Brésil-Uruguay

Brésil Uruguay

Fin des Amériques

4/04 au 17/05/2017

Depuis Rio de Janeiro nous entamons notre descente vers le sud pour atteindre l’Uruguay par la côte atlantique. Nous faisons escale à Paraty, petite ville huppée avec son joli port de plaisance qui sert de point de départ pour la visite des nombreux îlots visibles depuis la côte.

DSCN4641 DSCN4635 DSCN4636 DSCN4638 DSCN4639

Nous continuons en longeant au plus près l’océan, empruntant pour ceci des pistes de terre… ou plutôt de boue, car nous roulons sous une pluie soutenue.

DSCN4646

Nous entrons sur l’île de Santa Catarina par un grand pont à partir de la ville de Florianopolis. Pendant quelques jours nous profitons des nombreuses plages qui l’entourent en faisant des ballades sous un temps médiocre.

DSCN4650 DSCN4651 DSCN4654 DSCN4656

Nous avons été rejoints par Erick et Monique « Les Boulégons » avec qui nous passons d’agréables soirées puis partons en bateau sur le « Lagoa Conceiçao » pour aller nous ballader dans la végétation dense qui le borde, sans manquer d’aller jusqu’à une cascade réputée.

DSCN4658 DSCN4668 DSCN4662 DSCN4667

Faute d’une superbe chute d’eau, nous pouvons voir une belle chute de reins…. toute brésilienne.

DSCN4665

L’ostréiculture est ici très dévellopée et Françoise se délecte d’une douzaine d’huîtres.

DSCN4673 DSCN4670

Nous faisons une incursion dans la montagne « Serra do Rio Rastro » par une route étroite et très sinueuse. Ballade sous le signe de l’eau ! Celle qui tombe du ciel, le brouillard et celle qui regorge de toutes parts. Heureusement, l’après midi, pour notre retour nous bénéficions d’éclaircies qui nous permettent d’apprécier toute la beauté de ces paysages.

DSC07426 DSCN4679 DSCN4680 DSCN4681 DSCN4693 DSCN4697 DSCN4699 DSCN4707

De retour sur le bord de l’océan, nous entrons dans le Parc National de « Lagoa do Peixe ». Nous sommes impressionnés par la ressemblance avec la camargue : dunes, étangs, taureaux, chevaux et oiseaux tout y est !

DSC_5284 DSCN4711 DSCN4712 DSCN4714 DSC_5282 DSC_5283

La route de bord de mer est interrompue par l’entrée du « Lagoa dos Patos » et nous devons traverser sur une grande barge pour atteindre Rio Grande.

DSCN4716 DSCN4717 DSCN4718

Nous nous installons sur la plage « Praia do Cassino ». Le lendemain nous sommes rejoints par les « Boulégons » que nous impressionnons avec notre astucieux barbecue.

DSCN4721 DSCN4719

Nous en terminons avec le Brésil et entrons en Uruguay par la frontière de Chuy. Le Brésil ne nous a pas enthousiasmés autant que chacun des autres pays que nous avons visité. Nous n’y avons pas trouvé beaucoup de sites exceptionnels, surtout rapporté aux kilomètres parcourus. Toutefois, l’insécurité à laquelle nous nous attendions ne nous a pas sauté aux yeux. Nous avons d’ailleurs passé les 2/3 de nos nuits en camping sauvage. Les rencontres avec les autochtones ont toujours été très agréables, même si un peu moins chaleureuses qu’en Argentine (la langue y est sûrement pour quelque chose …).

Mis à part les chutes d’Iguazu (que nous avions visitées précédemment), notre coup de cœur restera pour la côte nord.

Nous voici donc en Uruguay, un petit pays dont le principal attrait réside dans sa bordure océanique, et plus particulièrement pour nous, le port de Montevideo où nous allons mettre Vagabond sur un bateau pour le récuper à Anvers.

DSCN4724

Nous visitons d’abord le Parc National Santa Teresa avec sa forteresse bien conservée et ses jolies plages.

DSCN4751 DSCN4726 DSCN4729 DSCN4732 DSCN4733

Plus loin, nous nous rendons à Aguas Dulces, tranquille port de pêche

DSCN4756 DSCN4753 DSCN4755

puis à La Paloma et son beau phare.

DSC_5344 DSC_5358 DSCN4761 DSCN4762

A la Pedrera, nous retrouvons Erick et Monique puis

DSCN4769 DSCN4763 DSCN4764 DSCN4766 DSCN4767

passons par le phare de San Ignacio.

DSCN4772

Nous allons à Montevideo pour rencontrer le transitaire qui prendra Vagabond en charge et visitons le centre ville.

DSCN4780 DSCN4775 DSCN4776 DSCN4779

Plus à l’Ouest, Colonia del Sacramento est une séduisante ville coloniale fortifiée sur le bord du Rio de la Plata ,en face de Buenos Aires.

DSCN4798 DSCN4782 DSCN4783 DSCN4784 DSCN4786 DSCN4788 DSCN4791

Après avoir pris une piste de terre, nous trouvons une esplanade sympa en bord de mer (malgré son nom, le Rio de la Plata n’est pas un fleuve mais bel et bien un vaste bras d’Océan). Nous y passons une nuit tranquille, mais le matin c’est le branle bas de combat ! Une épreuve du championnat d’Uruguay de rallye auto sur terre emprunte la piste. Nous nous fondons aux spectateurs pour assister à ce spectacle inattendu.

DSC_5527 DSCN4805 DSCN4807 DSCN4810 DSC_5458 DSC_5466 DSC_5513 DSC_5519

La dernière semaine nous allons quelque peu tourner en rond en passant notre temps en bord de mer, un peu comme si nous étions déjà sortis de la dynamique de notre voyage. Cela nous a procuré un petit vague à l’âme amplifié par le fait que nous avons été rattrapés par l’automne et que les températures se sont bien rafraîchies. Eh oui en quelques semaines nous nous sommes bien éloignés des tropiques !

DSCN4795 DSCN4804 DSCN4811

Ici, ce n’est pas encore l’agitation de l’Europe, mais ce n’est déjà plus la lenteur et la nonchalance d’autres pays d’Amérique Centrale et du Sud. Nous passons donc par une phase transitoire qui devrait nous éviter un choc à notre retour. La nature participe aussi à nous réacoutumer à la France : bien qu’il y ait encore des palmiers, les platanes et les pins nous rendent les paysages familiers.

Notre aventure Américaine ne saurait se terminer sans un mot sur notre fidèle Vagabond à qui nous payons une croisière transatlantique : 3 semaines de repos bien mérité après plus de 3 années de sollicitations journalières.

DSCN4825

Quant à nous, nous rentrons en avion sur Lyon pour boucler cette première grande étape de notre voyage avec dans nos têtes quantités de souvenirs impérissables des splendeurs de la nature et des nombreuses rencontres chaleureuses que nous avons faites, sans qui notre voyage aurait été beaucoup moins riche.

DSCN4829 Esperons que le second sera le bon.

Dernière minute, changement de plan de vol ( Sao Paulo à la place de Rio de Janeiro) à bientôt en France.

A l’occasion de cette pause, nous voudrions tordre le cou à 2 fausses idées qui semblent bien ancrées chez les sédentaires :

  • Il faut être riche pour entreprendre un voyage au long cour ; nous ne le sommes pas et nous n’avons pas dépensé plus d’argent que si nous étions restés chez nous !… sans compter notre enrichissement culturel.

  • Nous avons de la chance d’avoir fait ce voyage ; ce n’est pas la chance qui nous a aidés à partir mais la volonté de le faire. La seule chance étant celle d’être en bonne santé.

Nous ne saurions donc que conseiller à ceux qui rêvent de voyage de franchir le pas, de larguer les amarres.

Quelle leçon de vie nous avons prise auprès de ces gens souvent démunis mais toujours prêts à rire ,à aider, à plaisanter et à partager ! Ils nous ont appris la patience et démontré que sans le harcèlement du productivisme (notion qu’ils n’ont absolument pas) ils vivaient sans stress.

Certains nous ont dit que leur devise était 0-3 (zéro tres).

En bref, en chiffres :

  • 3 ans et 2mois

  • 2 continents

  • Plus de mille et une nuits dans vagabond ! Plus qu’un conte !

  • 134 500 km

  • 20 pays

  • 3 trains de pneus

  • 2 jeux de plaquettes de freins

  • Des milliers de pouces levés sur notre passage (nous ne savons pas si c’est pour approuver notre périple, notre provenance, ou pour nous signifier que Vagabond leur tape dans l’oeil)

  • Une bonne centaine de tortillons anti moustiques consommés (surtout ces derniers mois).

P1040634 (Copier) DSC_5294 DSC_5300 DSC_5302 DSC_5305 DSC_5307 DSC_5319 DSC_5327 DSC_5334 DSC_5336 DSC_5337 DSC_5340 DSC_5365 DSC_5375 DSC_5386 DSC_5393 DSC_5394 DSC_5589 DSCN4674 DSCN4743 DSCN4744 DSCN4745 DSCN4749 DSCN4773 DSCN4774 DSCN4785 DSCN4793 DSCN4794 DSCN4796 DSCN4813 DSCN4816 DSCN4818 DSCN4820 DSCN4821 DSCN4823

DCIM100MEDIA

Photo d’Erick Curinier prise avec son drone

DCIM100MEDIA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salvador de Bahia à Rio de Janeiro

Salvador de Bahia à Rio de Janeiro

10/03 au 3/04/2017

Après quelques beaux bivouacs en compagnie des Palatheo sur les plages et dans les dunes en bord d’océanDSC_5131 DSCN4261 DSCN4262,

nous accélérons un peu notre descente vers le sud car nous devons nous rendre à Salvador de Bahia pour accueillir Annie José, la sœur de Françoise, qui vient se joindre à nous pour 17 jours. Dés la sortie de l’aéroport, nous la familiarisons avec la cartographie déplorable de notre GPS qui nous fait tourner en rond plus d’une heure avant de regagner ,à quelques kilomètres de là, la plage « Do Flamengo » où nous lui avons réservé une chambre dans une pousada (hôtel).

Troisième ville du Brésil(un peu plus peuplée que Paris), nichée au fond d’une vaste baie, Salvador de Bahia nous a séduits par son caractère tropical et afro-brésilien. 80°/° de la population est noire, descendant d’esclaves africains et les promenades dans les rues pavées du centre historique nous ont plongés dans cette ambiance nonchalante propre aux originaires de cet autre continent.

DSCN4288 DSCN4270 DSCN4271 DSCN4279 DSCN4280 DSCN4282 DSCN4284 DSCN4287

Le nombre d’églises est impressionnant… il y en aurait 365 !!! Dans l’une d’elles, l’église de « São Francisco », les murs sont décorés « d’azulejos » peints à la main en 1720 au Portugal.

DSCN4291 DSCN4292 DSCN4293

Nous quittons la ville en empruntant un ferry pour rejoindre l’autre côté de la baie, ce qui nous fait éviter plus de 100 km que son contournement exige.

DSCN4294

Nous commençons notre route vers le sud en profitant des belles plages et dunes bordées de cocotiers pour quelques baignades dans une eau tempérée.

DSCN4332 DSCN4302 DSCN4306 DSCN4330

Nous nous écartons du bord de mer pour entrer dans les moyennes montagnes. La végétation est splendide : des étendues de caféiers vert foncé auxquels se mêlent bananiers, jacarandas, tulipiers et autres grands arbres couverts de fleurs aux couleurs flamboyantes.

DSCN4382 DSCN4317 DSCN4318 DSCN4350 DSCN4360 DSCN4366 DSCN4371 DSCN4381

Nous atteignons le sanctuaire de Caraça d’où nous partons randonner en pleine végétation dense jusqu’à une belle cascade.

P1040064 DSCN4389 DSCN4404 DSCN4408 DSCN4421 DSCN4426 DSCN4439 DSCN4445 DSCN4449 P1040050 DSCN4432

A Santa Teresa, jolie ville montagnarde, nous visitons le musée de biologie. Au XXème siècle, un biologiste local a mené ici des études sur la remarquable variété de colibris et d’orchidées de la région. Bien qu’en totale liberté, les colibris viennent toujours boire l’eau sucrée qui leur est offerte.

P1040039 DSC_5158 DSC_5167 DSC_5177 DSC_5216 DSC_5240 DSC_5244 DSC_5265 DSCN4390 P1040004 P1040007

Nous empruntons une piste de terre pour nous approcher de la cascade Tabuleiro haute de 270 m dans le parc National Da Serra Do Cipo quand nous nous retrouvons sous une forte pluie, arrivés au parking le gardien vient nous dire que le chemin d’accés est interdit par temps de pluie car glissant. Nous déplorons d’avoir fait ce grand détour pour rien.

P1040080 P1040079

Connue comme la plus belle ville coloniale de la région, Ouro Prêto doit sa richesse et son nom à la découverte de grande quantité d’or dans ses sous sol.

DSCN4485 DSCN4463 DSCN4465 DSCN4466 DSCN4467 DSCN4468 DSCN4472 DSCN4474 DSCN4478 DSCN4479 DSCN4481 DSCN4483

Au XVIIIème siècle 35 tonnes d’or ont été extraits de la mine de Passagem. Une petite partie des 35 km de ses galeries se visite. Nous empruntons un wagonnet du funiculaire bringuebalant qui descend sur 315 m jusqu’à 120m de profondeur puis nous marchons dans une galerie jusqu’à une rivière souterraine. Une visite qui ne nous laissera pas un souvenir imperrissable !!

DSCN4505 DSCN4495 DSCN4498 DSCN4503

Nous partons maintenant vers Tiradentes, une autre ville coloniale plein de charme toujours avec ses rues grossièrement pavées, ses nombreuses églises et de jolis taxis-calèches.

P1040122 DSCN4516 DSCN4517 DSCN4520 DSCN4522 DSCN4523 DSCN4525 DSCN4526 DSCN4529 DSCN4531 P1040112

Après la visite ratée de la cascade, une autre déconvenue nous attend alors que nous approchons de Teresopolis, la route est barrée car 2 ponts sont en réfection, à nouveau pas mal de km pour rien !!

Les routes au Brésil sont la plupart du temps en très mauvais état. Visiblement ils n’ont aucun budget pour boucher les nids de poule par contre ils trouvent l’argent pour construire des ralentisseurs ici appelés « Lombadas », véritables marches d’escalier à franchir en 1ère, souvent espacés seulement de 100 m dans les agglomérations, mais aussi parfois en pleine voie rapide où même piste d’accélération!!Ceci combiné aux ensembles routiers jusqu’à 30 m de long demande au chauffeur une attention particulièrement soutenue.

P1040133 DSCN4537

L’arrivée sur Rio de Janeiro nous fait prendre conscience de l’ampleur de la ville : 35 km avant le centre, nous sommes déjà en pleine urbanisation. Il faut dire que Rio est 3 fois plus peuplée que Paris. Passé les quartiers des favelas installées sur le flanc des collines, nous admirons le site exceptionnel dans lequel la ville s’est étendue. De petits îlots donnent du charme à la grande baie traversée par un pont de 10 km de long. Nous prenons le téléphérique pour atteindre le sommet du Pain de Sucre, la vue à 360° est admirable.

DSCN4595 DSCN4570 DSCN4575 DSCN4577 DSCN4586 DSCN4587 DSCN4589 DSCN4590 DSCN4592

Nous découvrons les nombreuses plages, dont bien sûr la fameuse « Copacabana » et toutes les collines pointues séparant les quartiers.

DSCN4599 DSCN4601 DSCN4622 DSCN4623

Au sommet d’une des plus hautes, le Corcovado, est installée la statue du « Cristo Redentor », autre emblème de la ville, qui domine toute la baie. Nous nous rendons dans le parc de Tijuca, grand poumon vert, pour atteindre le Corcovado mais nous sommes dimanche et la route d’accés est fermée. Nous continuons quelques km à pieds dans cette forêt luxuriante jusqu’à avoir un point de vue sur le dos de la statue sur fond de baie.

DSCN4605 DSCN4607

Le lendemain, après une promenade sur la plage de Copacabana, nous ramenons Annie-José à l’aéroport car c’est déjà la fin de son séjour. Nous sommes contents d’avoir pu l’accueillir et lui faire partager notre vie de vagabonds ! Certes cela nous a demandé un peu de rigueur dans l’organisation, mais cela n’a pas été contraignant, même l’installation de son lit en dinette s’est avéré aisée et nous avons ainsi évité les fastidieuses recherches d’hébergement.

DSCN4305 DSCN4304 P1040105

Les restaurants sont l’occasion de faire découvrir à Annie-José les plats typiques que nous avions appréciés. Parmi eux la « feijoada »(très proche du cassoulet) et la « moqueca »( crevettes ou poissons en petits morceaux cuits dans le lait de coco) suivis de pâte de goyave.

P1040067 DSC_5132 DSC_5136 DSC_5141 DSC_5151 DSC_5155 DSC_5221 DSC_5236 DSC_5237 DSC_5255 DSC_5262 DSC_5266 DSC_5268 DSC_5272 DSCN4254 DSCN4256 DSCN4264 DSCN4265 DSCN4267 DSCN4328 DSCN4354 DSCN4443 DSCN4447 DSCN4459 DSCN4536 DSCN4634 P1040022 P1040026 P1040049

Brésil côte Atlantique

Brésil côte Atlantique

05/02 au 10/03/2017

Nous étions prévenus qu’en arrivant au Brésil, nous allions vivre dangereusement. Effectivement, en rejoignant le bord d’océan, nous trouvons d’immenses plages de sable blanc longées de dunes plantées de cocotiers et là, c’est vrai que le danger de recevoir une noix de coco sur la tête est bien présent !

Ce qui nous a le plus déconcertés en début de séjour, c’est la langue. Finis les R roulés, les J et les G gluturaux qui nous étaient devenus familiers. Le portugais nous apparaît bien difficile à comprendre et à parler et nous nous sommes sentis un peu frustés par ces difficultés de communication. Heureusement, le bord de mer étant plus touristique, nous rencontrons beaucoup plus de monde parlant soit Anglais soit Espagnol.

Nous avons passé ces 4 dernières semaines sans visites extraordinaires, à profiter au maximum de l’océan et des millers de km de plages, un peu comme des vacances dans notre périple.

DSC_5009 DSC_5010 DSCN4087 DSCN4090 DSCN4098 DSCN4101 DSCN4110 DSCN4112 DSCN4115 DSCN4125 DSCN4128

Nous avons remonté la côte Atlantique presque jusqu’à la ligne de l’équateur (latitude 4° Sud). Alain a pu faire du kite dans des conditions idylliques(eau à 28° air à 32-35°).

DSCN4117 DSCN4133 DSC_4982 DSC_4915 DSC_4981

Nous avons passé quelques jours à Sao Miguel do Gostoso, accueillis par Olivier, le cousin germain de Françoise, qui est venu s’y installer. Il nous amène en buggy avec sa compagne Vilma pour aller faire du kite sur les meilleurs spots.

DSCN4138 - Copie DSCN4139 DSCN4141 DSCN4142 DSCN4149 DSC_4861 DSC_4977

Le soir nous assistons au Carnaval et ses joyeux défilés dansants où il est de bon ton de se désaltérer de bières et autres caipirhinas. Encore merci à lui.

DSCN4201 DSCN4207

Nous continuons le long de l’Atlantique, plein Ouest maintenant, jusqu’à Areira Branca et nous restons 3 jours sur la plage « Praia Punta do Mel ». Nous nous garons à même la plage en face de la Pousada « Oasis Mel Beach ». Nous demandons aux propriétaires si l’endroit est sûr et si nous ne dérangeons pas. Ils nous proposent de nous rapprocher de leur propriété afin d’être sous la surveillance de leur vigile. Le soir ils viennent nous offrir un plat de crevettes au coco et nous invitent à manger le lendemain une feijoara, spécialité du Brésil. Merci à eux.

DSCN4190 DSCN4156 DSCN4157 DSCN4160 DSCN4161 DSCN4166 DSCN4167 DSCN4185 DSCN4186 DSCN4188

Nous sommes en contact avec « le Palatheo »qui sont entrain de remonter le Brésil sur nos traces et décidons de nous rencontrer une dernière fois sur ce continent. Nous fixons un rendez vous à Porto de Galhinas, sur la magnifique plage de Macaraipe que nous avions appréciée lors de notre remontée.

DSCN4238 DSC_5090

Porto de Galinhas (port des poulets) doit son nom à la période où l’esclavage avait été interdit au Brésil mais continuait clandestinement, les bateaux venant ici débarquer les esclaves cachés par des caisses de poulets. Le poulet est devenu l’emblème touristique de la ville.

DSCN4234 DSCN4226 DSCN4229 DSCN4232DSCN4234

Après le plaisir des retrouvailles, le partage des repas et des anecdotes de voyage, Pascal, Théo et Alain décident de prendre une 2ème leçon de surf, en quelque sorte la suite de celle qu’Alain et Théo avaient prise au Pérou il y a 9 mois. C’est tout de même beaucoup plus agréable ici dans une eau au moins 2 fois plus chaude….

Même si le style laisse à désirer, le plaisir est là !

DSC_5097 DSC_5066

Des milliers de coccinelles VW ont trouvé une seconde vie après transformation en buggys.

DSCN4225 DSCN4109 DSCN4121 DSCN4145

A João Pessoa, nous allons visiter le musée Estação Cabo Branco, dont le bâtiment porte la griffe de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, le famaeux architecte qui a aussi créé Brasilia. L’exposition, de circonstances puisque nous approchons Mardi gras, est axée sur le carnaval.

DSCN4223 DSCN4219 DSCN4221 DSCN4222

Rares sont les jours où nous ne traversons pas une averse tropicale,mais cela ne dure pas.

DSCN4218

DSCN4250 DSC_4844 DSC_4847 DSC_5003 DSC_5013 DSC_5015 DSCN4065 DSCN4086 DSCN4088 DSCN4096 DSCN4099 DSCN4102 DSCN4103 DSCN4115 DSCN4124 DSCN4126 DSCN4136 DSCN4144 DSCN4152 DSCN4154 DSCN4174 DSCN4177 DSCN4216 DSCN4239 DSCN4242 DSCN4247 DSCN4248 DSCN4249

Paraguay-Brésil

Paraguay- Brésil

19/01 au 05/02/2017

Nous entrons au Paraguay par la ville de Asuncion où nous faisons une étape « utile ». Nous profitons des prix bien moins élevés ici pour faire remplacer les pneus puis reprenons notre route vers le Brésil, sans oublier d’aller visiter les principales attractions du Paraguay que sont les sites des missions jésuites construites par les Guaranis au tout début du XVIIIéme siècle.

DSCN3925 DSC_4797 DSC_4798 DSCN3900 DSCN3903 DSCN3907 DSCN3909 DSCN3916 DSCN3922 DSCN3923

Le raffinement artistique est mis en valeur à la tombée de la nuit par de belles illuminations.

DSCN3946 DSCN3930 DSCN3933 DSCN3935 DSCN3945

Nous retrouvons le long des routes les tout petits commerces nous rappelant Bolivie et Perou.

DSCN3852 DSCN3891

Nous arrivons à Santiago de los Missiones le jour de la fête de la tradition et assistons à un rodéo, seuls touristes parmi une foule de Paraguayens juchés sur des tribunes « dernières normes… ».

DSCN3889 DSCN3864 DSCN3872 DSCN3887

Nous faisons étape à San Ignacio sur le terrain du luxueux  »Hotel Rural ». La piscine est dotée d’un système de refroidissement de l’eau par puisage à 100 m de profondeur et arrosage en douche au centre de la piscine. Il faut dire que la température dépasse les 35°. Gustavo, le patron d’origine péruvienne, nous invite à nous joindre à sa famille pour l’asado traditionnel du dimanche midi.

DSCN3861 DSCN3853 DSCN3854 DSCN3857 DSCN3858

Juste à côté de Presidente Franco, nous allons voir la chute d’eau  »salto del Mondey ».

DSCN3950_modifié-1 DSCN3947 DSCN3948 DSCN3949

Nous entrons au Brésil par Foz de Iguazu ; c’est là qu’a été construit le barrage d’Itaipu, sur le rio Parana, et donc binational, ce fleuve servant de frontière entre le Brésil et le Paraguay. C’est une œuvre gigantesque fournissant la plus grosse production hydroélectrique du monde (en 2016:103.098.366MWh). Chacune des 20 turbines de 8,60 m de diamètre (300 T) fait tourner un rotor de 16 m de diamètre (1760 T) coiffé d’un stator de 20 m de diamètre (988 T). La visite nous permet d’entrer dans la galerie des générateurs longue d’un kilomètre, large de 100 m. Les salles de contrôle de production et de distribution, à cheval sur la frontière, sont en permanence tenues par un opérateur brésilien et un opérateur paraguayen, supervisés à tour de rôle par un ingénieur de chacune des nationalités se relayant toutes les 6 h. A lui seul ce barrage procure 85°/° des besoins d’électricité Paraguayens et 15°/° des besoins Brésiliens. En février 2016, il a enregistré son 20.000.000 ème visiteur. Ceux ci provenant du monde entier (1/100 de Français).

DSCN4006

 DSCN3980 DSCN3968  DSCN3971 DSCN3978 DSCN3981 DSCN3982 DSCN3984 DSCN3989 DSCN4000 DSCN4002

Nous prenons maintenant la mesure de la grandeur du Brésil (15 fois la superficie de la France Métropolitaine). Nous avalons des km et des km sur des plaines le long du rio Parana et les terrains inondés nous rappellent que nous sommes à la saison des pluies.

DSCN3848 DSC_4768 DSC_4771

Cidade de Goiàs est une ville coloniale qui est vraiment restée authentique avec des rues grossièrement pavées.

DSCN4022 DSCN4011_modifié-1 DSCN4015_modifié-1 DSCN4016_modifié-1 DSCN4019

Plus loin, nous visitons Pirenopolis qui est du même style mais un peu plus touristique.

DSCN4029 DSCN4024 DSCN4025 DSCN4027

Nous passons par Brasilia, la capitale, une grande ville moderne puisque créée entre 1956 et 1960. C’est le domaine d’inombrables et immenses avenues, sans croisement à niveau, encadrant des blocs d’immeubles d’habitation assez tristes bien que d’un seul étage. Les quartiers d’affaires sont par contre batis d’immeubles d’une trentaine d’étages. Le tout est très aéré, chaque édifice étant séparé de son voisin par de larges espaces bétonnés ou de gazon jauni. Après avoir visité l’originale cathédrale Metropolitana puis le Musée National , nous repartons de cette ville qui nous paraît sans âme, même si les nombreux parcs et espaces verts permettent de s’y sentir bien.

DSCN4042 DSCN4036 DSCN4038 DSCN4040

Nous aspirons maintenant à rejoindre la mer et reprenons notre route interminable vers l’Est. Nous traversons des plateaux immenses, la route coupant des champs de soja, canne à sucre ou maïs qui s’étendent à perte de vue. Nous traversons le fleuve Sao Francisco dont les rives nous rappelent étrangement les bords du Niger.

DSC_4815 DSCN4047 DSC_4812

Nous faisons une halte à Lençois, une petite ville coloniale très animée et touristique car située dans le parc national de la Chapada Diamantina.

DSCN4063 DSCN4059 DSCN4060 DSCN4061 DSCN4062

De là nous allons randonner à la « Ribeiro do Meio », un bassin naturel dans lequel l’eau arrive par un grand tobogan de roche lisse où il fait bon se baigner par les 36° ambiants.

DSCN4058 DSCN4052 DSCN4056

DSCN4044 - Copie DSC_4761 - Copie DSC_4774 - Copie DSC_4780 - Copie DSC_4788 - Copie DSC_4791 - Copie DSC_4809 - Copie DSC_4819 - Copie DSC_4830 - Copie DSCN3851 - Copie DSCN3867 - Copie DSCN3888 - Copie DSCN3895 - Copie DSCN3899 - Copie DSCN3901 - Copie DSCN3908 - Copie DSCN3927 - Copie DSCN3963 - Copie DSCN3964 - Copie DSCN3965 - Copie DSCN3969 - Copie DSCN3970 - Copie DSCN3977 - Copie DSCN3994_modifié-1 - Copie DSCN4007 - Copie DSCN4009 - Copie DSCN4014_modifié-1 - Copie DSCN4017 - Copie DSCN4030 - Copie