Sud de la Bolivie

Sud de la Bolivie du 12 au 27/07/2016

Nous nous arrêtons bivouaquer au bord de la laguna “Ojo del Inca”qui s’est formée dans un petit cratère de volcan à quelques kilomètres de Potosi. C’est une lagune d’eau chaude, ce qui permet à Alain une baignade agréable malgrè l’altitude (3451 m) et la température extérieure limitée ( eh oui nous sommes ici en plein hiver!!).

DSCN0501 DSCN0502 DSCN0503 DSCN0507

Au lever du soleil, la vapeur qui s’élève du lac est du plus bel effet.

DSC_1023

Nous arrivons à Potosi en pleine fête indigène, et assistons à des défilés en centre ville..

.  DSCN0516 DSCN0512 DSCN0514

ce qui n’est pas pour arranger la circulation… Potosi est installée au pied de la montagne Cerro Rico qui l’a faite prospérer. En effet ses entrailles recèlent quantité de riches minerais, principalement de l’argent. Nous allons visiter une des nombreuses galeries de cette mine d’état, toujours en activité et exploitée par des mineurs indépendants qui payent leur droit d’accès et leurs équipements. Avant d’entrer dans les galeries, nous nous équipons comme il se doit et achetons un bâton de dynamite ainsi qu’un sachet de feuilles de coca pour offrir aux mineurs. Pour supporter leurs longues journées de travail à 4400 m, à la lueur de leur lampe frontale, parfois dans des galeries trop basses pour pouvoir se redresser, ils mâchent en permanence des feuilles de coca. Alors que nous sommes au plus profond de notre visite, nous assistons à l’explosion d’une dynamite et devons attendre un moment que la poussière retombe avant de continuer. Dans la galerie principale, les wagonnets sont poussés par 2 mineurs, un troisième courant devant pour écarter les piétons.

DSCN0610 DSCN0559 DSCN0560 DSCN0570 DSCN0585

Argent oblige, c’est dans la ville de Potosi qu’a été construit en 1572 le premier hôtel de la monnaie. Nous allons visiter le musée de cet hôtel qui présente les machines des diverses époques admirablement conservées et restaurées. Les premiers laminoirs étaient animés par des norias de chevaux faisant tourner de gigantesques engrenages de bois, puis en 1869 une machine à vapeur les a remplacés avant que l’électricité ne vienne régner. C’est ici qu’était frappée la monnaie pour l’Espagne du XVI au XIXè siècle, pour l’Argentine au XIXè et la Bolivie jusqu’en 1951.

DSCN0548 DSCN0545  DSCN0522  DSCN0525  DSCN0527  DSCN0531 DSCN0536 DSCN0542 DSCN0543

Alors que nous roulons vers Sucre (capitale constitutionnelle de la Bolivie), et après avoir rencontré un couple de jeunes de Montpellier à vélo, nous nous arrêtons en pleine campagne auprès d’un camion immatriculé 06. Nous faisons la connaissance de Françoise et Jean, depuis 9 mois sur les routes d’Amérique du Sud. Les premiers échanges avec ce couple sont cordiaux et nous dînons ensemble.

DSCN0596

Sucre est une belle ville, mais comme dans toutes les grandes villes nous ne nous y attardons pas, Alain piétinant rapidement entre les grands bâtiments, si beaux soient-ils.

DSCN0607 DSCN0599 DSCN0600 DSCN0601 DSCN0602 DSCN0603 DSCN0604 DSCN0605

Nous partons vers Uyuni, petite ville célèbre pour le Salar au bord duquel elle est bâtie. Le Salar est une vaste étendue plate de sel à 3700m d’altitude, large de 100 km du nord au sud et longue de 150km d’Est en Ouest.

DSCN0625 DSCN0631 DSCN0632

Avant d’aller rouler dessus, nous nous arrêtons pour faire faire une pulvérisation d’huile sous Vagabond, une bonne prévention contre l’agressivité du sel. L’entrée du Salar est marquée par l’hôtel de sel, entièrement construit en pavés de sel taillés à même le sol, ainsi que par un monument de sel à l’effigie du Dakar.

DSCN0636

Nous nous dirigeons d’abord vers le nord en visant le volcan Tunupa qui s’élève en bordure du Salar. Avec un tel point de repère, la navigation est des plus faciles, malgré le peu de traces visibles sur le sel losque le soleil est au zénith. Ainsi après 110 km en ligne droite nous arrivons à Coqueza, au pied du volcan Tunupa, pour une 1ère nuit sur l’étendue de sel. Au réveil il fait -7° dehors et 3,5° dans Vagabond, mais la beauté du lever du soleil sur le salar nous fait oublier cette fraîcheur.

DSC_1068 DSCN0657 DSCN0694 DSC_1032 DSC_1044 DSC_1046

Nous montons sur les contreforts du volcan pour visiter une grotte dans laquelle des momies naturelles de 3000 ans sont étonnement conservées.

DSCN0664 DSCN0668 DSCN0671 DSCN0673

Notre ascension continue parmi les lamas jusqu’à un mirador sur le volcan.

DSC_1076 DSC_1080 - Copie DSC_1071 - Copie

Nous repartons avec cette fois en point de mire la petite île Incahuasi au beau milieu du salar, sur laquelle se dressent de nombreux grands cactus candélabres. C’est le point de passage obligé des nombreux 4X4 Toyota des tours opérators qui sillonnent le salar et nous n’y ferons qu’une petite escale.

DSCN0697 DSCN0700

Nous nous arrêtons au beau milieu de nulle part pour qu’Alain aille se défouler à VTT sur une trentaine de kilomètres sur ce sel, avant le coucher de soleil. Parti à vélo il semble revenir sur un grand bi.

DSCN0716 DSC_1135

Les changements de couleur beige, rosé, blanc éclatant, orangé, matin, midi, soir sont spectaculaires.

DSCN0702 DSCN0717 DSCN0720 DSCN0725 DSCN0727 DSCN0730 DSC_1159 DSC_1169 DSCN0681  DSCN0692 DSCN0691

Le lendemain nous terminons la traversée du salar pour atteindre Galaxias à flanc de montagne. Là, nous découvrons des cactus pétrifiés et dans des grottes à nouveau des momies.

DSCN0747 DSCN0734 DSCN0735 DSCN0742

C’est en repartant de ce site isolé que Vagabond décide de nous faire des siennes: la pédale d’embrayage s’enfonce d’un coup au plancher et ne veut plus remonter… La ville la plus proche est Uyuni,à plus de 150 km ,avec d’abord quelques km de piste de terre avant de redescendre sur le salar pour la grande traversée de sel… Alain décide d’actionner le démarreur, la 1ère courte en prise et nous voilà partis à 10km/h! Il nous faut une heure pour atteindre la descente vers le salar où Alain tente et réussit un démarrage 4ème courte en prise. A partir de là, interdiction de descendre en dessous de 40km/h sous peine de caler et de devoir repartir pour la traversée du salar à 10km/h. Challenge tenu, nous arrivons à l’aurore à Uyuni où nous avons le plaisir de retrouver Françoise et Jean qui nous proposent aussitôt de rester avec nous le temps de la réparation.

Nous trouvons un mécanicien en la personne du sympathique Walter sous l’enseigne “El Chileno”qui nous promet une réparation sous 48h, même si il faut tomber la boîte pour accéder au récepteur d’embrayage qui fait office de butée ,et même si il n’y a aucune pièce Mercedes dans la région, il nous assure qu’il pourra remplacer les joints de piston par des joints d’autres marques…. Le parc de véhicule est ici uniquement Toyota, et c’est la 1ère fois que nous sommes dans une ville où nous ne voyons aucun minibus Mercedes sprinter. De plus dans cette ville il n’y a aucun service de remorquage.

Dans la cour en terre battue du “Chileno”, ferronnier mécanicien, Walter et Alain commencent les investigations sous le camion et ne repèrent pas tout de suite le problème. C’est en débranchant le réservoir de liquide d’embrayage qu’ils constatent qu’il est vide… alors que le niveau visible de l’extérieur est au maximum. Ils comprennent alors que le réservoir commun aux freins et à l’embrayage est cloisonné. Après démontage de la conduite métallique d’embrayage ils constatent qu’elle était en contact avec le chassis et que les vibrations l’ont usée jusqu’à la percer. Bien sûr la pulvérisation d’huile nous empêchait de repérer la fuite. Il ne restait plus qu’à faire un point de soudure, le remontage et la purge du système pour que le problème soit résolu. La journée de travail plus fournitures nous sera tout de même revenue à 78€! et encore Walter a l’air géné de nous demander une telle somme.

DSCN0760

Françoise et Jean ayant prévu le même itinéraire que nous pour les quelques jours suivants, nous décidons de faire route ensemble. Ainsi nous voici partis pour 350km de pistes de terre à travers les Andes, 4 jours pendant lesquels nous n’allons croiser qu’une dizaine de véhicules et découvrir des paysages de toute beauté, décors de Far West dans ces montagnes arides et colorées d’où émergent parfois de grands cactus. Chaque soir le bivouac avec nos amis dans ces décors grandioses est un enchantement.

P1290125 DSCN0766 DSCN0772 DSCN0773 DSCN0779 DSCN0800 DSCN0806 DSCN0812 DSCN0815 DSCN0818 DSCN0822 DSCN0829 DSCN0832 DSCN0860 DSCN0870 P1280945

Nous avons donc passé 7 jours ( y compris le salar) sans mettre nos roues sur une route goudronnée avant de descendre sur Tarija (1800m-voilà 2mois que nous n’étions pas descendus si bas!) et sa vallée réputée pour ses vignobles. Là nous nous engageons sur un chemin de vigne où nous croisons un camion, nous demandons à son chauffeur viticulteur si il y a la possibilité de visiter un vignoble dans les environs et sommes immédiatement invités à venir chez lui déguster sa production. Nous en repartons avec 3 litres que nous réserverons aux apéritifs car ces vins sont très sucrés.

DSCN0880 DSCN0877 DSCN0879

Le soir, à la recherche d’un bivouac nous arrivons par hasard, au bout d’une route pavée, sur l’entrée de la propriété Kolhberg, le plus prestigieux domaine viticole de Bolivie. Nous allons dormir devant la demeure après avoir demandé au gardien qui en a lui même référé au propriétaire. C’est ainsi que le matin, Mr Franz Kolhberg vient lui même, heureux d’accueillir des français, pour nous faire visiter son super domaine familial. Dans son salon de dégustation il nous ouvre 2 de ses meilleurs crus et nous fait cadeau de 2 bouteilles que nous avons particulièrement appréciées.

DSCN0889 DSCN0882 DSCN0883 DSCN0885 DSCN0887 DSCN0888

Nous continuons notre route vers la frontière de l’Argentine et les paysages changent totalement. Nous sommes maintenant,à basse altitude, dans des plaines fertiles, verdoyantes parmi les bananiers, orangers, mandariniers, plantations de maïs, de cannes à sucre et autres manguiers.

C’est à la frontière que nos routes se séparent avec Françoise et Jean car ils rentrent en France et se dirigent donc vers l’Atlantique. Bonne route à eux et bon retour en France.

La Bolivie est assurément le plus pauvre des pays que nous avons visités en Amérique. Nous sommes tombés sous le charme des paysages de l’Altiplano et autres merveilles de la nature dont les volcans enneigés et le Salar d’Uyuni.

DSC_1185 DSCN0848 DSCN0851 DSC_1179 DSC_1184

DSCN0624 DSC_1063 DSC_1067 DSC_1103 DSCN0490 DSCN0493 DSCN0494 DSCN0518 DSCN0519 DSCN0526 DSCN0533 DSCN0540 DSCN0549 DSCN0550 DSCN0551 DSCN0552 DSCN0554   DSCN0608 DSCN0612 DSCN0614 DSCN0616 DSCN0617 DSCN0619 DSCN0621 DSCN0874 DSCN0660 DSCN0666 DSCN0696 DSCN0733 DSCN0764 DSCN0767 DSCN0770 DSCN0787 DSCN0807 DSCN0816 DSCN0817 DSCN0820 DSCN0823 DSCN0825 DSCN0826 DSCN0829 DSCN0833 DSCN0839 DSCN0840 DSCN0856 DSCN0865 DSCN0868 DSCN0872

Pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Sud de la Bolivie

  1. patrick et laurence dit :

    Et coucou les intrépides voyageurs !
    Encore un fabuleux pays à votre programme !
    Franchement on ne sait plus où donner de la tête et on ne sait plus quel pays visiter en priorité avec tous ces magnifiques paysages, ces belles rencontres et ces aventures que vous nous racontez !
    On adore les photos avec Vagabond sur le Salar ! Vous voilà en Argentine, attendez nous un peu… Vous allez arriver avant nous à Ushuaïa si ça continue…Allez gros bisous et bonne continuation avec votre famille, j’espère.

  2. Pierrette Primeau et Serge Tessier dit :

    Votre aventure est incroyable! Comment faites-vous pour affronter autant de risques et d’incertitude? Vous avez toute notre admiration!

  3. Liliane dit :

    Toujours aussi captivante la suite de votre vôtre aventure qui me passionne toujours autant.Les photos avec Vagabond très amusantes
    Les danses et costumes Andins toujours aussi colorés malgré la musique stridente :-)Le sel à profusion !!!!Les nouvelles rencontres + un grand copain pour Vagabond et…la leçon de mécanique 🙂
    Le mineur isolé m’a attristé Quel dur labeur et quel courage
    Bonne Route et bise amicale. et merci!!!

  4. Richard Pascal dit :

    Coucou vous deux,
    Super content que tout ce passe bien, que de belles photos cela nous donne envie de suivre vos traces, on pense bien à vous.
    Gros bisous de nous trois, et demain nous boirons un petit coup à votre santé car nous serrons chez Béa et Christophe…
    A bientôt les Amis
    Pascal Laetitia et Théo

  5. lénou66 dit :

    Dépaysant et magnifique, ce Salar…Il doit y avoir une sacrée réverbération et puis je vois que vous vous lancez dans les effets d’optique avec Vagabond !!! sympas les photos.
    Et heureusement qu’Alain s’y connaît en mécanique….Vous êtes des vrais aventuriers modernes !!!!
    Et ces mineurs….quel courage…
    Merci encore pour ces reportages…Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.