Brésil-Uruguay

Brésil Uruguay

Fin des Amériques

4/04 au 17/05/2017

Depuis Rio de Janeiro nous entamons notre descente vers le sud pour atteindre l’Uruguay par la côte atlantique. Nous faisons escale à Paraty, petite ville huppée avec son joli port de plaisance qui sert de point de départ pour la visite des nombreux îlots visibles depuis la côte.

DSCN4641 DSCN4635 DSCN4636 DSCN4638 DSCN4639

Nous continuons en longeant au plus près l’océan, empruntant pour ceci des pistes de terre… ou plutôt de boue, car nous roulons sous une pluie soutenue.

DSCN4646

Nous entrons sur l’île de Santa Catarina par un grand pont à partir de la ville de Florianopolis. Pendant quelques jours nous profitons des nombreuses plages qui l’entourent en faisant des ballades sous un temps médiocre.

DSCN4650 DSCN4651 DSCN4654 DSCN4656

Nous avons été rejoints par Erick et Monique « Les Boulégons » avec qui nous passons d’agréables soirées puis partons en bateau sur le « Lagoa Conceiçao » pour aller nous ballader dans la végétation dense qui le borde, sans manquer d’aller jusqu’à une cascade réputée.

DSCN4658 DSCN4668 DSCN4662 DSCN4667

Faute d’une superbe chute d’eau, nous pouvons voir une belle chute de reins…. toute brésilienne.

DSCN4665

L’ostréiculture est ici très dévellopée et Françoise se délecte d’une douzaine d’huîtres.

DSCN4673 DSCN4670

Nous faisons une incursion dans la montagne « Serra do Rio Rastro » par une route étroite et très sinueuse. Ballade sous le signe de l’eau ! Celle qui tombe du ciel, le brouillard et celle qui regorge de toutes parts. Heureusement, l’après midi, pour notre retour nous bénéficions d’éclaircies qui nous permettent d’apprécier toute la beauté de ces paysages.

DSC07426 DSCN4679 DSCN4680 DSCN4681 DSCN4693 DSCN4697 DSCN4699 DSCN4707

De retour sur le bord de l’océan, nous entrons dans le Parc National de « Lagoa do Peixe ». Nous sommes impressionnés par la ressemblance avec la camargue : dunes, étangs, taureaux, chevaux et oiseaux tout y est !

DSC_5284 DSCN4711 DSCN4712 DSCN4714 DSC_5282 DSC_5283

La route de bord de mer est interrompue par l’entrée du « Lagoa dos Patos » et nous devons traverser sur une grande barge pour atteindre Rio Grande.

DSCN4716 DSCN4717 DSCN4718

Nous nous installons sur la plage « Praia do Cassino ». Le lendemain nous sommes rejoints par les « Boulégons » que nous impressionnons avec notre astucieux barbecue.

DSCN4721 DSCN4719

Nous en terminons avec le Brésil et entrons en Uruguay par la frontière de Chuy. Le Brésil ne nous a pas enthousiasmés autant que chacun des autres pays que nous avons visité. Nous n’y avons pas trouvé beaucoup de sites exceptionnels, surtout rapporté aux kilomètres parcourus. Toutefois, l’insécurité à laquelle nous nous attendions ne nous a pas sauté aux yeux. Nous avons d’ailleurs passé les 2/3 de nos nuits en camping sauvage. Les rencontres avec les autochtones ont toujours été très agréables, même si un peu moins chaleureuses qu’en Argentine (la langue y est sûrement pour quelque chose …).

Mis à part les chutes d’Iguazu (que nous avions visitées précédemment), notre coup de cœur restera pour la côte nord.

Nous voici donc en Uruguay, un petit pays dont le principal attrait réside dans sa bordure océanique, et plus particulièrement pour nous, le port de Montevideo où nous allons mettre Vagabond sur un bateau pour le récuper à Anvers.

DSCN4724

Nous visitons d’abord le Parc National Santa Teresa avec sa forteresse bien conservée et ses jolies plages.

DSCN4751 DSCN4726 DSCN4729 DSCN4732 DSCN4733

Plus loin, nous nous rendons à Aguas Dulces, tranquille port de pêche

DSCN4756 DSCN4753 DSCN4755

puis à La Paloma et son beau phare.

DSC_5344 DSC_5358 DSCN4761 DSCN4762

A la Pedrera, nous retrouvons Erick et Monique puis

DSCN4769 DSCN4763 DSCN4764 DSCN4766 DSCN4767

passons par le phare de San Ignacio.

DSCN4772

Nous allons à Montevideo pour rencontrer le transitaire qui prendra Vagabond en charge et visitons le centre ville.

DSCN4780 DSCN4775 DSCN4776 DSCN4779

Plus à l’Ouest, Colonia del Sacramento est une séduisante ville coloniale fortifiée sur le bord du Rio de la Plata ,en face de Buenos Aires.

DSCN4798 DSCN4782 DSCN4783 DSCN4784 DSCN4786 DSCN4788 DSCN4791

Après avoir pris une piste de terre, nous trouvons une esplanade sympa en bord de mer (malgré son nom, le Rio de la Plata n’est pas un fleuve mais bel et bien un vaste bras d’Océan). Nous y passons une nuit tranquille, mais le matin c’est le branle bas de combat ! Une épreuve du championnat d’Uruguay de rallye auto sur terre emprunte la piste. Nous nous fondons aux spectateurs pour assister à ce spectacle inattendu.

DSC_5527 DSCN4805 DSCN4807 DSCN4810 DSC_5458 DSC_5466 DSC_5513 DSC_5519

La dernière semaine nous allons quelque peu tourner en rond en passant notre temps en bord de mer, un peu comme si nous étions déjà sortis de la dynamique de notre voyage. Cela nous a procuré un petit vague à l’âme amplifié par le fait que nous avons été rattrapés par l’automne et que les températures se sont bien rafraîchies. Eh oui en quelques semaines nous nous sommes bien éloignés des tropiques !

DSCN4795 DSCN4804 DSCN4811

Ici, ce n’est pas encore l’agitation de l’Europe, mais ce n’est déjà plus la lenteur et la nonchalance d’autres pays d’Amérique Centrale et du Sud. Nous passons donc par une phase transitoire qui devrait nous éviter un choc à notre retour. La nature participe aussi à nous réacoutumer à la France : bien qu’il y ait encore des palmiers, les platanes et les pins nous rendent les paysages familiers.

Notre aventure Américaine ne saurait se terminer sans un mot sur notre fidèle Vagabond à qui nous payons une croisière transatlantique : 3 semaines de repos bien mérité après plus de 3 années de sollicitations journalières.

DSCN4825

Quant à nous, nous rentrons en avion sur Lyon pour boucler cette première grande étape de notre voyage avec dans nos têtes quantités de souvenirs impérissables des splendeurs de la nature et des nombreuses rencontres chaleureuses que nous avons faites, sans qui notre voyage aurait été beaucoup moins riche.

DSCN4829 Esperons que le second sera le bon.

Dernière minute, changement de plan de vol ( Sao Paulo à la place de Rio de Janeiro) à bientôt en France.

A l’occasion de cette pause, nous voudrions tordre le cou à 2 fausses idées qui semblent bien ancrées chez les sédentaires :

  • Il faut être riche pour entreprendre un voyage au long cour ; nous ne le sommes pas et nous n’avons pas dépensé plus d’argent que si nous étions restés chez nous !… sans compter notre enrichissement culturel.

  • Nous avons de la chance d’avoir fait ce voyage ; ce n’est pas la chance qui nous a aidés à partir mais la volonté de le faire. La seule chance étant celle d’être en bonne santé.

Nous ne saurions donc que conseiller à ceux qui rêvent de voyage de franchir le pas, de larguer les amarres.

Quelle leçon de vie nous avons prise auprès de ces gens souvent démunis mais toujours prêts à rire ,à aider, à plaisanter et à partager ! Ils nous ont appris la patience et démontré que sans le harcèlement du productivisme (notion qu’ils n’ont absolument pas) ils vivaient sans stress.

Certains nous ont dit que leur devise était 0-3 (zéro tres).

En bref, en chiffres :

  • 3 ans et 2mois

  • 2 continents

  • Plus de mille et une nuits dans vagabond ! Plus qu’un conte !

  • 134 500 km

  • 20 pays

  • 3 trains de pneus

  • 2 jeux de plaquettes de freins

  • Des milliers de pouces levés sur notre passage (nous ne savons pas si c’est pour approuver notre périple, notre provenance, ou pour nous signifier que Vagabond leur tape dans l’oeil)

  • Une bonne centaine de tortillons anti moustiques consommés (surtout ces derniers mois).

P1040634 (Copier) DSC_5294 DSC_5300 DSC_5302 DSC_5305 DSC_5307 DSC_5319 DSC_5327 DSC_5334 DSC_5336 DSC_5337 DSC_5340 DSC_5365 DSC_5375 DSC_5386 DSC_5393 DSC_5394 DSC_5589 DSCN4674 DSCN4743 DSCN4744 DSCN4745 DSCN4749 DSCN4773 DSCN4774 DSCN4785 DSCN4793 DSCN4794 DSCN4796 DSCN4813 DSCN4816 DSCN4818 DSCN4820 DSCN4821 DSCN4823

DCIM100MEDIA

Photo d’Erick Curinier prise avec son drone

DCIM100MEDIA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salvador de Bahia à Rio de Janeiro

Salvador de Bahia à Rio de Janeiro

10/03 au 3/04/2017

Après quelques beaux bivouacs en compagnie des Palatheo sur les plages et dans les dunes en bord d’océanDSC_5131 DSCN4261 DSCN4262,

nous accélérons un peu notre descente vers le sud car nous devons nous rendre à Salvador de Bahia pour accueillir Annie José, la sœur de Françoise, qui vient se joindre à nous pour 17 jours. Dés la sortie de l’aéroport, nous la familiarisons avec la cartographie déplorable de notre GPS qui nous fait tourner en rond plus d’une heure avant de regagner ,à quelques kilomètres de là, la plage « Do Flamengo » où nous lui avons réservé une chambre dans une pousada (hôtel).

Troisième ville du Brésil(un peu plus peuplée que Paris), nichée au fond d’une vaste baie, Salvador de Bahia nous a séduits par son caractère tropical et afro-brésilien. 80°/° de la population est noire, descendant d’esclaves africains et les promenades dans les rues pavées du centre historique nous ont plongés dans cette ambiance nonchalante propre aux originaires de cet autre continent.

DSCN4288 DSCN4270 DSCN4271 DSCN4279 DSCN4280 DSCN4282 DSCN4284 DSCN4287

Le nombre d’églises est impressionnant… il y en aurait 365 !!! Dans l’une d’elles, l’église de « São Francisco », les murs sont décorés « d’azulejos » peints à la main en 1720 au Portugal.

DSCN4291 DSCN4292 DSCN4293

Nous quittons la ville en empruntant un ferry pour rejoindre l’autre côté de la baie, ce qui nous fait éviter plus de 100 km que son contournement exige.

DSCN4294

Nous commençons notre route vers le sud en profitant des belles plages et dunes bordées de cocotiers pour quelques baignades dans une eau tempérée.

DSCN4332 DSCN4302 DSCN4306 DSCN4330

Nous nous écartons du bord de mer pour entrer dans les moyennes montagnes. La végétation est splendide : des étendues de caféiers vert foncé auxquels se mêlent bananiers, jacarandas, tulipiers et autres grands arbres couverts de fleurs aux couleurs flamboyantes.

DSCN4382 DSCN4317 DSCN4318 DSCN4350 DSCN4360 DSCN4366 DSCN4371 DSCN4381

Nous atteignons le sanctuaire de Caraça d’où nous partons randonner en pleine végétation dense jusqu’à une belle cascade.

P1040064 DSCN4389 DSCN4404 DSCN4408 DSCN4421 DSCN4426 DSCN4439 DSCN4445 DSCN4449 P1040050 DSCN4432

A Santa Teresa, jolie ville montagnarde, nous visitons le musée de biologie. Au XXème siècle, un biologiste local a mené ici des études sur la remarquable variété de colibris et d’orchidées de la région. Bien qu’en totale liberté, les colibris viennent toujours boire l’eau sucrée qui leur est offerte.

P1040039 DSC_5158 DSC_5167 DSC_5177 DSC_5216 DSC_5240 DSC_5244 DSC_5265 DSCN4390 P1040004 P1040007

Nous empruntons une piste de terre pour nous approcher de la cascade Tabuleiro haute de 270 m dans le parc National Da Serra Do Cipo quand nous nous retrouvons sous une forte pluie, arrivés au parking le gardien vient nous dire que le chemin d’accés est interdit par temps de pluie car glissant. Nous déplorons d’avoir fait ce grand détour pour rien.

P1040080 P1040079

Connue comme la plus belle ville coloniale de la région, Ouro Prêto doit sa richesse et son nom à la découverte de grande quantité d’or dans ses sous sol.

DSCN4485 DSCN4463 DSCN4465 DSCN4466 DSCN4467 DSCN4468 DSCN4472 DSCN4474 DSCN4478 DSCN4479 DSCN4481 DSCN4483

Au XVIIIème siècle 35 tonnes d’or ont été extraits de la mine de Passagem. Une petite partie des 35 km de ses galeries se visite. Nous empruntons un wagonnet du funiculaire bringuebalant qui descend sur 315 m jusqu’à 120m de profondeur puis nous marchons dans une galerie jusqu’à une rivière souterraine. Une visite qui ne nous laissera pas un souvenir imperrissable !!

DSCN4505 DSCN4495 DSCN4498 DSCN4503

Nous partons maintenant vers Tiradentes, une autre ville coloniale plein de charme toujours avec ses rues grossièrement pavées, ses nombreuses églises et de jolis taxis-calèches.

P1040122 DSCN4516 DSCN4517 DSCN4520 DSCN4522 DSCN4523 DSCN4525 DSCN4526 DSCN4529 DSCN4531 P1040112

Après la visite ratée de la cascade, une autre déconvenue nous attend alors que nous approchons de Teresopolis, la route est barrée car 2 ponts sont en réfection, à nouveau pas mal de km pour rien !!

Les routes au Brésil sont la plupart du temps en très mauvais état. Visiblement ils n’ont aucun budget pour boucher les nids de poule par contre ils trouvent l’argent pour construire des ralentisseurs ici appelés « Lombadas », véritables marches d’escalier à franchir en 1ère, souvent espacés seulement de 100 m dans les agglomérations, mais aussi parfois en pleine voie rapide où même piste d’accélération!!Ceci combiné aux ensembles routiers jusqu’à 30 m de long demande au chauffeur une attention particulièrement soutenue.

P1040133 DSCN4537

L’arrivée sur Rio de Janeiro nous fait prendre conscience de l’ampleur de la ville : 35 km avant le centre, nous sommes déjà en pleine urbanisation. Il faut dire que Rio est 3 fois plus peuplée que Paris. Passé les quartiers des favelas installées sur le flanc des collines, nous admirons le site exceptionnel dans lequel la ville s’est étendue. De petits îlots donnent du charme à la grande baie traversée par un pont de 10 km de long. Nous prenons le téléphérique pour atteindre le sommet du Pain de Sucre, la vue à 360° est admirable.

DSCN4595 DSCN4570 DSCN4575 DSCN4577 DSCN4586 DSCN4587 DSCN4589 DSCN4590 DSCN4592

Nous découvrons les nombreuses plages, dont bien sûr la fameuse « Copacabana » et toutes les collines pointues séparant les quartiers.

DSCN4599 DSCN4601 DSCN4622 DSCN4623

Au sommet d’une des plus hautes, le Corcovado, est installée la statue du « Cristo Redentor », autre emblème de la ville, qui domine toute la baie. Nous nous rendons dans le parc de Tijuca, grand poumon vert, pour atteindre le Corcovado mais nous sommes dimanche et la route d’accés est fermée. Nous continuons quelques km à pieds dans cette forêt luxuriante jusqu’à avoir un point de vue sur le dos de la statue sur fond de baie.

DSCN4605 DSCN4607

Le lendemain, après une promenade sur la plage de Copacabana, nous ramenons Annie-José à l’aéroport car c’est déjà la fin de son séjour. Nous sommes contents d’avoir pu l’accueillir et lui faire partager notre vie de vagabonds ! Certes cela nous a demandé un peu de rigueur dans l’organisation, mais cela n’a pas été contraignant, même l’installation de son lit en dinette s’est avéré aisée et nous avons ainsi évité les fastidieuses recherches d’hébergement.

DSCN4305 DSCN4304 P1040105

Les restaurants sont l’occasion de faire découvrir à Annie-José les plats typiques que nous avions appréciés. Parmi eux la « feijoada »(très proche du cassoulet) et la « moqueca »( crevettes ou poissons en petits morceaux cuits dans le lait de coco) suivis de pâte de goyave.

P1040067 DSC_5132 DSC_5136 DSC_5141 DSC_5151 DSC_5155 DSC_5221 DSC_5236 DSC_5237 DSC_5255 DSC_5262 DSC_5266 DSC_5268 DSC_5272 DSCN4254 DSCN4256 DSCN4264 DSCN4265 DSCN4267 DSCN4328 DSCN4354 DSCN4443 DSCN4447 DSCN4459 DSCN4536 DSCN4634 P1040022 P1040026 P1040049

Brésil côte Atlantique

Brésil côte Atlantique

05/02 au 10/03/2017

Nous étions prévenus qu’en arrivant au Brésil, nous allions vivre dangereusement. Effectivement, en rejoignant le bord d’océan, nous trouvons d’immenses plages de sable blanc longées de dunes plantées de cocotiers et là, c’est vrai que le danger de recevoir une noix de coco sur la tête est bien présent !

Ce qui nous a le plus déconcertés en début de séjour, c’est la langue. Finis les R roulés, les J et les G gluturaux qui nous étaient devenus familiers. Le portugais nous apparaît bien difficile à comprendre et à parler et nous nous sommes sentis un peu frustés par ces difficultés de communication. Heureusement, le bord de mer étant plus touristique, nous rencontrons beaucoup plus de monde parlant soit Anglais soit Espagnol.

Nous avons passé ces 4 dernières semaines sans visites extraordinaires, à profiter au maximum de l’océan et des millers de km de plages, un peu comme des vacances dans notre périple.

DSC_5009 DSC_5010 DSCN4087 DSCN4090 DSCN4098 DSCN4101 DSCN4110 DSCN4112 DSCN4115 DSCN4125 DSCN4128

Nous avons remonté la côte Atlantique presque jusqu’à la ligne de l’équateur (latitude 4° Sud). Alain a pu faire du kite dans des conditions idylliques(eau à 28° air à 32-35°).

DSCN4117 DSCN4133 DSC_4982 DSC_4915 DSC_4981

Nous avons passé quelques jours à Sao Miguel do Gostoso, accueillis par Olivier, le cousin germain de Françoise, qui est venu s’y installer. Il nous amène en buggy avec sa compagne Vilma pour aller faire du kite sur les meilleurs spots.

DSCN4138 - Copie DSCN4139 DSCN4141 DSCN4142 DSCN4149 DSC_4861 DSC_4977

Le soir nous assistons au Carnaval et ses joyeux défilés dansants où il est de bon ton de se désaltérer de bières et autres caipirhinas. Encore merci à lui.

DSCN4201 DSCN4207

Nous continuons le long de l’Atlantique, plein Ouest maintenant, jusqu’à Areira Branca et nous restons 3 jours sur la plage « Praia Punta do Mel ». Nous nous garons à même la plage en face de la Pousada « Oasis Mel Beach ». Nous demandons aux propriétaires si l’endroit est sûr et si nous ne dérangeons pas. Ils nous proposent de nous rapprocher de leur propriété afin d’être sous la surveillance de leur vigile. Le soir ils viennent nous offrir un plat de crevettes au coco et nous invitent à manger le lendemain une feijoara, spécialité du Brésil. Merci à eux.

DSCN4190 DSCN4156 DSCN4157 DSCN4160 DSCN4161 DSCN4166 DSCN4167 DSCN4185 DSCN4186 DSCN4188

Nous sommes en contact avec « le Palatheo »qui sont entrain de remonter le Brésil sur nos traces et décidons de nous rencontrer une dernière fois sur ce continent. Nous fixons un rendez vous à Porto de Galhinas, sur la magnifique plage de Macaraipe que nous avions appréciée lors de notre remontée.

DSCN4238 DSC_5090

Porto de Galinhas (port des poulets) doit son nom à la période où l’esclavage avait été interdit au Brésil mais continuait clandestinement, les bateaux venant ici débarquer les esclaves cachés par des caisses de poulets. Le poulet est devenu l’emblème touristique de la ville.

DSCN4234 DSCN4226 DSCN4229 DSCN4232DSCN4234

Après le plaisir des retrouvailles, le partage des repas et des anecdotes de voyage, Pascal, Théo et Alain décident de prendre une 2ème leçon de surf, en quelque sorte la suite de celle qu’Alain et Théo avaient prise au Pérou il y a 9 mois. C’est tout de même beaucoup plus agréable ici dans une eau au moins 2 fois plus chaude….

Même si le style laisse à désirer, le plaisir est là !

DSC_5097 DSC_5066

Des milliers de coccinelles VW ont trouvé une seconde vie après transformation en buggys.

DSCN4225 DSCN4109 DSCN4121 DSCN4145

A João Pessoa, nous allons visiter le musée Estação Cabo Branco, dont le bâtiment porte la griffe de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, le famaeux architecte qui a aussi créé Brasilia. L’exposition, de circonstances puisque nous approchons Mardi gras, est axée sur le carnaval.

DSCN4223 DSCN4219 DSCN4221 DSCN4222

Rares sont les jours où nous ne traversons pas une averse tropicale,mais cela ne dure pas.

DSCN4218

DSCN4250 DSC_4844 DSC_4847 DSC_5003 DSC_5013 DSC_5015 DSCN4065 DSCN4086 DSCN4088 DSCN4096 DSCN4099 DSCN4102 DSCN4103 DSCN4115 DSCN4124 DSCN4126 DSCN4136 DSCN4144 DSCN4152 DSCN4154 DSCN4174 DSCN4177 DSCN4216 DSCN4239 DSCN4242 DSCN4247 DSCN4248 DSCN4249

Paraguay-Brésil

Paraguay- Brésil

19/01 au 05/02/2017

Nous entrons au Paraguay par la ville de Asuncion où nous faisons une étape « utile ». Nous profitons des prix bien moins élevés ici pour faire remplacer les pneus puis reprenons notre route vers le Brésil, sans oublier d’aller visiter les principales attractions du Paraguay que sont les sites des missions jésuites construites par les Guaranis au tout début du XVIIIéme siècle.

DSCN3925 DSC_4797 DSC_4798 DSCN3900 DSCN3903 DSCN3907 DSCN3909 DSCN3916 DSCN3922 DSCN3923

Le raffinement artistique est mis en valeur à la tombée de la nuit par de belles illuminations.

DSCN3946 DSCN3930 DSCN3933 DSCN3935 DSCN3945

Nous retrouvons le long des routes les tout petits commerces nous rappelant Bolivie et Perou.

DSCN3852 DSCN3891

Nous arrivons à Santiago de los Missiones le jour de la fête de la tradition et assistons à un rodéo, seuls touristes parmi une foule de Paraguayens juchés sur des tribunes « dernières normes… ».

DSCN3889 DSCN3864 DSCN3872 DSCN3887

Nous faisons étape à San Ignacio sur le terrain du luxueux  »Hotel Rural ». La piscine est dotée d’un système de refroidissement de l’eau par puisage à 100 m de profondeur et arrosage en douche au centre de la piscine. Il faut dire que la température dépasse les 35°. Gustavo, le patron d’origine péruvienne, nous invite à nous joindre à sa famille pour l’asado traditionnel du dimanche midi.

DSCN3861 DSCN3853 DSCN3854 DSCN3857 DSCN3858

Juste à côté de Presidente Franco, nous allons voir la chute d’eau  »salto del Mondey ».

DSCN3950_modifié-1 DSCN3947 DSCN3948 DSCN3949

Nous entrons au Brésil par Foz de Iguazu ; c’est là qu’a été construit le barrage d’Itaipu, sur le rio Parana, et donc binational, ce fleuve servant de frontière entre le Brésil et le Paraguay. C’est une œuvre gigantesque fournissant la plus grosse production hydroélectrique du monde (en 2016:103.098.366MWh). Chacune des 20 turbines de 8,60 m de diamètre (300 T) fait tourner un rotor de 16 m de diamètre (1760 T) coiffé d’un stator de 20 m de diamètre (988 T). La visite nous permet d’entrer dans la galerie des générateurs longue d’un kilomètre, large de 100 m. Les salles de contrôle de production et de distribution, à cheval sur la frontière, sont en permanence tenues par un opérateur brésilien et un opérateur paraguayen, supervisés à tour de rôle par un ingénieur de chacune des nationalités se relayant toutes les 6 h. A lui seul ce barrage procure 85°/° des besoins d’électricité Paraguayens et 15°/° des besoins Brésiliens. En février 2016, il a enregistré son 20.000.000 ème visiteur. Ceux ci provenant du monde entier (1/100 de Français).

DSCN4006

 DSCN3980 DSCN3968  DSCN3971 DSCN3978 DSCN3981 DSCN3982 DSCN3984 DSCN3989 DSCN4000 DSCN4002

Nous prenons maintenant la mesure de la grandeur du Brésil (15 fois la superficie de la France Métropolitaine). Nous avalons des km et des km sur des plaines le long du rio Parana et les terrains inondés nous rappellent que nous sommes à la saison des pluies.

DSCN3848 DSC_4768 DSC_4771

Cidade de Goiàs est une ville coloniale qui est vraiment restée authentique avec des rues grossièrement pavées.

DSCN4022 DSCN4011_modifié-1 DSCN4015_modifié-1 DSCN4016_modifié-1 DSCN4019

Plus loin, nous visitons Pirenopolis qui est du même style mais un peu plus touristique.

DSCN4029 DSCN4024 DSCN4025 DSCN4027

Nous passons par Brasilia, la capitale, une grande ville moderne puisque créée entre 1956 et 1960. C’est le domaine d’inombrables et immenses avenues, sans croisement à niveau, encadrant des blocs d’immeubles d’habitation assez tristes bien que d’un seul étage. Les quartiers d’affaires sont par contre batis d’immeubles d’une trentaine d’étages. Le tout est très aéré, chaque édifice étant séparé de son voisin par de larges espaces bétonnés ou de gazon jauni. Après avoir visité l’originale cathédrale Metropolitana puis le Musée National , nous repartons de cette ville qui nous paraît sans âme, même si les nombreux parcs et espaces verts permettent de s’y sentir bien.

DSCN4042 DSCN4036 DSCN4038 DSCN4040

Nous aspirons maintenant à rejoindre la mer et reprenons notre route interminable vers l’Est. Nous traversons des plateaux immenses, la route coupant des champs de soja, canne à sucre ou maïs qui s’étendent à perte de vue. Nous traversons le fleuve Sao Francisco dont les rives nous rappelent étrangement les bords du Niger.

DSC_4815 DSCN4047 DSC_4812

Nous faisons une halte à Lençois, une petite ville coloniale très animée et touristique car située dans le parc national de la Chapada Diamantina.

DSCN4063 DSCN4059 DSCN4060 DSCN4061 DSCN4062

De là nous allons randonner à la « Ribeiro do Meio », un bassin naturel dans lequel l’eau arrive par un grand tobogan de roche lisse où il fait bon se baigner par les 36° ambiants.

DSCN4058 DSCN4052 DSCN4056

DSCN4044 - Copie DSC_4761 - Copie DSC_4774 - Copie DSC_4780 - Copie DSC_4788 - Copie DSC_4791 - Copie DSC_4809 - Copie DSC_4819 - Copie DSC_4830 - Copie DSCN3851 - Copie DSCN3867 - Copie DSCN3888 - Copie DSCN3895 - Copie DSCN3899 - Copie DSCN3901 - Copie DSCN3908 - Copie DSCN3927 - Copie DSCN3963 - Copie DSCN3964 - Copie DSCN3965 - Copie DSCN3969 - Copie DSCN3970 - Copie DSCN3977 - Copie DSCN3994_modifié-1 - Copie DSCN4007 - Copie DSCN4009 - Copie DSCN4014_modifié-1 - Copie DSCN4017 - Copie DSCN4030 - Copie

Vagabond sur le Dakar 2017

Vagabond sur le Dakar 2017

9 au 14/01/2017

Nous arrivons à San Juan en début de soirée et continuons jusqu’au lac de Ullum pour nous installer au bord de l’eau. Nous repérons un emplacement de niveau et bien qu’un pick-up l’occupe en partie, nous nous y garons. Alain va demander aux occupants du 4X4 s’ils restent pour la nuit, en s’excusant de s’être autant approché d’eux. Là, le hasard et la magie des rencontres vont à nouveau nous accompagner. Non seulement nous ne les dérangions pas du tout car ils allaient partir, mais en plus la conversation s’est engagée avec Daniel, son épouse et sa fille Romina. Nous les invitons à boire une bière dans Vagabond. Il s’avère que Daniel est passionné de moto, tout particulièrement d’enduro et qu’il a un atelier de réparations, redressage de cadre et remise en forme de réservoirs…. De plus, il est depuis de nombreuses années très actif dans les organisations d’évènements enduro internationaux (ISDE : International Six Days Enduro) mais aussi le Dakar. C’est ainsi que nous sommes invités chez lui pour le lendemain soir à un traditionel asado.

IMG-20170113-WA0007

Là, nous rencontrons son ami Juan, autre passionné moto tout aussi actif et sympathique. Ici, l’apéro dure jusqu’à 23h puis on commence à allumer le feu pour que la braise soit à point vers minuit pour commencer la lente cuisson… pour déguster les nombreuses pièces de viande entre 1h et 2 h du matin. A cette heure là, Juan nous propose de le suivre jusqu’à sa maison pour nous installer dans sa cour. Nous avons droit au message traditionel :  « mi casa es su casa » (ma maison est votre maison) pour utiliser douche, toilettes et piscine. Le lendemain, nous faisons la connaissance de son fils Joan, enduriste confirmé, qui nous montrera la tenue que Jordan Curvalle (team manager de Sherco enduro) lui avait laissée lors des ISDE 2014 !

Juan se met en quatre pour nous guider dans San Juan afin de réparer la clim défectueuse de Vagabond, puis la vidange et prend à cœur de nous mener chez un producteur de dulces (Confitures, pâte de coing ect…)

Daniel et Juan sont chargés de banderoler un point de passage du rally(au lendemain du bivouac) dans des dunes qui sont un point d’accés aux spectateurs. 2 jours avant cette spéciale nous les accompagnons pour les aider et reconnaître le terrain afin de nous assurer que nous pourrons atteindre ce point avec Vagabond le jour J. Depuis la route, à 70 km à l’est de San Juan nous prenons une piste de 7 km qui s’avère difficile car personne n’est passé depuis qu’elle a été ravinée. Par endroit les alluvions se sont accumulées forçant à passer dans un mélange de sable et de galets très meuble. Pour la première fois depuis le début du voyage il faudra sortir la pelle et mettre des branches sous les roues pour continuer.

DSCN3710 DSCN3713 DSCN3714 DSCN3716 DSCN3718

Nous savons que nous allons revenir ici de nuit car la veille nous irons sur une spéciale une centaine de kilomètres au nord de San Juan. De plus nous savons que la police ne laissera entrer sur cette piste que les véhicules 4X4, et ce jusqu’à 5h du matin. Françoise est très inquiète dans cette perspective mais Alain fait confiance à Daniel et Juan qui assurent que de nombreux 4X4 seront passés l’après midi et auront amélioré l’état du chemin.

De retour, près de là, nous nous arrêtons à la Difunta Correa, lieu où a été trouvée morte de soif cette femme avec à son sein son bébé vivant. Comme nous en avions déjà parlé, elle est maintenant vénérée dans le pays entier et ici, dans ce sanctuaire, les gens viennent se mettre sous sa protection en déposant une maquette de leur maison ou une pièce de leur véhicule.

DSCN3720 DSCN3723 DSCN3724 DSCN3725

La veille de leur passage à Mogna, nous allons nous installer au bord du parcours. La piste traverse des décors lunaires.

DSCN3727 DSCN3726

Le rally est très populaire et c’est l’occasion pour de nombreux Argentins et Chiliens de faire la fête. La nuit tombée, les asados sont allumés dans une ambiance chaleureuse et il ne faut pas compter trouver le sommeil avanr 3 ou 4h du matin !

DSCN3742 DSCN3728 DSCN3730 DSCN3731 DSCN3738

Le matin nous fabriquons des drapeaux Français à partir d’un drapeau Hollandais que Juan nous a donné pour en décorer Vagabond.

DSCN3740 DSC_4248

La température monte dans cette plaine aride, et à l’arrivée des premières motos, vers 13 h il fait 42°.

DSCN3745

Après un passage à gué d’une rivière, les concurrents se relancent sur une piste de terre et de cailloux roulants. La vitesse de passage des autos est bien plus impressionnante que celle des motos peu à l’aise sur ce terrain.

DSCN3780 DSC_4264 DSC_4287 DSC_4291 DSC_4314 DSCN3746 DSCN3762 DSCN3777 DSCN3779 DSC_4448 DSC_4328 DSC_4329 DSC_4331 DSC_4335 DSC_4341 DSC_4381 DSC_4433

En fin d’après midi, nous retournons sur San Juan pour aller sur le bivouac. Nous sommes bien accueillis par tout le team Sherco et par les pilotes : Joan Pedrero et Adrien Metge qui viennent nous saluer malgrè la fatigue de l’étape du jour qui a été parmi les plus dures (chaleur et déshydratation). Merci à David Casteu et Laurent le Gat pour toute leur attention. Sur le stand Peugeot, Cyril Desprès reconnaît Alain qu’il cotoyait quand il faisait du trial ( année 2000?) .

DSCN3801 DSCN3784_modifié-1 DSCN3786 DSCN3789 DSCN3791 DSCN3792 DSCN3793 DSCN3795 DSCN3797 DSCN3798 DSCN3800

C’est donc peu avant minuit que nous attaquons la piste redoutée, qui effectivement s’est bien arrangée, nous permettant d’arriver sans encombre au pied de la dune, au milieu d’une quantité de pick up installés avec tentes, musique et asados. Nous y retrouvons Daniel et Juan qui nous invitent à nous joindre à leur groupe pour boire et manger. Le matin nous nous postons en haut de la dune où les concurrents arrivent pour plonger en aveugle dans une grande descente au pied de laquelle ils traversent une zone de fesh fesh qui se creuse au fil des passages, posant des problèmes à quelques uns . Un beau spectacle qu’Alain apprécie et filme d’autant mieux que Juan lui a permis d’obtenir un passe droit afin de s ‘approcher de la piste.

DSC_4748 DSC_4453 DSC_4454 DSC_4457 DSC_4467 DSC_4506 DSC_4513 DSC_4519 DSC_4589 DSC_4592 DSC_4593 DSC_4595  DSC_4652 DSC_4660 DSC_4688 DSC_4700 DSC_4726 DSC_4729 DSC_4740 DSC_4744

San Juan a été une étape riche en contacts humains. Les au revoir avec Daniel et Juan qui nous ont chouchoutés une semaine, ont été émouvants. Un grand merci à eux.

DSCN3843_modifié-1

Joan Pedrero termine le rally en 13ème position, Adrien Metge en 22ème position, tous les deux après une belle remontée en 2ème semaine. Des résultats fort honorables qui prouvent que la fiabilité et les performances des Sherco sont au niveau des meilleures motos.

DSC_4585

Cherchez l’intrus ( seul camping car sur la zone)

DSC_4241 DSCN3765 DSC_4253 DSC_4260 DSC_4262 DSC_4277 DSC_4300 DSC_4304 DSC_4308 DSC_4311 DSC_4315 DSC_4317 DSC_4323 DSC_4324 DSC_4352 DSC_4373 DSC_4384 DSC_4392 DSC_4404 DSC_4416 DSC_4428 DSC_4430 DSC_4444 DSC_4451 DSC_4474 DSC_4488 DSC_4502 DSC_4509 DSC_4526 DSC_4587 DSC_4610 DSC_4671 DSC_4685 DSC_4735 DSC_4736 DSC_4747 DSC_4748 DSCN3747

La Patagonie Andine

La Patagonie Andine

15/12/16 au 9/01/17

Nous avons donc quitté l’île de Terre de Feu en traversant le détroit de Magellan de Porvenir à Puntas Arenas.

dscn3288

N’étant pas encore saturés du grand sud, nous reprenons notre descente le long du détroit jusqu’au bout de la piste qui s’arrête à Punta San Juan.De là nous partons randonner jusqu’au phare de Cabo San Isidro.

dscn3293 dscn3294

Nous remontons sur Puerto Natales où nous avons décidé de passer la soirée de Noël.

dscn3295

Là, nous avons la bonne surprise de retrouver nos amis belges « les Palous », mais aussi Eric et Monique Curinier qui voyagent en fourgon équipé par « Isère Evasion » et avec qui nous étions en contact virtuel depuis quelques temps. Sur le parking, nous rencontrons aussi les camping caristes Jean Pierre et Evelyne, d’autres sudistes, et un couple de Hollandais. Magré la pluie , la température peu clémente et un fort vent, nous nous installons sous l’auvent de l’office de tourisme pour partager foie gras et champagne tout en parlant, comme c’est curieux, de voyages.

dscn3358 dscn3355

Sur la route du Parc National Torres del Paine, nous visitons la grotte du Milodon, grand mamifère préhistorique qui traînait dans le coin il y a quelques 14500 ans.

dscn3302 dscn3301

Les Chiliens ne tarissent pas d’éloges sur le P.N.Torres del Paine. Il est vrai que c’est le site montagneux majeur de la Patagonie Chilienne. Une première petite randonnée nous amène au bout du lac Grey sur lequel quelques icebergs sont à la dérive.

dsc_4079 dsc_4103 dscn3313

La 2ième bien plus interressante nous approche du glacier Grey sur lequel nous apprécions un point de vue sympa.

dscn3345 dsc_4115 dsc_4116 dscn3336

Les « Torres » pics de monolithes granitiques sont impressionnants.

dscn3350 dsc_4086 dsc_4091 dscn3348

Un peu plus au Nord, et après être repassés en Argentine, nous nous rendons au glacier Perito Moreno. Le site est très bien aménagé et lorsque nous le découvrons depuis les passerelles, c’est l’éblouissement ! Nous passons plusieurs heures à le parcourir, à l’affut des pans de glace qui tombent à grand fracas dans l’eau turquoise du lac !

dscn3401 dsc_4150 dsc_4154 dsc_4159 dscn3385 dscn3390

L’étape suivante est El Chalten, petite ville qui doit sa célébrité à son emlacement au pied du Mont Fitz Roy, et point de départ pour plusieurs randonnées dans le P.N. Des Glaciers. Nous partons pour une des plus réputées pour la journée, celle de la Laguna de los Tres, 22 km AR, avec une dénivelée de 400 m sur le dernier km ! Efforts récompensés par une vue splendide sur la lagune surplombée par le majestueux pic du Fitz Roy. De retour à El Chalten, nous allons directement au SPA pour agréablement faciliter la récupération.

dscn3505 dscn3515 dscn3428 dscn3435 dscn3438 dscn3445 dscn3475 dscn3483 dscn3488 dscn3499 dscn3502 dscn3504

Nous remontons maintenant par la mythique route 40 ,puis prenons une piste transversale (la 41)pour aller rejoindre la non moins fameuse Carretera Austral, elle côté Chilien.

dscn3697 dscn3682 dscn3693 dscn3695

Nous atteignons le minuscule poste frontière de Paso Rodolfo Roballos à 20 h après 80 km de piste défoncée sans croiser âme qui vive. Le douanier Argentin met plus de 30 mn à recopier à la main sur une feuille volante (ici pas d’ordinateur) tout ce qu’il trouve sur le passeport, même le n° de visa pour les Etats Unis ! Ensuite il est venu vérifier si nous sortions d’Argentine avec des fruits et légumes !

Heureusement changement total quelques kilomètres plus loin au tout aussi petit poste d’entrée au Chili, pas plus de 2 mn pour tamponner nos passeports et nous faire le papier d’importation temporaire du véhicule. Il est vrai que nous sommes le 31 décembre et qu’il devait plus penser à son réveillon.

C’est donc totalement isolés en pleine montagne que nous trouvons un bivouac où nous fêtons le passage à la nouvelle année.

dscn3100-1-copie

Après encore 5h de piste défoncée, mais traversant des paysages de toute beauté, nous rejoingnons la Carretera Austral, elle même dans un état très moyen, voire mauvais. Nous roulons depuis 2jours sous la pluie dans une végétation type tropical(dont nous sommes pourtant encore loin) au milieu de montagnes ruisselantes ; De tous côtés, ce sont torrents et cascades. Les couleurs des eaux des rivières puis celle du lac Carrera sont magnifiques, allant du vert émeraude au bleu turquoise parfois laiteux, parfois étincelant.

dscn3525dscn3680 dscn3516 dscn3521 dscn3523 dscn3527 dscn3528 dscn3535 dscn3537

Nous arrivons ainsi à Rio Tranquilo sous une pluie qui ne cessera pas de la nuit. Par chance, en fin de matinée des éclaircies ce sont profilées ; Nous en profitons pour partir en bateau sur le lac General Carrera afin d’approcher les grottes et la cathédrale de marbre qui sont sur ses rives. Le spectacle est saisissant, toujours merveilleusement mis en valeur par les couleurs de l’eau dans laquelle ces grottes se reflètent.

dscn3673 dscn3675 dscn3548 dscn3595 dscn3613 dscn3639 dscn3661

Il tombe ici 2m d’eau par an, ce qui est un peu trop à notre goût. Nous décidons d’accélérer notre remontée vers des latitudes où le temps est plus clément, toujours par la route 40.

A San Carlos de Bariloche nous faisons un détour sympa par la route des 7 lacs.

dscn3689 dscn3684 dscn3687 dscn3688

Maintenant, notre but est d’arriver à San Juan un peu avant le rally Dakar afin d’y prendre nos marques pour pouvoir profiter du spectacle et rencontrer les collègues du team Sherco.

dsc_4232 dsc_4130 dsc_4133 dsc_4140 dsc_4141 dsc_4144 dsc_4147 dsc_4156 dsc_4158 dsc_4161 dsc_4175 dsc_4181 dsc_4185 dsc_4186 dsc_4195 dscn3689 dscn3378 dscn3382 dscn3415 dscn3419 dscn3670 dsc_4068 dsc_4070 dsc_4101 dsc_4110 dsc_4214 dsc_4221 dsc_4222 dscn3290 dscn3326 dscn3333 dscn3575 dscn3601 dscn3617 dscn3653 dscn3453 dscn3454 dscn3485 dsc_4204 dsc_4206 dsc_4229

Argentine du Sud

Argentine du Sud
21/11 au 15/12/2016

Pour quelques jours encore, notre devise reste « toujours plus au Sud ». Nous continuons donc à descendre la Patagonie par la route 3, seule route goudronnée d’Argentine traversant les immensités de pampa aride, plateaux secs revêtus d’une herbe noirâtre, domaine des guanacos, nandous et renards, balayés par un vent violent.

dsc_3526 dsc_3499
Nous nous écartons de cette route pour rejoindre le bord de mer au Parc de Monte Leon qui doit son nom au mont en forme de tête de lion que nous avons tôt fait d’apercevoir. A son pied, des colonies de manchots de Magellan nidifient, et quelques bébés viennent de naître bien protégés des prédateurs par leurs mères. Ici aussi les lions de mer se prélassent sur les grèves.

dsc_3639 dscn3041 dscn3055 dsc_3477 dsc_3482 dsc_3586 dsc_3600 dsc_3608 dsc_3611 dsc_3620
Un peu plus bas nous entrons cette fois dans les terres pour aller admirer « El bosque petrificado »une forêt pétrifiée, témoin des boulversements subis par l’écorce terrestre depuis le jurassique (150 millions d’année). Nous sommes au milieu d’une steppe aride qui était alors une forêt de conifères géants peuplée de dinausores. Quelques millions d’années après, alors que la cordillère commençait à s’élever, d’énormes éruption volcanique détruisirent ces forêts en ensevelissant les arbres sous un épais manteau de cendres. Les eaux de pluie et de ruissellement s’infiltrant à travers les cendres se chargèrent de silice avant d’atteidre les troncs, pénétrant dans chacune des cellules du bois, démarrant ainsi le lent processus de pétrification. Bien plus tard, les vents violents qui soufflent ici les ont remis à jour, nous autorisant un plongeon vertigineux dans le passé.

dsc_3530 dscn3022 dscn3027 dscn3029 dscn3030 dscn3032 dscn3033 dscn3038
Non loin de là, depuis notre bivouac en pleine pampa, nous voyons pour la première fois un couple de maras, espèce de lapin XXXL ou peut être plus proche des kangourous.

dsc_3551 dsc_3545 dsc_3547
Nous atteignons maintenant le détroit de Magellan, rapidement franchi sur un ferry pour entrer sur la fameuse île de Terre de Feu.

dscn3077 dscn3071 dscn3072 dscn3076

Au début le paysage est dans la continuité, mais rapidement le changement est radical, au point de lui trouver des petits airs d’Alaska. Nous roulons maintenant au milieu de forêts et de prairies verdoyantes traversées par des cours d’eau, parfois occupées par des tourbières. Nous longeons de nombreux lacs sur lesquels nagent cygnes à col noir ou flamants roses. Dans les grandes estancias sont élevés vaches, chevaux et moutons.

 

dscn3242 dsc_3658 dsc_3661 dsc_3668 dsc_3670 dsc_3747 dscn3086 dscn3092 dscn3094 dscn3097
L’arrivée sur Ushuaïa est quelque peu émouvante. Ce nom sonnait dans nos têtes depuis pal mal de mois, et devant la porte d’entrée de la ville nous réalisons que nous l’avons atteint. Nous avions évoqué ce nom lorsque nous étions à Inuvik, dans les territoires du Nord Canadien, puis à Fairbanks en Alaska, en nous demandant si nous pourrions arriver si loin. Eh bien oui, nous y sommes !

dsc_3733 dscn3100 dscn3103 dscn3154
Ushuaïa, point final de notre grande descente vers le sud entamée en Alaska il y a 2ans et 4mois ; 17848 km à vol d’oiseau, 100000 km à notre compteur par les chemins de traverse que nous avons empruntés…

dscn3139
-Petit aparté pour détromper certains qui pensent que notre voyage se résume à avaler des kilomètres : 100000 km sur 850 jours soit une moyenne de 117 km/jour, ce qui nous a laissé pas mal de temps pour randos, loisirs, visites et vie quotidienne, encore plus ici en cette période où les nuits sont très courtes ( 18h d’ensoleillement)-
Ushuaïa est très touristique et nous y rencontrons de nombreux français, la plupart arrivés par avion mais aussi par bateau car c’est une étape prisée par de nombreux navires de croisière.
En déambulant dans les rues, nous tombons en arrêt devant un concessionnaire Sherco, à coup sûr le vendeur le plus austral de la planète !!

dscn3157
Nous allons chercher nos amis Laurence et Patrick à l’aéroport pour visiter ensemble la ville et le musée thématique qui nous en apprend beaucoup sur les Yamanas, peuplade primitive de ces lieux.

dscn3121 dscn3105 dscn3106 dscn3107 dscn3108 dscn3116 dscn3120

Les 3 jours suivants, nous enchaînons des marches dans de jolies forêts le long du canal Beagle à l’intérieur du Parc National Terrre de Feu.

dsc_3777 dscn3123 dscn3125 dscn3126 dscn3127 dscn3128 dscn3129 dscn3131 dscn3132 dscn3134 dscn3136 dscn3172 dscn3174 dscn3175 dscn3181 dsc_3695 dsc_3774

En leur compagnie, nous fêtons le mariage de Delphine et Rémi dans un petit restau typique où nous dégustons la spécialité du coin : l’araignée de mer, espèce de gros crabe à longues pattes. Les vacances se terminent pour eux nous leur disons au revoir et plus tard. Quand ?

dscn3161 dscn3160
Les oies, toujours par couple, sont omniprésentes et sont d’ailleurs l’emblème du parc au fond du quel nous bivouaquons sur le terrain de laguna verde.

dsc_3706 dsc_3553 dsc_3666 dsc_3689 dsc_3697

Là encore,nous rencontrons de nombreux français : Jean Paul et Françoise voyageant à bord de leur Iveco 4X4, Bruno et Mathilde ( le père et sa fille) avec leur mini camping car de location, Julien et Morgane jeunes back packers ,et la famille belge « les Palous » Dominique, Françoise et leur enfants Pauline et Louis voyageant pour leur part à bord d’un imposant mercedes unimog. C’est avec eux que nous allons randonner par un temps médiocre et sous quelques flocons jusqu’au pied du glacier Martial, dominant Ushuaïa.

dscn3219 dscn3199 dscn3202 dscn3206 dscn3208 dscn3213 dscn3214
Bien que la « Fin del Mundo » soit panneautée à Ushuaïa, nous repérons sur la carte une piste qui longe le canal Beagle. Nous la prenons et après être passé à côté des estancias Harberton puis Moat la piste s’arrête à la préfecture navale surveillant l’entrée du canal. Cette fois, nous avons atteint le bout du bout…54.97534°S, le point le plus austral du monde que nous puissions atteindre sur 4 roues ! Nous ne sommes plus qu’à une centaine de kilomètres du Cap Horn.

dscn3236 dscn3226 dscn3227 dscn3228 dscn3232 dscn3233 dscn3234

De retour nous voyons des castors près des énormes barrages qu’ils ont construit.

dsc_3935 dsc_3826 dsc_3831 dsc_3836 dsc_3838 dsc_3924 dsc_3925
Nous entamons donc notre lente remontée de l’île de Terre de Feu en faisant d’agréables étapes au bord du lac Yehuin puis, après être passé au Chili, au lac Blanco.

dscn3252 dsc_3975 dsc_3978 dscn3089
En route nous admirons le vol des condors auxquels se mêle un aigle.

dsc_3904 dsc_3867 dsc_3870 dsc_3872 dsc_3879 dsc_3881 dsc_3889 dsc_3891 dsc_3893 dsc_3902 dsc_3903

Bien que nous ne fassions pas route ensemble nous nous retrouvons au bivouac, ce qui permet à Alain d’initier Pauline et Louis au pagayage à bord de notre kayac. Ces haltes sont assez insolites puisque nos campements représentent toute la palette des abris de voyageurs : mini tente de rando, micro van, notre vagabond et poids lourd avec cellule. Les apéros, repas et soirées sont bien sympas,même si nous en oublions un peu notre espagnol.

imgp0077 dscn3223 dscn3238
A Cameron nous allons voir les « pinguinos Rey », manchots arborant de jolies couleurs, dont la démarche et le comportement nous ravissent.

 dsc_4036 dsc_3994 dsc_4000 dsc_4003 dsc_4009 dsc_4024
En remontant le long de la Bahia Inutil, nous avons le plaisir de voir des dauphins effectuer des sauts spectaculaires au dessus des vagues mais ils n’avaient daigné nous avertir de leur spectacle, donc pas de photos….
Porvenir est notre dernière étape en Terre de Feu. Un ferry nous fait treverser en 2 heures le détroit de Magellan pour nous déposer à Punta Arenas au sud de la Patagonie Chilienne.

dscn3281 dsc_4049 dsc_4051 dscn3280

Le long des routes de nombreux panneaux en forme de clins d’oeil à nos amis anglais !

dscn3197 dscn3098

En Argentine les sports mécaniques sont très prisés et beaucoup de villages ont leur autodrome municipal.

dsc_3572

dsc_3778 dsc_3788 dsc_3799 dsc_3801 dsc_3809 dsc_3817 dsc_3846 dsc_3911 dsc_3914 dsc_3945 dsc_3952 dsc_3961 dsc_3989 dsc_4047 dsc_4055 dsc_3486 dsc_3490 dsc_3503 dsc_3507 dsc_3514-copie dsc_3516 dsc_3529 dsc_3561 dsc_3568 dsc_3581 dsc_3585 dsc_3591 dsc_3617 dsc_3621 dsc_3622 dsc_3628 dsc_3631 dsc_3636 dsc_3652 dsc_3674 dsc_3682 dsc_3699 dsc_3703 dsc_3710 dsc_3724 dsc_3726 dsc_3744 dsc_3752 dsc_3755 dsc_3762 dsc_3763 dsc_3766 dsc_3770 dsc_3771 dsc_3822 dscn3048 dscn3052 dscn3129 dscn3130 dscn3143 dscn3152 dscn3173 dscn3179 dscn3182 dscn3183 dscn3185 dscn3187 dscn3192 dscn3224 dscn3241 dscn3247 dscn3248 dscn3249 dscn3250 dscn3251 dscn3259

Les rencontres en Argentine

Les Rencontres

01 au 20/11/16

Après avoir quitté Sophie et sa famille à l’aéroport de Buenos Aires nous faisons étape à Lobos au sud de la capitale. Parqués en face de la mairie au bord de la place centrale, nous profitons de la wifi libre pour mettre notre blog à jour. L’endroit étant très passant, de nombreux curieux viennent nous aborder. C’est ainsi que nous discutons avec Pedro, architecte mais aussi agent de voyage qui nous indique les principales attractions du sud de l’Argentine, puis une 2CV s’arrête devant nous, son propriétaire très affable nous dévoile sa passion pour ce véhicule avec lequel il a gagné un championnat sur circuit et son projet est de venir en France défendre son titre!

Après quelques autres échanges, à 22 h c’est Fernando qui vient avec son fils Manuel. Il nous avait repérés l’après midi et son fils prenant des cours de français, il veut nous le présenter. Il insiste pour que nous venions boire un verre chez lui et nous voilà à bavarder autour de leur table à boire un verre de vin, puis ils nous offrent une glace…. Ils sont fabricants de biscuits et ils nous raccompagnent à Vagabond avec 17 gros paquets en cadeau!

dscn2737

La convivialité des Argentins n’est pas une légende et nous repartons de Lobos avec de nombreux n° de téléphone que les gens nous laissent pour nous aider au cas où nous aurions un problème.

Nous partons sur Mar del Plata où nous avions été invités à passer par les jeunes Martin et Brenda rencontrés en août 2015 à Panachel, Guatemala. Nous y sommes fort bien accueillis. Ils habitent dans un immeuble en bordure de mer avec vue sur les plages parasols du centre ville.

dscn2748 dscn2747

Notre arrivée coïncide avec celle du beau temps et de la chaleur. Ils nous emmènent en voiture à leur plage favorite à quelques kilomètres au sud de la ville pour un après midi farniente sur le sable car la mer est glaciale.

dscn2740 dscn2738 dscn2739

Le soir nous sommes invités à une excellente parrillada chez leurs amis Mati et Edi.

_mg_0208

Le lendemain nous visitons la ville dont la Villa Victoria, une grande maison en bois construite en 1912 qui fût la maison d’été de l’écrivaine Victoria Ocampo où elle invitait de nombreuses célébrités Argentines et étrangères.

dscn2749 dscn2750 dscn2754 dscn2743 dscn2746

Le soir Brenda et Martin nous invitent à venir manger chez eux. Françoise accepte à condition d’amener le repas. Ce sera une ratatouille pour une nouvelle soirée sympa. Encore merci à eux pour leur accueil car nous repartons de chez eux avec des cadeaux.

_mg_0212

Nous faisons étape à las Grutas, station balnéaire au fond du Golfo San Matias, début de la Patagonie. A la recherche d’un bivouac sur une plage isolée, nous voyons quantité de perroquets colorés perchés sur les arbustes.

dscn2762 dsc_2846 dsc_2849 dsc_2851 dsc_2858 dsc_2860 dscn2761

Nous arrivons sur la Péninsule de Valdès et avant de s’engager sur l’isthme, passage par le guichet pour l’achat des billets d’entrée car c’est une aire naturelle protégée, 20 km plus loin arrêt au centre des visiteurs pour faire connaissance de ces lieux et de la faune que nous sommes supposés y rencontrer. Un squelette de baleine Franche Australe et celui d’une tête d’orque y sont exposés.

dscn2894 dscn2767 dscn2893

La route continue jusqu’à Puerto Piramides où les bus déversent des flots de touristes venus embarquer sur les bateaux pour approcher, dans le Golfo Nuevo, les baleines qui en cette saison sont accompagnées de leurs baleineaux. A partir de là c’est par des pistes de terre que l’on peut parcourir cette grande péninsule (~50 km de large pour 100 km de long). Bien qu’à l’entrée du parc il soit spécifié que le seul endroit pour dormir est le camping de Puerto Piramides nous savons que les campingcaristes ont un lieu où ils sont tolérés: c’est Punta Pardelas. Nous nous y rendons et trouvons quelques camping cars, pour la plupart Européens.

dscn2834 dscn2833 dscn2774 dscn2772 dscn2890

L’endroit est magnifique et juste au bout de la plate forme rocheuse la falaise se prolonge dans l’eau par un tombant qui permet aux baleines de passer tout près. Nous avons la chance d’en voir peu après notre arrivée mais cela ne se reproduira pas, les autres restant à distance.

dsc_3088 dsc_2866 dsc_2886 dsc_2891 dsc_2907

Après une première boucle nous permettant de voir des Eléphants de mer, Lions de mer et Manchots de Magellan et une seconde nuit sur notre emplacement de rêve, nous sortons de la péninsule pour aller accueillir nos amis Patrick et Laurence (de Clarensac) à l’aéroport de Trelew.

dscn2849 dscn2865 dscn2882 dscn2885

Nous les véhiculons les 5 jours suivants pour sillonner la Péninsule mais le vent fort qui s’est levé ne permet pas de voir des baleines avec eux. Cheveaux, moutons, guanacos et nandous font partie du paysage.

dsc_3144 imgp6026 imgp6044 dsc_2938 dsc_2948 dsc_2952 dsc_2955 dsc_2957 dsc_2964 dsc_2974 dsc_2992 dsc_3005 dsc_3017 dsc_3025 dsc_3032 dsc_3053 dsc_3073 dsc_3122 dsc_3133 dsc_3140

Malgrés de longues heures d’observation, autour de la marée haute, nous ne voyons pas d’Orque. Pourtant un garde parc nous dit que sur les 10 derniers jours, il y a eu 8 attaques d’Orques venant attrapper des éléphants de mer qui se reposent sur les galets du bord de l’eau. C’est le plus grand prédateur des mers avec sa machoire surpuissante et ses 9 m de long, il est au sommet de la chaîne alimentaire.

dsc_3097 dsc_3113 dsc_3119 dsc_3146 dsc_3166 dsc_3172 dsc_3176

Le vent s’étant calmé, nous retournons à Puerto Piramides pour une sortie en mer. Le bateau s’arrête dans un secteur où il avait repéré une baleine. Puis c’est la baleine et son baleineau qui s’approchent lentement, comme curieux. Arrivés à quelques mètres du bateau, elle plonge, nous pensons alors qu’elle va passer au dessous mais non elle ressort au même endroit et choisit ce moment pour souffler, nous créditant d’une douche!

 dscn2900   dscn2905 dscn2907 dsc_3301 dsc_3302 dsc_3318 dsc_3322 dsc_3364 dsc_3367 dsc_3373 dsc_3380 dsc_3394

Merci à Laurence sans l’insistance de qui nous n’aurions probablement pas fait cette sortie.

Nous les raccompagnons à Trelew pour les laisser à la station de bus car ils continuent leur voyage sur Bariloche (Andes Argentines), leur itinéraire devrait les amener d’ici 3 semaines à Ushuaïa. Peut être les reverrons nous là bas…

dscn2943

Quelques repères dans les mastodontes marins:

_ Orque: 9m5, 9T.

_ Eléphant de mer: 5m, 4T. Peuvent plonger pendant 2 h jusqu’à 1600 m de profondeur

_ Baleine Franche Australe: 18m, 50T. Ce qui en fait le plus grand mammifère de la planète.

imgp6060 dsc_2946 dsc_2947 dsc_3185 dsc_3192 dsc_3193 dsc_3203 dsc_3206 dsc_3212 dsc_3222 dsc_3237 dsc_3286 dsc_3288 dsc_3467 dsc_3471 dsc_3472 dscn2837 dscn2838 dscn2839 dscn2840 dscn2841 dscn2851 dscn2853 dscn2866 dscn2878 dscn2880 dscn2909 imgp6053 imgp6056

Des chutes d’Iguazu à Buenos Aires

Des chutes d’Iguazu à Buenos Aires

23/10 au 01/10/2016

C’est à nouveau un grand bonheur d’aller accueillir Sophie, Michael, Thomas et Bastien à l’aéroport d’Iguazu. Nous les retrouvons un peu fatigués par leurs 36 h de voyage (Lyon-Madrid-Buenos Aires-Iguazu) mais partons tout de même dès l’aprés midi visiter le Parc National des chutes d’Iguazu, incités par une belle journée chaude et ensoleillée.

dscn2237 dscn2239 dscn2240

Nous savons que nous arrivons à un des sites les plus spectaculaires de la planète mais nous sommes tout de même saisis par l’ampleur de ces chutes qui se déversent sur 3 km par des centaines de cascades. Leur grondement et leur souffle qui fait remonter des embruns nous plongent dans une atmosphère unique au milieu d’une généreuse forêt tropicale.

dscn2235 dscn2245 20161021_162958-copie dsc_2636-copie dsc_2654-copie

De nombreux papillons nous entourrent et viennent se poser sur nous. Nous devons aussi repousser les assauts des coatis essayant de chaparder dans nos sacs.

dscn2464 dsc_2691 dsc_2708 dscn2271 dscn2276 dscn2279 dscn2321 dscn2324 dscn2381 dscn2423 dscn2460 dscn2463

Nous parcourrons pendant un jour et demi plusieurs kilomètres de passerelles installées à plusieurs niveaux dont celle qui permet de s’approcher de la rive Brésilienne jusqu’à l’impressionnant gouffre de la « Garganta Del Diablo ».

dscn2304 20161022_140213 dsc_2597 dsc_2624 dsc_2638 dsc_2654 dsc_2657 dsc_2659 dsc_2661 dsc_2686 dscn2231 dscn2239 dscn2282 dscn2286 dscn2297

N’étant pas encore rassasiés de ce spectacle grandiose, nous partons l’apprécier du côté Brésilien, franchissant pour la première fois la frontière de ce pays. Les points de vue sur les chutes sont ici moins éparpillés mais tout aussi beaux.

dscn2425 20161023_120158 20161023_121048 dsc_2704 dscn2385 dscn2387 dscn2391 dscn2395 dscn2398 dscn2403 dscn2405 dscn2417

Nous restons une journée de plus à Iguazu pour nous promener sur les chemins de terre rouge dans la campagne environnante et allons nous baigner sous une cascade.

dscn2428-copie dscn2429-copie dscn2431-copie dscn2435-copie dscn2440-copie dscn2449-copie dscn2466 dscn2468

A l’extrême Nord Ouest de la ville, au confluent du rio Iguazu et du rio Parana a été installée une borne (hito) depuis laquelle on a la vue sur une borne Paraguayenne (en face du Parana) et sur une borne Brésilienne (en face de l’Iguazu).

dscn2218 dscn2214 dscn2217

A la grande joie de Bastien, passionné de roches, nous allons visiter la mine de pierres semi précieuses de Wanda, « la mina Colorada ». Les géodes de cristal de roche, aigue marine, améthiste et topaze y sont méticuleusement dégagées des parois.

20161025_114603 dscn2474-copie dscn2479-copie dscn2480-copie dscn2485-copie dscn2487-copie dscn2493-copie dscn2498-copie

Nous avions prévu d’aller visiter les » Saltos de Mocona », d’autres grandes chutes d’eau, elles sur le rio Uruguay, mais de fortes pluies se sont récemment abattues sur la région inondant les plaines et en interdisant l’accès.

dscn2513

Plus au sud, nous nous approchons de « la Réserve Nationale del Ibéra » et de ses lagunes réputées pour la diversité de leur flore et de leur faune principalement les oiseaux qui passionnent Thomas. Malheureusement depuis 2 jours nous roulons sous les pluies tropicales et à nouveau ce parc est inaccessible.

Le maté est la boisson nationale, tout Argentin ne peut se promener sans sa tasse et son thermos d’eau chaude. Nous allons découvrir cette plante dans la plantation « las Marias », un des plus gros fournisseurs de maté et de thé d’Argentine. Cette immense propriété est implantée sur des terres rouges qui sont propices à cette culture. Nous sommes accueillis par une hôtesse qui nous guide à une salle de projection où nous apprenons tout le process depuis la récolte jusqu’à la mise en sachets puis nous partons en mini bus pour un tour dans les plantations. L’accent est mis sur le côté social de l’entreprise qui loge ses employés dans de coquettes maisons individuelles, a sa propre école et son établissement de santé ainsi que les structures sportives. A noter que la visite et les dégustations sont gratuites.

dscn2508 dscn2502 dscn2503 dscn2504

Le soleil revenu, nous entrons au parc national El Palmar, 8500 hectares de forêt de palmiers Yatay en bordure du rio Urugay dans lequel Thomas et Bastien vont se baigner.

dscn2578 dscn2530 dscn2531 dscn2536 dscn2565 dscn2569

San Antonio de Areco est une ville de tradition « Gaucho » c’est là que nous allons pour passer une journée à l’hacienda Ombu. Nous partons pour une ballade à cheval sur leurs terres parmi le bétail puis, après la traditionnelle parrillada (viande à profusion) nous avons droit à un récital d’une gloire locale, chanteur guitariste, récent gagnant de leur concours annuel. Nous assistons à une démonstration de dressage de chevaux puis, Thomas s’étant régalé lors de la ballade à cheval,il repart pour une autre ballade accompagné de son papi.

dscn2688 Ballon aménagé pour jouer au pato (canard).dscn2663 dscn2657 dscn2651 dscn2641 dscn2639 dscn2636 dscn2633 dscn2622 dscn2619 dscn2616 dscn2610 dscn2607 dscn2599 dscn2597 dscn2591 dscn2590 dscn2689

Tigre est une ville très touristique aux portes de Buenos Aires. En bordure du delta du tigre elle est traversée par 3 rios. Nous embarquons sur une vedette pour un circuit nous faisant découvrir des quartiers accessibles uniquement par bateau, chaque maison ayant son ponton et nous voyons même un commerce sur pilotis.

dscn2731 dscn2719 dscn2724 dscn2726 dscn2728 dscn2729 dscn2730

Nous nous garons près du centre de Buenos Aires puis partons à pied pour voir les principaux bâtiments en passant par la « Casa Rosada », siège de la présidence, puis la Place Mayo haut lieu de rassemblements et de rendez vous pacifiques des « Madres de la Plaza de Mayo » qui depuis plus de 30 ans se retrouvent chaque jeudi en mémoire de leurs enfants et proches disparus sous la junte militaire entre 1976 et 1983. Nous retournons par une longue rue piétonne étroite occupée par des centaines d’étals de commerçants.

dscn2712 dscn2696 dscn2700 dscn2702 dscn2705 dscn2707 dscn2708 dscn2709 dscn2711

Les vacances se terminent pour les jeunes et nous les raccompagnons à l’aéroport.

dscn2736

Leur compagnie nous a ravis mais nous aurions aimé les avoir avec nous plus longtemps.

20161022_140221-copie-copie 20161022_141600-copie-copie 20161023_111703-copie-copie 20161023_143636-copie-copie 20161026_193525-copie-copie 20161030_120352-copie-copie dsc_2584-copie-copie dsc_2594-copie-copie dsc_2595-copie dsc_2596-copie dsc_2598 dsc_2606 dsc_2615 dsc_2644 dsc_2658 dsc_2660 dsc_2670 dsc_2692 dsc_2700 dsc_2806 dsc_2713-copie dsc_2722-copie dsc_2733-copie dsc_2747-copie dsc_2757-copie dsc_2763-copie dsc_2766 dsc_2773 dsc_2790 dscn2357 dscn2230 dscn2237 dscn2240 dscn2248 dscn2251 dscn2260 dscn2311 dscn2313 dscn2317 dscn2318 dscn2326 dscn2329 dscn2338 dscn2344 dscn2354 dscn2604 dscn2364 dscn2369 dscn2378 dscn2379 dscn2382 dscn2419 dscn2436 dscn2450 dscn2456 dscn2552 dscn2554 dscn2584 dscn2592 dscn2594 dscn2595 dscn2603

Argentine Centre Nord

Argentine Centre Nord

25/09 au 20/10/2016

Quelques kilomètres après notre entrée en Argentine et avant même les contrôles des douanes, nous nous arrêtons au Parc de l’Aconcagua pour une rando sympa au pied de cette montagne majestueuse. Son sommet à 6962 m est le point culminant des Amériques.

dscn1908 dscn1909 dscn1915 dscn1917 dscn1923

Nous reprenons la route et ne tardons pas à tomber sur un gros bouchon que les locaux nous disent habituel. Nous sommes en vue des bureaux des douanes et il nous faudra 4 h pour les atteindre. Toutes les voitures sont fouillées et les Argentins reviennent en nombre de Santiago du Chili où ils se sont approvisionnés à bon compte, même s’ils doivent s’affranchir d’une taxe au passage de la frontière, le prix des marchandises étant nettement moindre au Chili.

dscn1928

Dans cette région de nombreux barrages ont été faits. Etant toujours attirés par les plans d’eau, nous en approchons plusieurs dont celui de Potrerillos, puis los Reyunos avant d’arriver, au bout du joli canyon de l’Atuel, à celui de Valle Grande.

dscn1974 dscn1933 dscn1935 dscn1940 dscn1941 dscn1945 dscn1950 dscn1958 dscn1959 dscn1960 dscn1973

Nous traversons rapidement Mendoza

dscn1981 dscn1979

pour nous diriger vers le parc National Leoncito situé dans une plaine entre la cordillère des Andes (frontière Chilienne) et la précordillère. Nous faisons escale au milieu du «  Barreal Blanco », un grand lac asséché qui fait le bonheur des adeptes de char à voile, mais nous y sommes un jour sans vent. Sur le flanc de la précordillère, nous profitons de la lune noire pour nous rendre à l’observatoire « El Leoncito » où nous apprenons à reconnaître les galaxies visibles depuis l’hémiphère sud. C’est là que nous rencontrons Jorgelina, photographe spécialisée dans les photos des étoiles qui nous offre notre portrait sur fond de voie lactée. Sa page facebook :AstroLina Photography pour de superbes photos de la voûte céleste, le lien https://www.facebook.com/fotodeestrellas.

alain dscn1990 dscn1994 dscn1995 dscn1996 dscn2005 dscn2011

Au bout de cette plaine, à Calingasta, nous entrons par une piste dans des gorges dominées par les beaux rochers de « El Alcazar ».

dsc_2452 dscn2019 dscn2021 dscn2022 dsc_2443 dsc_2450

Plus loin nous embarquons Don, un sympathique auto stoppeur Hollandais installé à Mendoza pour finir ses études. Son itinéraire prévu pour les 3 jours à venir étant le même que le nôtre, nous allons le véhiculer durant ce temps.

dscn2058

La 1ère visite que nous faisons ensemble est le parc Ischigualasto avec ses formations rocheuses remarquables, mais aussi une plaine où ont été trouvés les fossiles des squelettes de dinausores datant du début de leur ère (250 millons d’années). La visite a la particularité de se faire en parcourant 40 km de pistes à bord de notre véhicule, mais en convoi guidé et arrêts programmés dont un au musée paléontologique.

dscn2036 dscn2030 dscn2031 dscn2039 dscn2045 dscn2048 dscn2052 dscn2056 dscn2061 dscn2069 dscn2070 dscn2072 dscn2079 dscn2029

A Chilecito, après nous être approchés de la statue du Cristo de Portezuelo qui domine la ville, nous remontons le long du « cablecarril » jusqu’à la 2ème station de cette ligne de téléphérique qui en comptait 9 sur 35 km de long. Inaugurée en 1904 c’était un exploit technologique. Elle servait à decendre les minerais d’or, d’argent et de cuivre depuis une mine à flanc de montagne jusqu’au chemin de fer qui déservait la ville.

dscn2083 dscn2087 dscn2092 dscn2093 dscn2095

La Rioja, au centre nord, marque l’entrée dans une zone de végétation plus intense. Les jacarandas et bougainvillés fleuris sont de toutes beautés.

dscn2124 dscn2103 dscn2104 dscn2112 dscn2116 dscn2118 dscn2119 dscn2123

Un dimanche matin alors que nous roulons en direction de Polco, nous sommes à nouveau pris dans un embouteillage car le village est en fête pour la célébration annuelle de la « Virgen del Rosario de Polco ». C’est un ainsi le point de confluence de milliers de personnes venues participer à la procession. La ferveur populaire catholique n’est ici pas un vain mot. Pour l’occasion toutes les propriétés de la région sont décorées de banderoles et drapeaux. Nous assistons à ce défilé dans une ambiance festive.

dscn2135 dscn2133

Arrêt au parc national Quebrada del Condorito où nous faisons une randonnée de 4 heures pour atteindre un joli point de vue sur le canyon et d’où nous voyons un condor.

dsc_2511 dsc_2518 dscn2149 dscn2151 dscn2152 dscn2153

Cordoba est un mélange de maisons coloniales et d’immeubles modernes. Il est agréable de déambuler dans ses rues piétonnes et d’entrer sous les arcades des patios.

dscn2174 dscn2155 dscn2156 dscn2157 dscn2160 dscn2162 dscn2163 dscn2164 dscn2171

Nous nous rendons à Capilla del Monte où nous avions été invités à passer par Flo, un français installé là depuis 7 ans. Nous l’avions rencontré à Cusco il y a 4 mois et malgré une arrivée impromtue, il nous invite chez lui à une soirée parillada bien agréable.

dscn2180

Il est maintenant temps pour nous de prendre la direction du Nord Est pour traverser la province de Corrientes sur un miller de kilomètres par ses plaines le long du rio Parana afin de remonter sur Iguazu où nous allons être rejoints par notre fille Sophie et sa famille.

dscn2186

Nous roulons à travers de vastes étendues plantées de céréales avec pour seuls reliefs d’énormes silos à grains et, plus surprenant, quelques palmiers au beau milieu de ces champs.

dscn2185

Nous nous arrêtons à Ituzaingo pour aller visiter le monumental barrage de Yacyreta, un ouvrage binational Paraguay-Argentine qui a nécessité 64 km d’endiguement du fleuve Parana et qui couvre 40°/° des besoins en électricité de l’Argentine grâce à ses 20 énormes turbines verticales installées dans les 800 m de longueur du barrage.

dscn2195 dscn2197 dscn2199 dscn2224 dscn2225 dscn2226 dscn2227

Une écluse permet au transport fluvial de franchir les 24 m de dénivellé amont-aval.

dscn2228

L’Argentine nous paraît un peu à 2 vitesses : la modernité des grandes villes s’oppose à la vie rurale où les habitations sont souvent très modestes et le parc automobile composé de nombreuses voitures des années 50à70.

dscn2125 dscn2188 dscn2193 dscn2201 dscn2211 dscn2212 dscn2213

dsc_2359 dsc_2369 dsc_2378 dsc_2389 dsc_2394 dsc_2406 dsc_2414 dsc_2464 dsc_2470 dsc_2474 dsc_2480 dsc_2481 dsc_2497 dsc_2501 dsc_2507 dsc_2533 dsc_2541 dsc_2544

dsc00566 dsc_2544 dsc_2558 dsc_2560 dsc_2565 dsc_2566 dsc_2572 dsc00455

dscn2209 dsc_2344 dsc_2433 dsc_2437 dsc_2441 dsc_2534 dsc_2569 dscn1921 dscn1924 dscn1929 dscn1931 dscn1946 dscn1957 dscn1961 dscn1963 dscn1969 dscn1978 dscn2003 dscn2004 dscn2023 dscn2025 dscn2026 dscn2028 dscn2034 dscn2081 dscn2089 dscn2090 dscn2096 dscn2099 dscn2165 dscn2173 dscn2176 dscn2177 dscn2181 dscn2189 dscn2192 dscn2204