusqu’à 23h puis on commence à allumer le feu pour que la braise soit à point vers minuit pour commencer la lente cuisson… pour déguster les nombreuses pièces de viande entre 1h et 2 h du matin. A cette heure là, Juan nous propose de le suivre jusqu’à sa maison pour nous installer dans sa cour. Nous avons droit au message traditionel :  « mi casa es su casa » (ma maison est votre maison) pour utiliser douche, toilettes et piscine. Le lendemain, nous faisons la connaissance de son fils Joan, enduriste confirmé, qui nous montrera la tenue que Jordan Curvalle (team manager de Sherco enduro) lui avait laissée lors des ISDE 2014 !

Juan se met en quatre pour nous guider dans San Juan afin de réparer la clim défectueuse de Vagabond, puis la vidange et prend à cœur de nous mener chez un producteur de dulces (Confitures, pâte de coing ect…)

Daniel et Juan sont chargés de banderoler un point de passage du rally(au lendemain du bivouac) dans des dunes qui sont un point d’accés aux spectateurs. 2 jours avant cette spéciale nous les accompagnons pour les aider et reconnaître le terrain afin de nous assurer que nous pourrons atteindre ce point avec Vagabond le jour J. Depuis la route, à 70 km à l’est de San Juan nous prenons une piste de 7 km qui s’avère difficile car personne n’est passé depuis qu’elle a été ravinée. Par endroit les alluvions se sont accumulées forçant à passer dans un mélange de sable et de galets très meuble. Pour la première fois depuis le début du voyage il faudra sortir la pelle et mettre des branches sous les roues pour continuer.

DSCN3710 DSCN3713 DSCN3714 DSCN3716 DSCN3718

Nous savons que nous allons revenir ici de nuit car la veille nous irons sur une spéciale une centaine de kilomètres au nord de San Juan. De plus nous savons que la police ne laissera entrer sur cette piste que les véhicules 4X4, et ce jusqu’à 5h du matin. Françoise est très inquiète dans cette perspective mais Alain fait confiance à Daniel et Juan qui assurent que de nombreux 4X4 seront passés l’après midi et auront amélioré l’état du chemin.

De retour, près de là, nous nous arrêtons à la Difunta Correa, lieu où a été trouvée morte de soif cette femme avec à son sein son bébé vivant. Comme nous en avions déjà parlé, elle est maintenant vénérée dans le pays entier et ici, dans ce sanctuaire, les gens viennent se mettre sous sa protection en déposant une maquette de leur maison ou une pièce de leur véhicule.

DSCN3720 DSCN3723 DSCN3724 DSCN3725

La veille de leur passage à Mogna, nous allons nous installer au bord du parcours. La piste traverse des décors lunaires.

DSCN3727 DSCN3726

Le rally est très populaire et c’est l’occasion pour de nombreux Argentins et Chiliens de faire la fête. La nuit tombée, les asados sont allumés dans une ambiance chaleureuse et il ne faut pas compter trouver le sommeil avanr 3 ou 4h du matin !

DSCN3742 DSCN3728 DSCN3730 DSCN3731 DSCN3738

Le matin nous fabriquons des drapeaux Français à partir d’un drapeau Hollandais que Juan nous a donné pour en décorer Vagabond.

DSCN3740 DSC_4248

La température monte dans cette plaine aride, et à l’arrivée des premières motos, vers 13 h il fait 42°.

DSCN3745

Après un passage à gué d’une rivière, les concurrents se relancent sur une piste de terre et de cailloux roulants. La vitesse de passage des autos est bien plus impressionnante que celle des motos peu à l’aise sur ce terrain.

DSCN3780 DSC_4264 DSC_4287 DSC_4291 DSC_4314 DSCN3746 DSCN3762 DSCN3777 DSCN3779 DSC_4448 DSC_4328 DSC_4329 DSC_4331 DSC_4335 DSC_4341 DSC_4381 DSC_4433

En fin d’après midi, nous retournons sur San Juan pour aller sur le bivouac. Nous sommes bien accueillis par tout le team Sherco et par les pilotes : Joan Pedrero et Adrien Metge qui viennent nous saluer malgrè la fatigue de l’étape du jour qui a été parmi les plus dures (chaleur et déshydratation). Merci à David Casteu et Laurent le Gat pour toute leur attention. Sur le stand Peugeot, Cyril Desprès reconnaît Alain qu’il cotoyait quand il faisait du trial ( année 2000?) .

DSCN3801 DSCN3784_modifié-1 DSCN3786 DSCN3789 DSCN3791 DSCN3792 DSCN3793 DSCN3795 DSCN3797 DSCN3798 DSCN3800

C’est donc peu avant minuit que nous attaquons la piste redoutée, qui effectivement s’est bien arrangée, nous permettant d’arriver sans encombre au pied de la dune, au milieu d’une quantité de pick up installés avec tentes, musique et asados. Nous y retrouvons Daniel et Juan qui nous invitent à nous joindre à leur groupe pour boire et manger. Le matin nous nous postons en haut de la dune où les concurrents arrivent pour plonger en aveugle dans une grande descente au pied de laquelle ils traversent une zone de fesh fesh qui se creuse au fil des passages, posant des problèmes à quelques uns . Un beau spectacle qu’Alain apprécie et filme d’autant mieux que Juan lui a permis d’obtenir un passe droit afin de s ‘approcher de la piste.

DSC_4748 DSC_4453 DSC_4454 DSC_4457 DSC_4467 DSC_4506 DSC_4513 DSC_4519 DSC_4589 DSC_4592 DSC_4593 DSC_4595  DSC_4652 DSC_4660 DSC_4688 DSC_4700 DSC_4726 DSC_4729 DSC_4740 DSC_4744

San Juan a été une étape riche en contacts humains. Les au revoir avec Daniel et Juan qui nous ont chouchoutés une semaine, ont été émouvants. Un grand merci à eux.

DSCN3843_modifié-1

Joan Pedrero termine le rally en 13ème position, Adrien Metge en 22ème position, tous les deux après une belle remontée en 2ème semaine. Des résultats fort honorables qui prouvent que la fiabilité et les performances des Sherco sont au niveau des meilleures motos.

DSC_4585

Cherchez l’intrus ( seul camping car sur la zone)

DSC_4241 DSCN3765 DSC_4253 DSC_4260 DSC_4262 DSC_4277 DSC_4300 DSC_4304 DSC_4308 DSC_4311 DSC_4315 DSC_4317 DSC_4323 DSC_4324 DSC_4352 DSC_4373 DSC_4384 DSC_4392 DSC_4404 DSC_4416 DSC_4428 DSC_4430 DSC_4444 DSC_4451 DSC_4474 DSC_4488 DSC_4502 DSC_4509 DSC_4526 DSC_4587 DSC_4610 DSC_4671 DSC_4685 DSC_4735 DSC_4736 DSC_4747 DSC_4748 DSCN3747

La Patagonie Andine

La Patagonie Andine

15/12/16 au 9/01/17

Nous avons donc quitté l’île de Terre de Feu en traversant le détroit de Magellan de Porvenir à Puntas Arenas.

dscn3288

N’étant pas encore saturés du grand sud, nous reprenons notre descente le long du détroit jusqu’au bout de la piste qui s’arrête à Punta San Juan.De là nous partons randonner jusqu’au phare de Cabo San Isidro.

dscn3293 dscn3294

Nous remontons sur Puerto Natales où nous avons décidé de passer la soirée de Noël.

dscn3295

Là, nous avons la bonne surprise de retrouver nos amis belges « les Palous », mais aussi Eric et Monique Curinier qui voyagent en fourgon équipé par « Isère Evasion » et avec qui nous étions en contact virtuel depuis quelques temps. Sur le parking, nous rencontrons aussi les camping caristes Jean Pierre et Evelyne, d’autres sudistes, et un couple de Hollandais. Magré la pluie , la température peu clémente et un fort vent, nous nous installons sous l’auvent de l’office de tourisme pour partager foie gras et champagne tout en parlant, comme c’est curieux, de voyages.

dscn3358 dscn3355

Sur la route du Parc National Torres del Paine, nous visitons la grotte du Milodon, grand mamifère préhistorique qui traînait dans le coin il y a quelques 14500 ans.

dscn3302 dscn3301

Les Chiliens ne tarissent pas d’éloges sur le P.N.Torres del Paine. Il est vrai que c’est le site montagneux majeur de la Patagonie Chilienne. Une première petite randonnée nous amène au bout du lac Grey sur lequel quelques icebergs sont à la dérive.

dsc_4079 dsc_4103 dscn3313

La 2ième bien plus interressante nous approche du glacier Grey sur lequel nous apprécions un point de vue sympa.

dscn3345 dsc_4115 dsc_4116 dscn3336

Les « Torres » pics de monolithes granitiques sont impressionnants.

dscn3350 dsc_4086 dsc_4091 dscn3348

Un peu plus au Nord, et après être repassés en Argentine, nous nous rendons au glacier Perito Moreno. Le site est très bien aménagé et lorsque nous le découvrons depuis les passerelles, c’est l’éblouissement ! Nous passons plusieurs heures à le parcourir, à l’affut des pans de glace qui tombent à grand fracas dans l’eau turquoise du lac !

dscn3401 dsc_4150 dsc_4154 dsc_4159 dscn3385 dscn3390

L’étape suivante est El Chalten, petite ville qui doit sa célébrité à son emlacement au pied du Mont Fitz Roy, et point de départ pour plusieurs randonnées dans le P.N. Des Glaciers. Nous partons pour une des plus réputées pour la journée, celle de la Laguna de los Tres, 22 km AR, avec une dénivelée de 400 m sur le dernier km ! Efforts récompensés par une vue splendide sur la lagune surplombée par le majestueux pic du Fitz Roy. De retour à El Chalten, nous allons directement au SPA pour agréablement faciliter la récupération.

dscn3505 dscn3515 dscn3428 dscn3435 dscn3438 dscn3445 dscn3475 dscn3483 dscn3488 dscn3499 dscn3502 dscn3504

Nous remontons maintenant par la mythique route 40 ,puis prenons une piste transversale (la 41)pour aller rejoindre la non moins fameuse Carretera Austral, elle côté Chilien.

dscn3697 dscn3682 dscn3693 dscn3695

Nous atteignons le minuscule poste frontière de Paso Rodolfo Roballos à 20 h après 80 km de piste défoncée sans croiser âme qui vive. Le douanier Argentin met plus de 30 mn à recopier à la main sur une feuille volante (ici pas d’ordinateur) tout ce qu’il trouve sur le passeport, même le n° de visa pour les Etats Unis ! Ensuite il est venu vérifier si nous sortions d’Argentine avec des fruits et légumes !

Heureusement changement total quelques kilomètres plus loin au tout aussi petit poste d’entrée au Chili, pas plus de 2 mn pour tamponner nos passeports et nous faire le papier d’importation temporaire du véhicule. Il est vrai que nous sommes le 31 décembre et qu’il devait plus penser à son réveillon.

C’est donc totalement isolés en pleine montagne que nous trouvons un bivouac où nous fêtons le passage à la nouvelle année.

dscn3100-1-copie

Après encore 5h de piste défoncée, mais traversant des paysages de toute beauté, nous rejoingnons la Carretera Austral, elle même dans un état très moyen, voire mauvais. Nous roulons depuis 2jours sous la pluie dans une végétation type tropical(dont nous sommes pourtant encore loin) au milieu de montagnes ruisselantes ; De tous côtés, ce sont torrents et cascades. Les couleurs des eaux des rivières puis celle du lac Carrera sont magnifiques, allant du vert émeraude au bleu turquoise parfois laiteux, parfois étincelant.

dscn3525dscn3680 dscn3516 dscn3521 dscn3523 dscn3527 dscn3528 dscn3535 dscn3537

Nous arrivons ainsi à Rio Tranquilo sous une pluie qui ne cessera pas de la nuit. Par chance, en fin de matinée des éclaircies ce sont profilées ; Nous en profitons pour partir en bateau sur le lac General Carrera afin d’approcher les grottes et la cathédrale de marbre qui sont sur ses rives. Le spectacle est saisissant, toujours merveilleusement mis en valeur par les couleurs de l’eau dans laquelle ces grottes se reflètent.

dscn3673 dscn3675 dscn3548 dscn3595 dscn3613 dscn3639 dscn3661

Il tombe ici 2m d’eau par an, ce qui est un peu trop à notre goût. Nous décidons d’accélérer notre remontée vers des latitudes où le temps est plus clément, toujours par la route 40.

A San Carlos de Bariloche nous faisons un détour sympa par la route des 7 lacs.

dscn3689 dscn3684 dscn3687 dscn3688

Maintenant, notre but est d’arriver à San Juan un peu avant le rally Dakar afin d’y prendre nos marques pour pouvoir profiter du spectacle et rencontrer les collègues du team Sherco.

dsc_4232 dsc_4130 dsc_4133 dsc_4140 dsc_4141 dsc_4144 dsc_4147 dsc_4156 dsc_4158 dsc_4161 dsc_4175 dsc_4181 dsc_4185 dsc_4186 dsc_4195 dscn3689 dscn3378 dscn3382 dscn3415 dscn3419 dscn3670 dsc_4068 dsc_4070 dsc_4101 dsc_4110 dsc_4214 dsc_4221 dsc_4222 dscn3290 dscn3326 dscn3333 dscn3575 dscn3601 dscn3617 dscn3653 dscn3453 dscn3454 dscn3485 dsc_4204 dsc_4206 dsc_4229