Lesotho Fin de l’Afrique du Sud

LE LESOTHO

Nous entrons au Lesotho par le poste frontière de Maseru (la capitale). Seul état au monde dont l’ensemble du territoire est au dessus de 1400m( et même de 1800m pour 80°/° de sa superficie à peu près égale à celle de la Belgique.), autant dire tout de suite que c’est un séjour en montagne, dans des paysages grandioses et intacts que nous avons fait pendant 7 jours.

Dès l’entrée dans ce royaume, le contraste avec la moderne Afrique du Sud saute au yeux. La capitale s’est développée de manière anarchique et des milliers de petites boutiques encombrent les trottoirs.

Nous avons subitement l’impression de rentrer dans l’Afrique profonde bien qu’ils aient récemment amélioré les voies de communications et donné accès à l’électricité à ceux qui habitent près des grands axes .

La principale activité est l’élevage et nous rencontrons des centaines de bergers qui, enveloppés dans leur couverture et la tête toujours couverte semblent vivre comme en Europe aux alentours de 1900. Les habitations traditionnelles, petites huttes en pisé ou en pierre sont couvertes de toits de chaume et n’ont ni électricité ni eau courante.

 

La plupart des cultivateurs labourent avec des charrues à bœufs et les plus aisés se déplacent à dos d’âne ou à cheval.

Nous nous enfonçons dans ces montagnes pour rejoindre Semonkong, village à quelques kilomètres du quel se trouvent les chutes de Maletsunyane qui tombent sur plus de 200m au fond d’un joli canyon.

Nous repartons par des routes principales au bon revêtement mais en montagnes russes avec parfois des pourcentages impressionnants.

A Malealea, la piste s’arrête à la porte du terrain de camping d’un joli lodge où nous nous installons pour 3 nuits. Le premier jour nous partons avec une guide pour une rando dans les canyons jusqu’au pied de la cascade Botsoela.

Le second nous empruntons des pistes pour 4X4 afin d’aller jusqu’à un point de vue sur ces vallées. Ces pistes sont très caillouteuses et nous progressons lentement dans un col étroit jusqu’à nous trouver, à la sortie d’une épingle, face à de gros rochers qu’un fort ravinement a mis à nu.

 

Le demi tour s’impose et après quelques maneuvres nous voilà sur le chemin du retour. C’est jour de marché à Malealea et de petits étalages à même la terre proposent un méli- mélo d’affaires.

Nous partons sur Taba Tseka nous aventurer au cœur des montagnes, ayant l’objectif de rejoindre le barrage Ktasé Dam. Nous empruntons donc la seule piste en remontant vers le nord, toute en lacets quand nous nous retrouvons pris par une chute de neige à 2200m.

   

Nous nous arrêtons pour la nuit à côté de l’école d’un hameau mais 2 h après une habitante vient nous voir et insiste, pour notre sécurité, de venir nous garer devant sa hutte, c’est ainsi que nous nous retrouvons avec trois générations dans le camping car.

Le lendemain matin, 5cm de neige couvrent le paysage et nous reprenons notre piste sur laquelle la neige n’a pas tenu.

Nous retrouvons la route goudronnée au barrage de Katsé Dam. Le niveau d’eau est vraiment bas, nous comprenons pourquoi il y a pénérunie d’eau douce en Afrique du Sud car c’est une de leurs principales réserves.

La route continue de monter et la couche de neige de s’épaissir, c’est ainsi que dans l’ascension du col de Mafika Lisu (3090m)nous nous trouvons bloqués par un camion qui s’est mis en travers. Il faudra quelques heures pour que les routiers, auxquels Alain s’était mêlé, dégagent à la pelle le dernier kilomètre de montée.

Près de Butha Buthe nous nous arrêtons sur le parking des grottes de Liphofung et allons voir les peintures rupestres qui ornent des parois bien protégées par un rocher en surplomb.

L’étape suivante est la station de ski Afriski à laquelle nous arrivons après avoir passé un col à 3300m. Après un bon restaurant nous partons randonner sur les sentiers autour des pistes herbeuses et nous nous contentons de 200m de dénivellé car à cette altitude notre souffle est court. Le lendemain, Alain fera une sortie à VTT mais pour les mêmes raisons ne roulera qu’une heure.

 

Nous décidons maintenant de sortir du Lesotho en traversant le Drakensberg par le col de Sani Pass, passage réservé aux 4X4. La montée côté Lesotho par une belle route goudronnée ne laisse pas présager de l’état de la piste sitôt le col à 2878m et la frontière franchis. Sur les 4 premiers km, nous descendons de 800m !, descente en 1ère courte, direction en butée dans les épingles, le tout dans les cailloux. Reste plus que 4km de piste un peu moins pentue mais tout aussi cahoteuse pour atteindre le poste de douane Sud Africain à 1544m.


Fin de l’AFRIQUE DU SUD

Nous restons deux jours de plus dans les montagnes du Drakensberg et en profitons pour faire une jolie randonnée autour de Giants Castle avec une belle vue sur les sommets à plus de 3000m malgré le temps incertain.

Nous repartons sur Durban pour une visite chez Mercedes car il faut changer le joint du couvercle tôle du pont arrière. A noter le bon service de ce garage qui a fait la réparation sans rendez vous. A midi le mécano, un indien sympa, nous a amenés acheter de la nourriture indienne et nous a laissé les coordonnées de son fils qui est installé en Nouvelle Zélande.

Nous nous arrêtons à nouveau 2 jours à Tugela Mouth et en profitons pour nous baigner, la température de l’Océan Indien étant nettement plus chaude que celle de l’Atlantique.

Après une pause à Richard’s Bay nous entrons dans Mkuze Game Réserve où nous retrouvons quelques animaux sauvages. Petites deceptions car malgré les nombreuses traces laissées sur les chemins nous n’avons vu ni rhinos, ni éléphants. Il est vrai qu’après la visite d’Etosha et de Kruger, nous devenons difficiles.

A Sodwana Bay, nous nous installons sur un grand camping de 354 emplacements où nous sommes seuls, les autres occupants étant singes et mangoustes.

Après 30 km de pistes forestières sablonneuses nous arrivons au camping de Mabibi Beach qui domine une superbe plage invitant à la promenade.

Notre dernière halte en Afrique du Sud est Kosi Bay , embouchure de la rivière Kosi, où nous nous balladons à nouveau entre mangrove et belle plage au bout de laquelle commence le Mozambique.

Le bilan de notre séjour en Afrique du Sud plus Swaziland plus Lesotho est donc très positif. De partout les noirs se sont montrés avenants, souriants et de bonne humeur. Une nuance pour les blancs  « Afrikaners » qui pour la plupart sont restés indifférents voire froids avec nous, sûrement pour se démarquer. Bien que l’anglais soit la langue officielle adoptée par les noirs des villes, eux continuent à se parler en Afrikaan. Bien sûr il y a eu des exceptions comme les deux fois où nous avons été invités dans leurs propriétés, invitations que nous avons déclinées quand ils nous ont dit que c’était pour nous mettre en sécurité par rapport aux noirs. Une sorte de paranoïa semble les avoir emparés les amenant à se barricader chez eux, à entourer leurs maisons de clôtures électriques et fils barbelés, le tout protégé par des caméras de surveillance et l’éclairage extérieur allumé toute la nuit.

Déjà les Sud Africains blancs que nous avions rencontrés en Namibie et Botsawna nous avaient étonnés en nous déconseillant de venir chez eux pour des raisons de sécurité…Nous sommes contents de ne pas les avoir écoutés, ce qui nous a permis de bien profiter de ce beau pays aux paysages magnifiques et variés et de sa faune exceptionnelle.

Malheureusement les espoirs de Nelson Mandela de vie en harmonie entre blancs et noirs ne semblent pas prêts à se réaliser.

 

Afrique du Sud 2

Notre famille repartie, nous reprenons notre itinérance non planifiée et décidons de descendre jusqu’à la pointe sud de l’Afrique en traversant tout d’abord le Zululand pour rejoindre la côte de l’océan Indien. Les paysages que nous découvrons tranchent du tout au tout avec ceux du parc Kruger. Fini les zones désertiques arides, place à la verdure, aux pâturages vallonés et peuplés. Sur des centaines de kilomètres aussi loin que l’on peut voir pas d’agglomération mais des petites habitations dispersées, la plupart du temps sans aucune route pour y accéder.

Nous atteignons la côte à Tugela Mouth environ 100 km au Nord de Durban où nous nous installons sur un parking en bord de plage. Nous apercevons au loin le souffle de baleines  e  

et le lendemain matin assistons à un joli lever de soleil.

 

Cape Town n’est « plus qu’à » 1800 km que nous allons effectuer en restant le plus possible en bord de mer, nos bivouacs se succédant avec vue sur l’Océan Indien.

Arrivés à Salt Rock nous nous régalons du spectacle d’un groupe de dauphins jouant dans les vagues.

Une petite incursion dans les terres, nous amène à Pietermaritzburg que nous visitons. Le City Hall tout en briques rouges retient notre attention avec sa tour de 47 m de haut aux airs de Big Ben londonien. A l’intérieur dans la salle de cérémonie se trouve un très bel orgue. Le palais de justice est installé dans le Colonial Building devant lequel trône l’inattendue statue de Gandhi.

Nous nous rendons au « Nelson Mandela Capture site » qui a été construit sur le lieu de son arrestation de 1962 (il ne retrouva la liberté qu’en 1990). Il est vraiment l’icône anti apartheid vénérée dans toute l’Afrique du Sud.

 

Nous arrivons à Sunwich Port où nous voyons des baleines sortant leurs nageoires caudales, spectacle qui se répètera à la belle plage de Kenton sea.

Après une visite rapide de Grahamstown,

 

nous entrons dans le parc de Oribi Gorge où nous partons faire une randonnée escarpée de 7 km jusqu’au pied d’une cascade à travers une forêt luxuriante.

Au retour, nous rejoingnons le bord d’océan où les vagues viennent se briser sur les rochers de manière spectaculaire.

Port St John est à l’embouchure de la rivière Umzimvubu dont les gorges vont jusqu’à l’océan.

A Port Elisabeth, nous bivouaquons au pied d’une grande dune au fond de Sardinia Bay et Alain se fait plaisir en kite dans les vagues

        

Le matin nous voyons à nouveau tout un groupe de dauphins qui s’amusent eux aussi au même endroit.

Après des étapes à Mossel Bay puis Pettenberg nous arrivons à Witsand. Nous comptions n’y rester qu’une nuit ; c’était sans compter sur le magnifique spectacle qui nous attendait là : depuis notre emplacement, nous avions la vue sur un ballet continuel d’une dizaine de baleines et de leurs baleineaux qui soufflaient, sortaient leur tête ou leur queue à quelques centaines de mètres de nous.Nous n’arrivions pas à détacher notre regard et sommes restés 2 jours à admirer ce festival.

Après être passés à Danger Point, cap de roches déchiquetées, nous allons symboliquement jusqu’à Cape Agulhas (cap des aiguilles) qui est la pointe extrème sud de l’Afrique.

Un peu plus loin, nous voyons une colonie de pingouins du Cap qui s’est installée dans les rochers.

C’est une magnifique route en corniche qui mène à Cape Town ( Le Cap) avec des points de vue sur les roches battues par les vagues entcoupées par de belles plages de sable blanc.

Seule ombre au tableau, quand la route s’écarte un peu de la côte, elle est bordée par d’immenses guettos. C’est d’ailleurs la même chose à la périphérie de chacune des grandes villes que nous avons traversées.

Arrivés à Cape Town, nous laissons Vagabond sur un parking gardienné à côté du port de pêche et de plaisance et allons visiter la ville à pieds. C’est agréable de se balader dans cette ville construite au pied de Table Mountain qui la culmine à 1073m. Après avoir visité le musée de l’esclavage, dont nous les blancs ne sortons pas grandis, nous passons dans le quartier de Bo Kaap avec ses façades très colorées.

 

Au centre, les veilles maisons hollandaises côtoient les immeubles modernes. Sur un côté de la grande place « grand parade » se trouve le City Hall. C’est depuis un balcon de cet édifice que Nelson Mandela a prononcé son 1er discours à sa sortie de prison. Une belle statue très réaliste est là pour le rappeler.

 

Le lendemain, nous prenons le téléphérique qui mène au sommet de la Table et randonnons sur le plateau avec des points de vue superbes sur la ville, mais aussi sur la péninsule du Cap et à sa pointe Cape of Good Hope(le cap de bonne espérance) qui sépare False Bay de l’océan Atlantique. 

C’est là que nous allons le lendemain pour une nouvelle rando jusqu’au phare.

Nous remontons la côte atlantique et passons par le West coast National Park créé autour d’une profonde et étroite baie où vivent quantité d’oiseaux dont les flamants roses, les mêmes qui migrent en Camargue, d’ailleurs il nous semble en avoir reconnu un !! Nous y voyons aussi les élands du Cap.

A la sortie du parc, un spot de kite attire Alain qui va naviguer, sur eau plate cette fois, mais d’une très belle couleur.

Avant d’atteindre la baie Elandsbaai, nous passons à côté d’un groupe d’otaries.

Nous quittons la côte pour traverser la région du Grand Karoo. En peu de temps les paysages changent totalement et nous retrouvons de grands plateaux arides à 1000 m d’altitude.

Nous entrons dans le Karoo National Park où nous voyons des zèbres de montagne, des springboks et diverses antilopes puis un lion qui semble repu, faisant la sieste à l’ombre d’un bosquet.

Nous nous arrêtons à Graaff-Reinet, capitale du Karoo, pour une visite rapide de cette ville typique afrikaner, pleine de monuments historiques de style hollandais.

Aux portes de la ville, nous atteignons le Cambedoo National Park et après une grosse montée dans la vallée de la désolation, nous arrivons à des points de vue panoramiques sur la ville, sur des plaines désertiques et sur de belles colonnes de dolérite.

Nous approchons maintenant de la frontière avec le Lesotho, prochaine destination de notre voyage.