Botswana 1

A l’extrémité Est de la bande de Caprivi aussi appelée Zambezi, nous quittons la Naminie pour entrer au Botswana. Nous nous arrêtons à Kasane pour partir en excursion pour la journée au Zimbabwe pour aller aux chutes Victoria situées sur le fleuve Zambèze. Elles sont parmi les plus imposantes au monde et en première place par la largeur en continu de la chute principale qui s’étend sur 1,7 km.Nous sommes en saison de débit maximum et le bruit est assourdissant mais le souffle qui fait remonter les gouttes d’eau crée une brume dense qui empêche de voir la totalité et ne permet pas de faire de belles photos.

Malgré un temps au beau fixe, chaque approche de la faille se soldait par une bonne douche !

 

De retour au Botswana, nous entrons au Parc National de Chobe parcourir les pistes du bord de la rivière Chobe où nous approchons (de très prés) de nombreux hippopotames et voyons un crocodile. Les girafes et les éléphants sont devenus notre quotidien et nous nous contentons maintenant de nous arrêter pour les contempler sans sortir l’appareil photos.

Le lendemain, nous arrivons en fin d’après midi à une autre entrée du même parc et nous sommes refoulés car nous n’avons pas réservé de camping à l’intérieur. Nous retournons donc à Kasane pour apprendre au bureau de tourisme que les places de camping à l’intérieur du parc sont toutes réservées pour le mois à venir. Nous décidons donc de le traverser sur une journée en commençant tôt le matin. Ce sera chose faite malgré les pistes de sable mou avec de profondes ornières sur lesquelles Vagabond s’est fort bien comporté.

Sortis de Chobe nous faisons un bivouac sauvage près d’un étang habité d’hippopotames et d’un gros crocodile…

C’est maintenant le parc National de Moremi que nous visitons pendant 3 jours. Là, les pistes sont toujours aussi sableuses mais en plus sont moins fréquentées et Alain doit fréquemment descendre pour aller dégager à la machette les branches d’acacias qui empiettent sur la piste et autres arbres que les éléphants viennent de coucher en travers du chemin…. sachant que le parc arbrite des lions et des léopards ! En plus des mamifères, nous voyons aussi de nombreux oiseaux.

Le Botswana a choisi depuis 1980 de développer un tourisme restreint pour minimiser l’impact négatif sur l’environnement et pour ce faire propose un nombre de places limité dans les camps des parcs à des prix prohibitifs : nous avons dû payer 86€ par nuit les emplacements des campings rustiques à l’intérieur de Moremi.

La bande de Caprivi Namibie

En plus de nos rencontres avec de nombreux animaux, nos 15 derniers jours en Namibie ont été marqués par nos rencontres avec des Européens.

Ce fut tout d’abord à Otjiwarongo où nous avons échangé avec Tadeas, un jeune tchèque qui a descendu toute l’Afrique depuis le maroc à vélo ! Son but étant Cape Town, il est mainrenant « tout près » de l’atteindre. A son retour il pense publier un récit de son voyage qui ne manquera sûrement pas d’anecdotes.

A Rundu, nous voyons le premier véhicule Européen depuis notre arrivée, et de plus immatriculé en France. C’est le Défender de Chrystel qui a choisi la vie nomade en Afrique Australe depuis 5 ans. Elle poursuit un but humanitaire en amenant son soutien pour l’amélioration des conditions des communautés des plus retirées en leur apprenant à cultiver (recyclage de l’eau, compost …).

Elle nous donne les coordonnées de Luc, un français qu’elle avait rencontré quelques jours auparavant. Lui aussi fait sa vie en Afrique depuis 30 ans. Il est en train d’installer un camp au bord de la rivière Kwando où nous allons le rejoindre. Très sympa, il nous invite à rester sur son terrain et après une nuit à entendre des grognements d’ hippopotames, il nous fait découvrir la rivière avec son bateau. Dans l’eau ou sur les berges le spectacle est permanent. Nous slalomons entre les hippos avant d’en voir un tout près sur le bord, puis c’est au tour d’un éléphant de s’approcher de nous pour venir boire, le voir a seulement 10 m et au ras de l’eau est très spectaculaire. Plus loin nous dérangeons un gros crocodile qui se glisse rapidement dans l’eau( il a été trop rapide pour la photo). Oiseaux et cervidés variés sont aussi au programme ; encore merci à Luc.

Entre ces rencontres,nous sommes allés visiter la réserve de Mahongo où un éléphant n’a pas apprécié que nous ayons pris sa place sous un arbre pour déjeuner. Après son aimable demande nous avons mis quelque distance entre lui et nous…

Notre saga amortisseur n’était pas terminée et cette fois l’un d’eux s’est carrément cassé nous obligeant à rejoindre à faible allure Katima pour commander un jeux d’amortisseurs d’origine à un accessoiriste que Luc nous a recommandé. Alain avait du presser le fabricant car il n’avait pas tenu ses délais. Dans la précipitation il a sûrement oublié le blocage de l’écrou de piston, la tige ainsi libérée s’est mise en travers. Nous nous installons dans un camp au bord du Zambèze à attendre tranquillement les pièces (pendant 6 jours) et à discuter avec Luc autour de bières et de cafés.

 

Aussitôt reçus, aussitôt montés par Alain et c’est reparti direction  Botswana puis Zimbabwe pour aller voir les chutes Victoria… à suivre.

Encore un pays qui nous a enchantés avec sa population accueillante, ses paysages diversifiés et sa faune extraordinaire. Nous avons parcouru 9700km en 80 jours.

Nouveau: vous pouvez vous abonner à notre blog, il suffit de rentrer votre mail dans l’emplacement prévu en dessous des commentaires

Le parc d’Etosha Namibie

Nous avons enfin pu intégrer les films dans l’article précédent dont un survol des chutes d’Epupa .

Le Parc National d’Etosha est une vaste zone déclarée réserve animalière en 1907 qui s’étire sur 22 912 km². Au nord, ce sont d’immenses plaines de sable et de sel mélangés sur lesquelles s’élèvent des tourbillons de poussière et apparaissent des mirages qui barrent l’horizon. Plus au sud, c’est le bush avec arbustes, arbres et de petits étangs.
Nous l’abordons par l’Ouest à l’entrée de Okaukuejo et allons durant 3 jours le sillonner jusqu’à la sortie Est de Namutoni après avoir passé 3 nuits respectivement à Okaukuejo, Halali et Namutoni et avoir parcouru 600 km de pistes au gré de nos envies car la circulation y est libre. Seule contrainte : l’interdiction de sortir de Vagabond, mesure justifiée au vu des rencontres que nous y avons faites comme cette jeune lionne, apparement mal assurée, qui s’est laissée intimider par le troupeau d’Impalas qui l’ont encerclée. Plus loin, tout près de la piste, nous assistons au repas (et à la digestion) d’un couple de lions qui avaient tué un gnou, probablement dans la nuit précédente.
Ce fut aussi l’occasion de contempler de près nombre d’éléphants, de girafes, de zèbres ainsi que quantité de cervidés et bovidés de différentes races ( Damara dik-dik – Black faced impala – Springbok – Red hartebeest – Kudu – Oryx – Steenbok – Blue wildebeest )
Un enchantement !
Place aux photos…..