Panama

   

Nous passons notre dernière semaine au Costa Rica en écumant les plages de la côte Pacifique.

DSCN2847 DSCN2865

C’est au bord de l’une d’elles que nous voyons les premiers singes capucins qui se seraient bien invités à l’intérieur de Vagabond.

DSCN2817 DSCN2831 IMG_2070

En mal de sensations, nous partons vers Bahia Drake, baie où la plupart des touristes sont amenés en avion et en bateau, car l’accès terrestre ne se fait que par une piste de 20 km réservée aux 4X4 avec passage de gué et de ponts de bois étroits et vétustes. Décidément  c’est au Costa Rica que nous avons le plus profité des capacités de franchissement de Vagabond.

DSCN2860 DSCN2861 DSCN2874 DSCN2883

Nous retiendrons donc du Costa Rica tous nos bivouacs idylliques, seuls sur de grandes plages, les plaines plantées de palmiers (pour l’huile) ainsi que de bananeraies, les terres plus élevées plantées de caféiers, la végétation dense, mais nous n’y avons pas trouvé la même chaleur humaine que dans les autres pays d’Amérique Centrale.

DSCN2849  DSCN2900 DSCN2910DSCN2898  DSCN2888

DSCN2842 Sécurité du travail? image saisie en sortie d’un virage sans aucune signalisation préalable….

Quelques photos supplémentaires

DSCN2835 DSCN2838 DSCN2848 DSCN2867 DSCN2878 DSCN2903 IMG_2076 IMG_2082DSCN2845DSCN2840

Dès notre entrée au Panama, nous sommes agréablement surpris de retrouver une ambiance plus chaleureuse. Lors de notre premier arrêt déjeuner à proximité d’un village, nous avons affaire à un groupe de jeunes qui viennent discuter et nous poser des dizaines de questions sur notre voyage.

Nous entrons dans la montagne pour nous rendre à Boquete puis continuons jusqu’à l’entrée du parc National Volcan Baru. Là nous bivouaquons devant la maison du gardien . Nous avons à nouveau des contacts sympathiques avec sa famille. Le gouvernement ne leur ayant pas fourni l’essence pour leur groupe électrogène, ils n’ont pas d’électricité. Nous leur rechargeons leurs téléphones portables et au petit matin, ils nous offrent des tomates de leur jardin.

Nous partons randonner sur le chemin « Quetzal » au coeur de la forêt en espérant voir cet oiseau emblématique, mais bien que nous soyons au coeur de son habitat nous n’avons cette fois-ci pas la chance de le rencontrer.

DSCN2917 DSCN2918 DSCN2919 DSCN2920

Nous passons par la ville de David où nous assistons à un défilé festif.

DSCN2924 DSCN2926 DSCN2928 DSCN2930

Retour en bord d’océan pour déguster une langouste et nous rapprocher de Panama City.

DSCN2933 DSCN2934 DSCN2936 DSCN2940

DSCN2943 Ecole de village en plein air.

L’entrée de la ville se fait en passant sur le pont des Amériques. Au dessous défilent les bateaux  entrant et sortant du canal.

DSCN2946 DSCN2949 DSCN2956

Comme dans toutes les capitales , la circulation est dense et nous découvrons d’abord des quartiers aux immeubles défraîchis avant d’arriver sur le bord de mer aux belles avenues bordées de la « sky line », ces gratte-ciel sièges de nombreuses banques et compagnies internationales.

DSCN2954 DSCN2965 DSCN8458 DSCN8461 DSCN8463 DSCN8469

Le canal de Panama commence  côte Pacifique à Panama City pour aboutir à Colon côte Atlantique. C’est un formidable raccourci pour la marine. Il avait été initié par Ferdinand de Lesseps (cocorico!) puis finalisé en 1914 par les américains qui en ont gardé l’exploitation jusqu’en 1999. Maintenant aux mains des Panaméens, il leur assure la prospérité. Plus de 11000 bateaux l’empruntent chaque année et sa capacité va être doublée par son élargissement et la construction d’une 3ème voie d’écluses plus longues et plus larges. Cette voie emprunte le lac Gatun et le lac Miraflorès,  chacun ayant des niveaux différents (+ 28 m pour le lac Gatun). Pour atteindre ces niveaux; 3 jeux d’écluses ont été construits: celui de Gatun, de Miraflores et de Pedro Miguel. Nous allons visiter les 2 premiers et ne nous lassons pas de regarder fonctionner ce manège. Nous apprenons que les locomotives ( 4 de chaque côté des plus grands bateaux) ne sont pas là pour le halage, mais pour centrer les bateaux, les plus gros passant à quelques centimètres de chaque côté.

DSCN2967 DSCN2982 DSCN2992 DSCN3001 DSCN3010 DSCN3018

Le pays de Panama est un isthme tout en longueur d’Ouest en Est, de seulement 80 km de large Sud- Nord au niveau de Panama City. Il relie l’Amérique Centrale au continent d’Amérique du Sud par sa frontière avec la Colombie, mais il n’y a aucne route qui relie les deux pays car la région du Darien est une jungle humide impénétrable. Nous nous rendons donc à Colon (côte Caraïbe) pour laisser Vagabond au port. Un cargo l’amènera à Carthagène  en deux jours de mer. Nous retournons en bus à Panama City où nous en profitons pour visiter les vieux quartiers historiques  avec leurs très jolies rues bordées de maisons colorées style Espagnol.

DSCN8472 DSCN8473 DSCN8477 DSCN8478

Nous quittons le continent Nord Américain en avion pour aller rejoindre Vagabond à Carthagène (Colombie-Amérique du Sud).

Nous avons sillonné ce continent pendant 20 mois en parcourant 69000 km. Il nous est impossible de récapituler nos coups de coeur tant ils ont été nombreux dans chaque état et chaque pays que nous avons traversé;  Partout la nature nous a révélé des merveilles. Tous nos contacts humains ont aussi été sources de grandes satisfactions.

Sans hésiter, si nous devions recommencer ce voyage, nous le ferions dans les même conditions (en essayant toutefois d’éviter la seule ombre au tableau qu’a été notre accident au Mexique…).

Notre enthousiasme est intact au moment d’attaquer la descente de l’Amérique du Sud.

DSCN2911 DSCN2913 DSCN2916 DSCN2925 DSCN2960 DSCN2961 DSCN2962 DSCN2968 DSCN2972 DSCN2985 DSCN2989 DSCN2993 DSCN2999 DSCN3000 DSCN3003 DSCN3024 DSCN8465 DSCN8467 DSCN8468 DSCN8476 DSCN8479 DSCN8480 IMG_2097

Costa Rica 2

Le Costa Rica est partagé en 2 par une chaîne volcanique qu’il faut traverser pour se rendre de la côte Pacifique à la côte Caraïbe. Pour ce faire, nous passons par le volcan Irazu qui culmine à 3432 m. A notre arrivée au bord du cratère, une épaisse brume nous empêche toute visibilité. Nous attendons qu’elle se dissipe pour pouvoir observer le fond du cratère principal et avons la déception de constater que la lagune vert émeraude qui était en photo sur les dépliants de l’entrée du parc était asséchée (depuis 3 ans nous dira un guide…). Nous bivouaquons dans une prairie près de l’entrée du parc à 3300 m et devons ressortir la couette rangée depuis Janvier ( 7° dehors au petit matin, soit 20° de moins que la moyenne à laquelle nous étions habitués.)

DSCN2522 DSCN2523 DSCN2526 DSCN2534 DSCN2540

Nous redescendons sur la côte Caraïbe en traversant de très grandes plantations de caféiers puis plus bas d’immenses bananeraies.

DSCN2715 DSCN2718

En arrivant en bord de mer, nous trouvons une forte ressemblance avec le Bélize. Populations d’indiens et d’afro-caribéens accueillants et très cool, logés dans des maisons en planches sur pilotis couvertes de tôles.

DSCN2566 DSCN2578

Nous allons au sud jusqu’au bout de la route côtière pour nous poser sur la belle plage de Manzanillo.

DSCN2563 DSCN2550 DSCN2562

Un paresseux nous y reçoit, nous indiquant le rythme à adopter par la chaleur et le taux d’humidité qui sévissent ici.

DSCN2556 DSCN2554

Nous partons avec un guide à 6 h du matin pour une marche dans la jungle du Parc National de Manzanillo. Nous nous enfonçons peu à peu dans la forêt humide primaire et pouvons voir outre l’exubérante végétation,

DSCN2678 DSCN2590 DSCN2599 DSCN2611 DSCN2633 DSCN2640 DSCN2652

de nombreux animaux parmi lesquels des grenouilles rouges ( minuscules mais venimeuses), tarentules, caïmans, chauve-souris, couleuvres, oiseaux, singes et pour finir, en bord de plage, le rare caniche blanc aux oreilles et à la queue rose….

IMG_1767 DSCN2588 DSCN2592 DSCN2608 DSCN2615 DSCN2624 DSCN2630 DSCN2649 DSCN2653 DSCN2676 IMG_1705 IMG_1716 IMG_1718 IMG_1740 IMG_1756 IMG_1765 DSCN2577

A Bribri, nous allons visiter une plantation de cacao ancestrale d’une famille d’indiens. Les cabosses sont récoltées sur les cacaoyers, puis leur coque est cassée à coups de machette pour récupérer les fèves qui sont laissées 5 jours à fermenter. S’en suit leur séchage au soleil une vingtaine de jours avant de les griller, les concasser puis les broyer pour obtenir une pâte 100°/° cacao. Nous avons droit à une démonstration de leur savoir faire pour ces dernières opérations (voir film).

 DSCN2691 DSCN2684

Dans leur propriété, ils nous font aussi découvrir de nombreuses plantes médécinales ainsi que celles qui servaient de colorant, comme ces graines rouges qu’ils utilisaient pour leurs peintures de guerre et dont Françoise va se parer.

 DSCN2690 DSCN2687 DSCN2689

Un peu plus au nord, Cahuita possède aussi son parc en bord de mer avec de superbes plages protégées par une barrière de corail vers laquelle nous allons nager.

DSCN8415 DSCN8440 DSCN8442 DSCN8445 IMG_1810 IMG_1814 IMG_1820 DSCN8404 DSCN8411 DSCN8412

Toujours plus au nord, il n’y a plus de route le long de la côte mais une piste mène à un parking où nous laissons Vagabond pour emprunter un transport public en lancha, seul moyen de se rendre à Tortuguero. Nous arrivons après une heure et demi de navigation sur des canaux zigzagant au coeur de la jungle.

DSCN2720 DSCN2722 DSCN2733 DSCN2732

Ce village sur une langue de terre entre mer Caraïbe et lagune qui était habité par des pêcheurs de tortues s’est totalement reconverti au tourisme depuis la création du parc national.

DSCN2735 DSCN2736

Nous passons une nuit dans une « cabinas » afin d’être prêt à 6 h du matin pour une balade en canoë dans ce parc. Nous approchons en silence au plus près d’une grande variété d’oiseaux, mais aussi de caïmans et d’iguanes.

IMG_1902 DSCN2746 IMG_1860 DSCN2752 DSCN2756 DSCN2760 DSCN2764 DSCN2765 IMG_1866 IMG_1873 IMG_1882 IMG_1886 IMG_1890

Une promenade sur la plage nous permet de voir des tortues venant d’éclore escalader avec peine les bords de leur nid avant d’effectuer une course effrénée vers l’océan.

De retour sur la côte Pacifique, nous restons 4 jours sur la plage d’Esterillos, bon spot de surf et lieu de villégiature de nombreux aras rouges que nous ne nous lassons pas d’admirer.

  IMG_1916 IMG_1958 IMG_2004 IMG_2009 IMG_2033 IMG_2054 IMG_2049 IMG_2050 IMG_2038

D’autres photos

IMG_1784 DSCN2586 DSCN2612 DSCN2617 DSCN2660 DSCN2661 DSCN2668

IMG_1910 DSCN2610 DSCN2643 DSCN2658 DSCN2748 DSCN2750 DSCN2770 DSCN2780 IMG_1701 IMG_1742 IMG_1748 IMG_1759 IMG_1790 IMG_1804 IMG_1818 IMG_1831 IMG_1850 IMG_1858 IMG_1864_modifié-1 IMG_1875 IMG_1880 IMG_1887 IMG_1909

DSCN8438 DSCN2516 DSCN2519 DSCN2545 DSCN2546 DSCN2549 DSCN2573 DSCN2574 DSCN2582 DSCN2627 DSCN2628 DSCN2629 DSCN2639 DSCN2646 DSCN2662 DSCN2664 DSCN2671 DSCN2679 DSCN2683 DSCN2692 DSCN2704 DSCN2786 DSCN2789 DSCN8424 DSCN8431 DSCN8435 DSCN2568 DSCN2569

Costa Rica

   

A notre entrée au Costa Rica, nous allons nous mettre au vert 2 jours dans une finca. Le seul véhicule qui s’y trouvait était français, celui de Liliane et Alain qui font leur périple aux Amériques dans l’autre sens. Nous échangeons de nombreuses infos pour la suite de nos voyages et partons randonner à la recherche des paresseux qui vivent dans ces fôrets exhubérantes. Recherche vaine, nous ne pouvons voir que le petit recueilli par les maitres des lieux suite à son abandon par ses parents, quelques oiseaux et singes hurleurs.

IMG_1678 DSCN2312 DSCN2317 DSCN2318 IMG_1650

Nos approches de l’océan Pacifique dans les précédents pays d’Amérique centrale avaient été quelque peu frustrantes à cause des accés très limités au bord de mer. Ici, au contraire, il est très facile de bivouaquer sur les grandes plages et nous en profitons un maximum pendant 2 semaines. Nous commencons par le golfe de Papagayo où les eaux tranquilles nous permettent des promenades en kayak parmi les tortues et les raies. Plus bas nous rejoignons Pascal, Laeticia et Théo et ce sont les baignades « massages » dans les grosses vagues appréciées par les surfeurs.

DSCN2347 DSCN8390 - Copie DSCN8391 DSCN2322 DSCN2326 DSCN2344 DSCN2346

Sur certaines plages comme celle d’ Ostional les tortues vertes viennent pondre par centaines les nuits « d’abrivada ». Le matin, le spectacle est désolant car la plage est envahie par des centaines de vautours et de nombreux chiens venus déterrer des milliers d’oeufs pour s’en repaître. Un soir nous assistons à la ponte de l’une d’entre elles. Ce sont de grosses tortues de 80 cm à 1 m pesant 120 kg, pourtant bien plus petites que les tortues luth qui leur succéderont à partir du 20 Octobre, ces dernières atteignant 450 kg.

DSCN2439 DSCN6581 - Copie DSCN6583 - Copie DSCN2372 DSCN2383 DSCN2386 DSCN2395 DSCN2397

Nous sommes à la saison des pluies et les pistes que nous empruntons avec « le Palathéo » pour faire le tour de la péninsule de Nicoya ont été ravinées. Quelques passages de rios d’eau boueuse ont nécessité une reconnaissance à pied pour trouver l’endroit le moins profond… et la sortie sur l’autre rive parfois décalée d’une bonne centaine de mètres. Il est vrai que nous sommes partis sur un itinéraire très peu fréquenté fortement déconseillé en cette saison par les guides touristiques.

DSCN2380 DSCN2401 DSCN2430 DSC_7697 DSC_7703 DSCN2374

Pour pimenter un peu le parcours et profiter un maximum de la nature sauvage, nous empruntons à nouveau des pistes de montagne pour atteindre le pied du volcan Arenal. Après quelques traversées à gué de larges torrents, nous arrivons à un pont en planchettes plus ou moins vermoulues clouées sur 2 gros troncs d’arbre. Heureusement le seul autochtone que nous y rencontrons nous affirme que nous pouvons nous y engager car il a déjà vu passer un camion chargé de 4 vaches ! Pour le Palatheo, avec ses 14 tonnes, pas question de rouler dessus, mais sa garde au sol impressionnante lui permet de traverser à gué sans problème dans un mètre d’eau. Plus loin, un retrécissement nous oblige à sortir machette et pioche pour libérer le passage et enfin arriver au bord de la lagune Arenal qui se trouve au pied du Volcan.

DSC_7734 DSCN2457 DSCN6653DSCN2471 DSCN6643 DSCN6655 DSC_7717

Avant de quitter la Fortuna, nous allons voir la belle cascade de 70 m, au pied de laquelle nous pouvons enfin nous baigner dans une eau presque fraîche.

DSCN2514 DSCN2483 DSCN2495 DSCN2504

Au Costa Rica, l’économie est largement dominée par l’industrie touristique. Le contraste avec les autres pays d’Amérique Centrale est frappant et le coût de la vie est sans commune mesure (égal voire supérieur à celui de la France). Les abords des sites les plus visités sont envahis d’attractions à l’américaine accessibles à prix fort (location de quad, jet ski, tyroliennes, vue sur la canopée en téléphérique, promenades à cheval…). Nous ressentons un petit malaise vis à vis de tous ces commerçants qui nous prennent pour des coffres forts sur pattes, l’argent faussant les relations. Ceci explique que nous ayons choisi des chemins en dehors des circuits touristiques, nous permettant de retrouver un peu d’authenticité auprès des habitants du Costa Rica profond et de nous fondre dans une nature restée intacte de tout développement immobilier.

DSCN2421 DSCN2464 DSCN2513 DSCN2413 DSCN2416

Ici,le slogan national est  »Pura Vida » et on se l’entend dire à tout propos par les  »Ticos », alors à notre tour, nous souhaitons à tous ceux qui nous lisent une  »Pura Vida » . A bientôt.

Plus de photos

DSCN2319 DSCN2332 DSCN2403

IMG_1693 DSCN2481 DSCN8395 DSCN8400 DSCN8402 IMG_1646 IMG_1676

DSCN6643 DSC_7681 DSC_7709 DSCN2337 DSCN2342 DSCN2349 DSCN2362 DSCN2387 DSCN2414 DSCN2415 DSCN2428 DSCN2433 DSCN2436 DSCN2437 DSCN2442 DSCN2506 DSCN6627 DSCN6629

DSCN2370 Si vous voyez Françoise floue, c’est parce qu’elle vient de tester les différentes bières….

Le Nicaragua

DSCN2010

Le Honduras est classé « rouge » par le ministère des affaires étrangères qui fait circuler des infos alarmistes sur la sécurité des touristes dans ce pays. Nous décidons de le traverser dans sa partie la plus étroite (150 km), près de la côte Pacifique, sans nous y arrêter. Nous passons donc une journée paperasserie et attente aux différents guichets, avec fourniture d’innombrables photocopies pour sortir du Salvador, entrer au Honduras, sortir du Honduras et enfin entrer au Nicaragua. La palme revient à l’agent des douanes très zélée à l’entrée du Nicaragua à qui nous posons un problème insoluble: son formulaire pour enregistrer les équipements de loisir n’est prévu que pour 3 articles et nous en avons bien plus avec nos vélos, notre kayak, nos kites et nos équipements de plein air… Nous attendons plus d’une heure que le sous-chef soumette le problème au chef, qui après nous avoir fait ouvrir le coffre (la 1ère fois depuis le début du voyage) accepte de nous laisser passer.

Nous faisons notre première halte au Nicaragua seulement quelques kilomètres après la frontière, pour profiter du Canyon de Somoto. Accompagnés de Luis, notre guide, nous partons pour une « marche canyoning » de 3h au fond de ces gorges avec quelques sauts dans les marmites suivis de nage entre des parois de 200 m de haut.

DSCN8362 DSCN8368 Luis2 saut somoto 1 saut somoto 2 saut somoto 3 saut somoto 4 saut somoto 5

Pour nous rendre d’Esteli à Leon nous suivons les directives de notre GPS et nous nous retrouvons rapidement sur une piste de terre où nous roulons à allure modérée jusqu’au moment d’aborder une grande descente sur laquelle une averse venait de s’abattre. Au pied de cette descente, un autobus et 2 camions s’étaient mis en travers, incapables de repartir car une couche de terre argileuse avait été répandue, transformant cette partie en patinoire. Nous réussissons à nous immobiliser sur le bord puis allons à pied, non sans mal, rejoindre les véhicules en perdition pour savoir ce qu’il fallait faire. Réponse: attendre que ça sèche pour retrouver un peu d’adhérence. Après 2 h d’attente, les camions ont pu se dégager et nous avons pu finir cette descente un peu en crabe mais en évitant les fossés.

DSCN1914 DSCN1915 DSCN1916

Nous sommes alors en pleine campagne et le jour commence à baisser, nous nous arrêtons pour demander à des autochtones si nous pouvons passer la nuit garés dans leur cour, demande immédiatement acceptée. L’entrée est un peu étroite car adaptée aux charrettes et pour cette famille (3 générations) c’est vraiment un évènement de découvrir un camping car! quand nous demandons si Leon est loin de chez eux, le père nous répond 4 à 5 h, repris par la fille qui nous spécifie à dos de mule!

Leon est une jolie ville coloniale qui a été le berceau de la révolution au Nicaragua, la ville entière s’étant rebellée contre la famille Somoza, des dictateurs impérialistes, qui s’étaient succédés sur 3 générations.

DSCN1927 DSCN1929 DSCN1920DSCN1922

Nous allons visiter le musée de la révolution, guidés par un ancien combattant fier de montrer les photos sur lesquelles il apparaît.

DSCN1923 DSCN1924 DSCN1925 DSCN1926

Le pays semble maintenant avoir trouvé une certaine stabilité, aidé par le programme Sandino socialiste mené par le gouvernement Daniel Ortega. Les routes principales sont les meilleures que nous ayons rencontrées jusque là en Amérique Centrale, la majorité des logements y sont bien moins précaires, l’accés à la santé est gratuit ainsi que celui à l’éducation. L’état fournit aussi vaches, cochons et volailles pour subvenir aux besoins d’alimentation dans les campagnes. Bien sûr tout n’est pas idyllique car toutes ces aides sont accompagnées de corruptions et les dirigeants s’enrichissent, comme partout, au détriment du peuple….

Nous allons à Leon Viejo, l’ancienne ville de Leon, visiter les vestiges de cette cité fondée au bord du lac Managua en 1524 par les Espagnols, juste en face du volcan Momotombo qui causa son abandon en 1610.

DSCN1960 DSCN1964 DSCN1967

Nous arrivons à Managua, la capitale, au début des fêtes célébrant l’indépendance des pays d’Amérique Centrale par rapport aux Espagnols (15/09/1821). Ces fêtes s’étalent sur tout le mois de Septembre, dans tout le pays. Nous trouvons la ville en pleine effervescence car c’est l’entraînement pour des milliers de policiers et aussi une journée de parade pour toutes les écoles venues participer, à grand renfort de fanfares, au défilé patriotique commémorant la liberté et l’unité Centroaméricaine.

DSCN1994 DSCN1998 DSCN2006 DSCN2008 DSCN2005

La Cathédrale endommagée par un terrible tremblement de terre en 1972 n’a toujours pas été restaurée.

DSCN1989

Nous obtenons l’autorisation de nous installer au port, à côté de la jolie promenade du bord du lac Managua.

DSCN2002

Le volcan Masaya est facile d’accés car la route monte jusqu’au bord du cratère, mais la vue sur celui-ci est réduite par l’importante fumée qui en sort. Elle est accompagnée de gaz toxiques qui interdisent de bivouaquer là.

DSCN2039 DSCN2025 DSCN2033

Nous nous rendons à la très belle lagune d’Apoyo, formée dans le cratère du vieux volcan du même nom. Là nous entrons à l’auberge  » Fendaci Gaia », une fondation qui a pour vocation de soigner des animaux sauvages blessés et les relacher une fois rétablis. Pour financer cette activité, ils accueillent dans leur lodge des étudiants étrangers à qui ils dispensent des cours d’Espagnol. Nous en profitons pour essayer de corriger quelques unes des plus grosses fautes dues à notre auto apprentissage, en prenant une leçon de 4 h avec une professeur très intéressante.

DSCN2051 DSCN2048

Granada est une autre belle ville touristique avec ses rues piétonnes, ses grands bâtiments coloniaux et sa cathédrale. Nous stationnons pour la nuit sur le parking du bureau de la police nationale du centre touristique au bord de la plage du lac Nicaragua, de sa promenade…et de sa discothèque de plein air qui nous tiendra éveillés jusqu’à 3h 30 du matin à grand renfort de karaoké pas toujours mélodieux…

DSCN2055 DSCN2057 DSCN2058 DSCN2062 DSCN2068 DSCN2071 DSCN2073

Nous rejoignons à nouveau la côte Pacifique à Chacocente où une réserve de tortues marines a été mise en place. Chaque jour de grosses tortues viennent pondre sur cette plage sous haute surveillance. Les oeufs sont aussitôt récupérés pour être mis à l’abri dans des sacs de sable pour trois mois d’incubation. Nous avons la chance d’arriver un jour où 276 tortues avaient éclos et à la tombée du jour nous participons à leur remise à l’océan.

DSCN2095 DSCN2112 DSCN2116 DSCN2097 

Le très grand lac Nicaragua (150 km de long) entoure l’île volcanique d’Ometepe. Nous nous y rendons en empruntant un petit ferry vétuste, Vagabond coincé entre un camion et …un cercueil. L’arrivée au port de Moyogalpa nous offre une très belle vue sur les volcans Conception (1610 m,actif) et Maderas (1394 m, éteint). Nous faisons le tour de cette île dont seulement une partie des routes est goudronnée ou pavée, le reste empruntant des chemins parfois cahotiques au milieu d’une végétation dense et de plantations de bananiers, manguiers et de maïs parmi les rochers de pierre volcanique. A ces endroits retirés, la population se déplace à pied, en deux roues ou à cheval et est logée un peu plus chichement qu’ailleurs.

DSCN2140 DSCN2146 DSCN2151 DSCN2269 DSCN2277 DSCN2278

Nous allons randonner dans la réserve de Charco Verde en commençant par la visite d’une serre à papillons, dérogeant ainsi au principe que nous avions depuis le début du voyage de ne photographier que des animaux en liberté.

DSCN2206 DSCN2162 DSCN2178 DSCN2197 DSCN2202 DSCN2203

Ensuite, nous marchons dans la forêt avec au-dessus de nos têtes de nombreux singes et oiseaux, jusqu’à la plage Rancon où nous nous baignons en face d’une petite île.

DSCN2254 DSCN2211 DSCN2222 DSCN2226 DSCN2230 DSCN2234 DSCN2243 DSCN2245

La plage Santo Domingo située au point le plus étroit de l’ île, entre les deux volcans, est ventée. Alain en profite pour aller kite-surfer avec pour seuls spectateurs vaches et chevaux.

DSCN2266 DSCN2264

De retour sur la côte pacifique nous allons traîner et nous baigner sur les belles plages de Marsella et Maderas, non loin de San Juan Del Sur.

DSCN2286 DSCN2285

San Juan Del Sur est la station balnéaire huppée du Nicaragua, au fond d’une jolie baie dominée par une statue du Christ.

DSCN2304 DSCN2306

A l’extrême sud, nous allons bivouaquer sur la page du village de pêcheurs El Ostional a quelques kilomètres du Costa Rica.

DSCN2311

IMG_1613 DSCN1918 DSCN1928 DSCN1931 DSCN1932 DSCN1936 DSCN1943 DSCN1945 DSCN1950 DSCN1953 DSCN1959 DSCN1973 DSCN1976 DSCN1978 DSCN1981 DSCN1983 DSCN1984 DSCN1988 DSCN1995 DSCN1999 DSCN2014 DSCN2029 DSCN2031 DSCN2032 DSCN2041 DSCN2043 DSCN2054 DSCN2061 DSCN2063 DSCN2067 DSCN2070 DSCN2076 - Copie DSCN2079 DSCN2084 DSCN2086 DSCN2088 DSCN2092 DSCN2096 DSCN2114 DSCN2118 DSCN2122 DSCN2126 DSCN2131 DSCN2142 DSCN2150 DSCN2183 DSCN2186 DSCN2191 DSCN2200 DSCN2214 DSCN2217 DSCN2226 DSCN2227 DSCN2240 DSCN2255 DSCN2258 DSCN2272 DSCN2280 DSCN2281 DSCN2288 DSCN2296 DSCN8358 DSCN8363 DSCN8370 DSCN8371 DSCN8374 IMG_1598 IMG_1603 IMG_1605

Le Salvador

A l’entrée du Salvador nous avons affaire à un douanier accueillant. Sur ses conseils , nous choisissons d’aller en bord de mer et arrivons au village de pêcheurs de Garita Palmera le long d’une grande plage. Ne trouvant aucune structure touristique, nous nous hasardons à demander à une famille de pêcheurs si nous pouvons entrer sur leur propiété (sous les cocotiers à même la plage) pour y passer la nuit, ce qu’ils acceptent immédiatement. A peine installés, un des fils grimpe à un cocotier pour cueillir quelques noix et nous offrir leur eau pour la bienvenue. Ils nous disent que c’est la première fois qu’ils voient un véhicule d’Europe dans leur village et sont fiers de nous recevoir. Le soir ils nous invitent à venir manger du poisson grillé, tout en échangeant sur nos conditions de vie respectives. Encore merci à la famille Gamez.

DSCN1670 DSCN1676 DSCN1672 DSCN1674
Nous nous rendons au Parc National de l’Impossible, les derniers kilomètres au ralenti sur une piste en très mauvais état. Le lendemain nous partons en randonnée en nous joignant à un groupe de gardiens de parcs en formation et bénéficions des enseignements de leur encadrant, qui profite de notre présence pour se renseigner sur la végétation française. Le chemin serpente sous une végétation dense et variée laissant passer juste un peu de lumière. Depuis le mirador nous avons une belle vue sur la canopée puis après une longue descente abrupte nous arrivons au confluent de deux ruisseaux où nous nous baignons. Le retour est assez éprouvant mais ces 4 h de marche dans cet environnement en valaient la peine. De plus là aussi les contacts ont été chaleureux avec ce groupe sympathique, chacun tenant à être pris en photo avec nous. Avant de repartir, Miguel vient nous donner ce petit mot en souvenir.

DSCN1737 DSCN1724 DSCN1702DSCN1732 DSCN1731 DSCN1726
Nous montons au « Cerro Verde » pour une nuit sur le parking du Parc National Los Volcanes à 2000 m d’altitude, enfin un peu de fraîcheur. Le matin, nous sommes abordés par deux couples de touristes l’un Américain et l’autre Colombien ( accompagnés d’un guide et d’un agent de sécurité) se prenant en photo avec Vagabond. Après la coutumière visite de « nos appartements » les jeunes mariés Colombiens nous laissent leurs coordonnées et nous invitent à passer les voir lorsque nous serons à Medellin.

DSCN1750 DSCN1751
Il faut attendre 11 h pour pouvoir partir grimper sur le volcan Santa Ana, le plus haut volcan Salvadorien ( 2365 m). En effet la randonnée ne peut se faire qu’encadrée par 2 guides et 2 policiers armés pour éviter tout problème de banditisme. Après plus de 2 h de crapahutage en compagnie animée d’un groupe de jeunes en sortie paroissiale, la récompense est là: nous arrivons au bord du cratère au fond duquel se trouve un lac d’une couleur à rendre Vagabond jaloux. La vue depuis ce sommet est magnifique aussi bien sur ce cratère que sur le Volcan Izalco, et plus bas sur le lac Coatepeque.

DSCN1767 DSCN1772 DSCN1764 DSCN1779

DSCN1770

Nous nous rendons à ce lac le lendemain mais nous n’y restons pas car les chemins qui approchent ses rives n’y donnent accès que par des propriétés privées.

DSCN1787 DSCN1782 DSCN1784
Nous passons le week-end à Suchitoto à côté du lac Suchitlan.

DSCN1795 DSCN1788 DSCN1790 DSCN1802 DSCN1801
Nous allons fêter notre anniversaire de mariage( le 39ème…) à l’hôtel-restaurant Los Almendros connu comme un des plus beaux établissements du Salvador. Nous sommes accueillis dans cette vieille demeure magnifiquement restaurée et décorée par les propriétaires Pascal et Joaquim. Pascal est français et nous reçoit chaleureusement en nous parlant de Nîmes où il a eu travaillé. Après un bon repas il nous invite à profiter de la piscine.

WP_20150823_002
Le dimanche est une journée consacrée à la fête annuelle du maïs. La place principale est très animée avec les nombreux stands qui s’y sont installés et même les miss locales sont en parade.Une procession se rend à l’église avec de nombreuses offrandes de nourriture. Ici, le maïs a toujours une place primordiale dans les repas et ce n’est pas nouveau puisque les Mayas le vénéraient déjà il ya plus de 1000 ans. Le soir nous assistons à un feu d’artifice de clôture bien fourni.

DSCN1807 DSCN1815 DSCN1816
Suchitoto a été un centre important de production de l’indigo (le colorant anil est obtenu à partir de la plante jiquilite) qu’ils exportaient à grande échelle vers l’Europe. L’avènement des teintures synthétiques a ruiné l’économie de cette ville mais aussi affaibli celle du Salvador. Le gouvernement a réagi en promotionnant la culture du café mais cela n’a pas bénéficié à Suchitoto car il se cultive sur des terres plus élevées.
A la sortie de la ville, nous allons visiter la cascade « Los Tercios », curiosité géologique. Cette falaise est entièrement constituée de colonnes de pierres hexagonales empilées. Bien que nous soyons en saison des pluies, cette année est particulièrement sèche et le site n’a de cascade que le nom. L’office du tourisme nous a informés que cette visite ne pouvait se faire qu’accompagnés de la police touristique car le site est assez isolé. C’est donc avec deux policiers fortement armés que nous nous y sommes rendus.

DSCN1840 DSCN1841 DSCN1844 DSCN1847
Devant notre étonnement de voir leurs bureaux protégés par des sacs de sable, ils nous expliquent qu’ils sont actuellement nationalement victimes d’attaques à la grenade de la part des narco-trafiquants…. Du coup, nous ne sommes plus certains de faire le bon choix lorsque nous bivouaquons en face de chez eux.

DSCN1837 DSCN1851
A San Salvador, la capitale, nous allons visiter la très originale église de El Rosario dont l’extérieur en béton encrassé ne laisse pas deviner la beauté de l’intérieur. Ce sera le seul arrêt que nous ferons dans cette ville car les rues sales et nauséabondes ne nous ont pas incités à la promenade.

DSCN1856 DSCN1853 DSCN1854
Nous rejoignons le bord du Pacifique à côté de la Libertad et réussissons à trouver un parking au bord de la plage de Palmercito où nous passons deux jours avec le choix de baignade tonique dans les rouleaux ou plus tranquille dans les piscines aménagées à même les rochers encadrant la plage.

DSCN1871 DSCN1860 DSCN1870 WP_20150826_002
Nous traversons La Libertad en pleine semaine de la jeunesse et croisons un long défilé en musique et danse. Leurs banderoles revendiquent la non violence car ce mois d’Août a semble t il atteint des records de nombre d’homicides au Salvador (plus de 700 si on en croit les gros titres de la presse).

DSCN1890 DSCN1879 DSCN1886 DSCN1888
Pour un peu échapper à la chaleur et l’humidité étouffantes du bord de mer, nous partons vers les montagnes. Au dessus de 1000 m, nous traversons des Fincas (plantations de café).

DSCN1894 DSCN1893
Nous atteignons la laguna de Alégria où nous nous installons au bord du lac de cratère, puis nous en faisons le tour à pied par un chemin tracé dans les terres sulfureuses.

DSCN1898 DSCN1899 DSCN1901 DSCN1902
Le lendemain nous visitons la jolie petite ville de montagne d’Alégria qui offre de très beaux points de vue sur les vallées et dont beaucoup de maisons sont couvertes de fresques murales.

DSCN1904 DSCN1905
En se rapprochant de la frontière du Honduras, nous découvrons un petit village de pêcheurs « Playitas » blotti au fond d’une plage de sable noir.

DSCN1907 DSCN1908 DSCN1909

DSCN1906 DSCN1677 DSCN1678 DSCN1681 DSCN1683 DSCN1689 DSCN1697 DSCN1713 DSCN1714 DSCN1721 DSCN1723 DSCN1725 DSCN1735 DSCN1739 DSCN1741 DSCN1748 DSCN1754 DSCN1769 DSCN1780 DSCN1785 DSCN1806 DSCN1810 DSCN1818 DSCN1819 DSCN1821 DSCN1823 DSCN1830 DSCN1832 DSCN1835 DSCN1849 DSCN1850 DSCN1852 DSCN1862 DSCN1872 DSCN1874 DSCN1876 DSCN1896 DSCN1900

Le Guatemala

Le Guatemala
Nous commençons la visite du Guatemala par le site archéologique Maya de Yaxha qui se trouve près d’un lac en pleine jungle, lui donnant un charme particulier. Durant la visite, nous voyons des singes araignées, des toucans, un pic, des coatis mais aussi des singes hurleurs, ceux-là même qui la nuit précédente nous ont tenus réveillés par leurs vocalises d’une intensité étonnante ressemblant parfois à de forts aboiements, parfois à de longs rugissements rauques.

L’accompagnement sonore dans les aigus est effectué par les jolies cigales locales appellées ici Chicharras.

IMG_1394 IMG_1401 IMG_1404 DSCN1425 DSCN1427 DSCN1433 DSCN1439 DSCN1448 IMG_1327 IMG_1337 IMG_1375
Après une nuit au bord du lac de Peten Itza

IMG_1416 IMG_1424 DSCN1469

nous visitons ce qui fut la plus grande cité Maya du nom de Tikal elle aussi nichée dans la jungle. Ce site a été occupé de 800 avant JC jusqu’à 900 après JC et la ville s’étendait sur 65 km². Nous parcourons pendant plus de 3 heures les chemins reliant les dizaines de vestiges inégalement restaurés et cotoyons à nouveau cette flore resplendissante, ici aussi occupée par la même faune qu’à Yaxha avec en prime dindons ocellés et renards.

DSCN1470 IMG_1438 IMG_1442 IMG_1479 IMG_1518 IMG_1529 DSCN1473 DSCN1488 DSCN1490 DSCN1495 DSCN1496
La ville de Flores, elle aussi au bord du lac de Peten Itza, a son centre sur une île, et comme toutes les petites villes du Guatemala, elle est inlassablement sillonnée par des centaines de Taxis « Tuc-tuc ».

DSCN1514 DSCN1503 DSCN1508
Rio Dulce est un port sur le lac de Isabal, à l’entrée du canyon qui le relie à travers la jungle à la mer Caraïbe. Nous nous y arrêtons pour une nuit sur le parking d’un hôtel luxueux, Françoise ayant besoin de repos car elle a contracté le « Chikungunya ».

DSCN1517
La belle route pour se rendre à Lanquin se transforme soudainement et sans avertissement en une piste qui grimpe dans la montagne, par endroit défoncée à cause des fortes pluies qui s’étaient abattues 2 jours avant notre passage. En chemin nous prenons un homme en stop, il nous propose d’aller bivouaquer à côté de chez sa fille institutrice qui s’avère habiter en pleine montagne au bord d’un petit chemin où nous réussissons à nous garer. Toute la famille, dont de nombreux gamins, est heureuse de pouvoir visiter Vagabond, mais la communication avec certains est difficile car leur dialecte est ici le »quetchi » et tous ne parlent pas Espagnol.

DSCN1526 DSCN1519 DSCN1521 DSCN1522
Près de Lanquin, nous allons visiter le joli site des cascades de Semuc Champey. La montée à pied jusqu’au mirador qui permet une vue d’ensemble s’avère éprouvante pour Françoise car elle est fievreuse et ses articulations sont douloureuses. De retour près de l’eau la baignade a été appréciée.

DSCN1546 DSCN1533 DSCN1536 DSCN1539 DSCN1540
La moyenne montagne est très cultivée même sur des terrains très pentus qui ont été défrichés pour la culture du maïs, causant des problèmes de ravinement de terrain. Les parcelles moins inclinées sont plantées de quantité de tomates, brocolis, choux et carottes. En passant à côté de ramasseurs de carottes nous sommes interpellés. Nous nous arrêtons pensant qu’ils voulaient nous en vendre et avons la surprise de nous en voir offrir 2 kilos.

DSCN1652 DSCN1584 DSCN1585 DSCN1590
Nous traversons Guatemala City, la capitale, où le trafic est dense et rapide. Le code de la route semble ici briller par son inexistance et les magnifiques autobus sont parmi les plus véloces. 35 km plus loin nous arrivons à Antigua, l’ancienne capitale, nichée au pied de trois volcans dont un « Fuegos » est toujours en activité. Cette ville a été plusieurs fois détruite par des tremblements de terre et en porte toujours de nombreuses séquelles, les édifices en ruine cotoyant les petites maisons reconstruites le long de ses rues pavées.

DSCN1579 DSCN1554 DSCN1555 DSCN1559 DSCN1560 DSCN1563 DSCN1568 DSCN1570
Le lac de Atitlan est lui aussi entouré de 3 volcans et de nombreux villages le bordent.

DSCN1592 DSCN1591

Nous nous installons à Panajachel et partons en « lanchas »(barque à moteur) pour visiter 3 d’entre eux. La spécialité de San Juan La Laguna est le tissage que de nombreuses femmes rassemblées en coopératives exécutent. Nous assistons à une démonstration du filage, de la teinture naturelle à partir de plantes et d’eau de bananier servant de fixateur, puis du tissage le tout effectué à la main sans aucune mécanisation.

DSCN1611
A San Pedro la laguna, nous allons voir une plantation de café puis une installation où les grains sont séparés de l’enveloppe puis après 8 h de fermentation sont lavés, triés puis séchés au soleil prêts à l’exportation.

DSCN1623 DSCN1620 DSCN1621
A Santiago Atitlan, outre sa jolie église, la curiosité s’appelle « Maximon », il s’agit d’une statue en bois effigie d’une »divinité » Maya qui est hébergée pour un an chez un habitant chargé de la surveiller…et de recevoir des offrandes parmi lesquelles les cigares et le rhum sont appréciés!! D’ailleurs Maximon lui même est affligé d’un gros cigare.

DSCN1639 DSCN1661 DSCN1637
Après ces villages de bord de lac nous prenons un autobus local pour aller à Solola par une route sinueuse et en forte pente (500 m de dénivelé en seulement 7 km) car c’est jour de marché.

DSCN1602 DSCN1599 DSCN1601

Dans ces montagnes Guatemaltèques, les femmes sont toutes joliment vêtues de façon traditionnelle.

DSCN1647 DSCN1638 DSCN1646
Nous allons sur la côte pacifique à Champerico, petite ville de bord d’océan connue pour sa grande plage mais sommes déçus de la trouver assez sale. De plus, tout le monde nous prévient que l’endroit est dangereux, des touristes ayant été victimes d’attaques à main armée. Nous allons passer la nuit garés dans une rue près du poste de police.

DSCN1654

Le lendemain nous prenons la direction de Puerto San José et nous nous trouvons bloqués dans d’immenses bouchons,la route étant envahie par des manifestants. Les élections présidentielles auront lieu dans moins d’un mois ce qui a l’air de créer pas mal de tension dans la population.
Nous pouvons nous installer sur un parking gardé de la belle plage de sable volcanique de Puerto San José et profiter de l’océan. A 5h du matin, nous sommes réveillés car Vagabond est secoué, nous demandons pourquoi le remuer ainsi et n’obtenons pas de réponse. Un coup d’oeil par les fenêtres et nous ne voyons personne. Nous apprenons le matin que la terre à tremblé, causant quelques dégats au bâtiment déja dégradé à proximité.

DSCN1660 DSCN1659
Nous restons un peu dubitatifs quand à la sécurité au Guatemala.  Partout des agents de sécurité avec fusil à pompe officient. Ainsi beaucoup de camionneurs en sont accompagnés et les principaux magasins sont gardés. Doit on se sentir rassurés par toutes ces personnes armées?

IMG_1571 DSCN1423 DSCN1424 DSCN1432 DSCN1434 DSCN1436 DSCN1437 DSCN1438 DSCN1442 DSCN1444 DSCN1450 DSCN1451 DSCN1453 DSCN1455 DSCN1458 DSCN1459 DSCN1466 DSCN1471 DSCN1472 DSCN1474 DSCN1476 DSCN1480 DSCN1487 DSCN1492 DSCN1494 DSCN1499 DSCN1501 DSCN1504 DSCN1505 DSCN1534 DSCN1537 DSCN1540 DSCN1545 DSCN1550 DSCN1572 DSCN1575 DSCN1577 DSCN1578 DSCN1587 DSCN1589 DSCN1596 DSCN1607 DSCN1609 DSCN1610 DSCN1613 DSCN1614 DSCN1618 DSCN1619 DSCN1624 DSCN1625 DSCN1627 DSCN1628 DSCN1633 DSCN1635 DSCN1640 DSCN1645 DSCN1650 IMG_1323 IMG_1345 IMG_1349 IMG_1350 IMG_1364 IMG_1383 IMG_1402 IMG_1410 IMG_1429 IMG_1432 IMG_1511 IMG_1525 IMG_1535 IMG_1543 IMG_1551 IMG_1558 IMG_1560 DSCN1582

Le Bélize

L’entrée au Bélize met fin à notre périple en Amérique du Nord qui aura duré 16 mois. A nous l’Amérique Centrale!
Ce pays est coincé entre la mer des Caraïbes, le Mexique et le Guatémala. Les habitants se sont montrés très accueillants, nous souhaitant la bienvenue dans leur pays, et espérant que nous en parlions en bien à notre retour en France. Le tour de France venait d’être retransmis sur leur télé nationale, et nombreux sont ceux qui venaient nous dire qu’ils avaient découvert notre pays à cette occasion. Le vélo est ici très populaire par nécessité, même si leurs montures sont bien loin de ressembler à des vélos de course.
A Orange Walk nous dénichons une distillerie de rhum et allons demander au gardien si nous pouvons la visiter. Bien que notre demande lui paraisse incongrue, il revient avec l’accord de la direction qui met un guide à notre disposition pour nous expliquer tout le process. A la fin de la visite, non seulement il refuse tout pourboire mais il est fier de nous offrir 2 bouteilles de rhum!

DSCN1362 DSCN1356 DSCN1361
Sartaneja est un village de pêcheurs au bout d’une piste de 65 km traversant des propriétés exploitées par des communautés Mennonites qui se déplacent toujours avec leur carriole à cheval, vêtus de façon traditionnelle. Ce village est constitué de maisons très modestes souvent faites de planches et de tôles mal ajustées. Une majorité des habitants est constituée de descendants d’esclaves Africains (Garifunas), mais on rencontre aussi beaucoup d’Asiatiques. Bien que l’anglais soit ici la langue officielle, on entend beaucoup parler espagnol, mais aussi quelques autres langues pour nous inconnues.

DSCN1380 DSCN1367 DSCN1369 DSCN1371 DSCN1373
Sur la route de Dangriga, nous passons à côté du « Blue Hole », une jolie petite cenote dans laquelle nous allons nous rafraîchir.

DSCN1386 DSCN1383
Dangriga est dotée d’une belle plage qui fait sa réputation et quelques petits hôtels s’y sont installés à côté des habitations toujours aussi rustiques. Alain profitera de ce bivouac sur la plage pour aller faire du kite au grand étonnement des locaux qui ne connaissaient pas cette activité!

DSCN1394 DSCN1389 DSCN1391
Au bord de la route en direction d’Hopkins, nous sommes étonnés de voir des arbres du voyageur parmi la dense végétation et les vertes plantations d’orangers.

DSCN1412 DSCN1401
Plus au sud, Placencia est un autre village de pêcheurs qui se convertit lentement au tourisme grâce à ses plages réputées mais qui ne nous ont pas enchantés car là aussi envahies d’algues.

DSCN1409 DSCN1410
Nous traversons la capitale Belmopan sans trop nous en apercevoir. C’est plutôt un grand village (16000 ha) fait de petites maisons qui nous donne la mesure de ce pays.
Juste avant la frontière avec le Guatemala, nous nous arrêtons à San Ignacio, c’est Samedi, jour où s’y tient le plus grand marché du pays dans lequel nous allons flâner.

DSCN1419 DSCN1417 DSCN1420
Nous avons donc traversé le Bélize en 4 jours seulement et nous en retiendrons la gentillesse des gens, la petite taille des villes où la vie semble s’écouler paisiblement bien que dans un grand dénuement. Nous avons évité Bélize City la plus grande de ces villes, préférant rester plus côté nature et bord de mer.

DSCN1418 DSCN1357 DSCN1364 DSCN1366 DSCN1370 DSCN1376 DSCN1377 DSCN1379 DSCN1381 DSCN1403 DSCN1405 DSCN1407 DSCN1408 DSCN1415 DSCN1416

Côte Caraïbe Mexique

Côte Caraïbe du Mexique
Isla Mujeres est une petite île en face de Cancùn, nous empruntons un ferry pour aller y passer une journée où nous jouons aux touristes « conventionnels »de voyages organisés.

DSCN1294 DSCN1287 DSCN1293
Nous optons pour une très prometteuse promenade de 4 h en barque le long de la côte Est avec au programme la visite d’un musée sous-marin, la possibilité de voir dauphins, requins et tortues avec un repas dans un restaurant. Le musée sous-marin nous a permis de nager au dessus d’une série de petites statues en béton ressemblant plus à des alignements de poteaux, puis « clou du musée » au dessus d’une voiture immergée à cet endroit! Plus loin, nous avons pu voir deux dauphins effectuant des sauts sur commande dans un espace cloturé, puis nous avons eu droit au spectacle affligeant de deux requins dormeurs emprisonnés eux aussi dans un enclos avec possibilité d’aller se faire prendre en photos avec ces pauvres bêtes dans les bras! Seul le repas correct sauvera cette excursion. Nous allons finir la journée sur la très belle plage nord, sable blanc et eau turquoise nous réconciliant avec cette île.

Nous quittons Cancùn, ville pour nous sans intérêt, pour partir vers le sud le long de la côte Caraïbe, côte éminemment touristique si bien que nous n’avons plus l’impression d’être au Mexique. Les complexes hoteliers se succèdent ainsi que les parcs d’attraction, delphinariums et autres tyroliennes, le tout promotionné à l’aide de grands panneaux publicitaires écrits en anglais; De même les prix sont affichés en dollars si bien qu’on a l’impression d’être retournés aux USA. Ce n’est pas ce que nous sommes venus chercher au Mexique et nous ne nous attardons donc pas sur cette région.
Nous nous arrêtons tout de même à la belle plage d’Akumal car de nombreuses tortues ont élu domicile dans ses eaux. Les baignades deviennent des moments magiques parmi elles. Seul bémol,toute la côte Caraïbe a été envahie d’algues, transformant les plages idyliques de sable blanc en long ruban marron et nauséabond qu’il faut traverser avant d’atteindre les eaux claires. Nous nous régalons aussi à nager jusqu’au dessus de la barrière de récifs coralliens. Une mauvaise manipulation nous prive de photos faites à cette occasion.

DSCN8324 DSCN1299 DSCN8288 DSCN8303 DSCN8305 DSCN8323
Une autre attraction de la péninsule maya sont ses nombreuses cénotes. Il s’agit de grottes ou de trous remplis d’eau douce, reliés par des rivières souterraines. L’eau y est d’une grande limpidité et les baignades sont bien rafraîchissantes.

DSCN1326 DSCN1328 DSCN1334 DSCN8212 DSCN8220 DSCN8330 DSCN8337
Tulum était un port fortifié Maya, son site archéologique surplombe la mer et bien que la taille de ses constructions soit modeste, sa visite est très agréable en se promenant au milieu des palmiers.

DSCN1324 DSCN1310 DSCN1313 DSCN1322
A notre arrivée au lac Bacalar, nous sommes agréablement surpris par la couleur et la clarté de l’eau vraiment inhabituelles pour un lac; Les pontons avec paillotes sont du plus bel effet. Nous passons plusieurs heures à nous baigner en compagnie de Pascal, Laeticia et Théo que nous avons retrouvés depuis notre retour de Cuba dans le même avion ( nous les avions rencontré à Los Angeles en Décembre).

DSCN1337 DSCN1341 DSCN1343 DSCN1345 DSCN1349

DSCN1304

Vagabond se sent tout petit à côté du « Palatheo »
Dernière étape au Mexique à Chetumal où nous nous installons sur un camping en bord de mer avec piscine et wifi afin de mettre à jour notre blog.

DSCN1355 DSCN1352
Demain passage vers l’Amérique Centrale en commençant par Le Bélize.

DSCN0979

Vagabond transformé en taxi 12 places pour le retour de la plage Isla Blanca

DSCN0977 DSCN8347 DSCN1290 DSCN1291 DSCN1298 DSCN1300 DSCN1305 DSCN1314 DSCN1317 DSCN1318 DSCN1320 DSCN1323 DSCN1327 DSCN1329 DSCN1332 DSCN1335 DSCN1339 DSCN1353 DSCN8213 DSCN8217 DSCN8294 DSCN8298 DSCN8318 DSCN8338 DSCN8342 DSCN8345

CUBA

Cuba 07 au 17/07/2015

La Havane, capitale de CUBA n’est qu’à une petite heure de vol de Cancùn.

DSCN0983

Dés notre arrivée le dépaysement nous frappe. Les fameux taxis utilisant les grosses voitures Américaines des années 50 se pressent dans les rues (embargo Américain de 1961 oblige…).

DSCN0999 DSCN1083 DSCN1000 DSCN1035

Il y a aussi de nombreux vélos taxis couramment utilisés par les Cubains.

DSCN1080 DSCN0993

Nous pensions pouvoir louer une voiture pour silloner l’île mais il a fallu se rendre à l’évidence que les locations sont réservées aux clients des tours opérators. Nous allons donc nous renseigner pour nous déplacer en spartiates et surchargés autobus locaux appelés ici « guagua » mais nous nous heurtons à nouveau à un refus de nous vendre des tickets ! En tant que touristes, nous devons emprunter les bus modernes et onéreux des tours opérators !

DSCN1132

Un jeune chauffeur de taxi, nous propose de nous prendre en charge pour 8 jours à prix forfaitaire en nous laissant le choix des destinations. Nous acceptons, et c’est donc en Chevrolet 1952 que nous allons nous déplacer à Cuba et nous nous ferons déposer pour des hébergements chez l’habitant.

DSCN1152

A La Havane, nous découvrons une grande ville avec de belles places bordées de beaux édifices qui sont soit des bâtiments d’état, musées ou hôtels de luxe pour touristes fortunés. Nos promenades à pied dans les quartiers populaires nous laissent voir nombre d’immeubles en décrépitude dans lesquels une grande partie de la population vit dans des conditions de salubrité douteuses…

DSCN0994 DSCN1003 DSCN1004 DSCN1006 DSCN1008 DSCN1013 DSCN1016

Nous prenons l’autoroute nationale pour Santa Clara, relativement belle chaussée (2X3 voies) mais avec quelques nids de poules ; de plus il faut compter avec des chevaux, des charrettes qui traversent en coupant le terre plein central et des vendeurs de fromage sur la voie de gauche.

DSCN1037 DSCN1042

C’est en 1959 à Santa Clara que Che Guevara a mené de main de maître l’attaque d’un train blindé pour la révolution contre Batista et c’est dans cette ville qu’a été construit un imposant mémorial surmontant le musée qui lui est consacré.

DSCN1056 DSCN1039 DSCN1047 DSCN1051

Tout au long des routes on peut voir des portraits à la gloire du Che ainsi que des panneaux de propagande révolutionnaire signés de Fidel.

DSCN1261 DSCN1057 DSCN1063 DSCN1078 DSCN1259

Trinidad est une petite ville pleine de charme avec toutes ses rues pavées et ses petites maisons colorées. Le soir, comme dans toute les villes ici, il règne une grande agitation sur les places et dans les restaurants avec musique et chanteurs. Nous en profitons pour y déguster des langoustes puis aller prendre le frais en sirotant des mojitos et des canchancharas (spécialité du coin à base de rhum bien sûr), Françoise a adoré.

DSCN1073 DSCN1074 DSCN1075 DSCN1116

A l’approche de Cienfuegos, les HLM nous surprennent un peu, puis nous découvrons le centre avec ses beaux bâtiments autour de la place, le malecon et le petit port de pêche.

DSCN1184 DSCN1136 DSCN1140 DSCN1158 DSCN1161

Entre Cienfuegos et Giron, la route longe la mer dont nous apprécions la couleur turquoise. Nous nous arrêtons à Playa Peces pour aller nous baigner et constater que nous n’avons pas des vies faciles… Devoir se tremper dans la mer des Caraïbes dans une eau translucide trop chaude pour vraiment nous rafraîchir, devoir se frayer un chemin parmis les poissons multicolores tout en évitant les coraux, dur dur… Mais bon, nous l’avons bien cherché alors nous assumons !

DSCN8187 DSCN8126 DSCN8134 DSCN8144

Giron est à l’entrée de la baie des cochons, nous allons visiter le musée retraçant la victoire de 1961 des troupes de Fidel sur la tentative d’invasion des mercenaires américains.

DSCN1180 DSCN1178

A côté de Pinar Del Rio nous allons visiter une plantation de tabac. Le patron nous explique tout le processus qui s’étale sur 4 ans depuis l’ensemencement jusqu’à la fabrication du cigare. Puis il nous fait une démonstration du roulage. Nous ne pouvons pas voir de champ de tabac car nous sommes hors saison. Inversement pour la canne à sucre, nous en traversons de grandes étendues mais n’avons pas trouvé de distillerie de rhum à visiter.

DSCN1216 DSCN1215 DSCN1122

A côté de la petite ville de Vinales, nous nous rendons dans la vallée des Mogotes. Ce sont de curieux rochers recouverts de végétation. Nous allons aussi visiter la Cueva del Indio ( grotte de l’indien).

DSCN1241 DSCN1221 DSCN1226 DSCN1227 DSCN1231 DSCN1233

Nous terminons notre itinéraire par la plage de Cayo Jutias, superbe plage de la côte nord où nous passons la journée entourés de familles Cubaines. Nous apprenons alors que les plages plus à l’ouest qui sont aménagées pour les touristes leur sont interdites car trop proches de la Floride nous diront ils…

DSCN1268 DSCN1263 DSCN1265

Pour les touristes, le coût de la vie n’est que légèrement inférieur à celui des USA ou de la France.

Nous sommes donc restés perplexes en apprenant que le salaire d’un « petit » ouvrier ne dépasse pas 20€/mois. Seuls les métiers touchant au tourisme sont ici lucratifs, les autres permettent juste de subsister. Heureusement la nature très généreuse leur procure quantité de nourriture. Ainsi devant beaucoup de maisons de tout petits étals proposent à la vente mangues, papayes, bananes ou ananas et aussi quelques légumes.

De retour à Cancùn, nous récupérons Vagabond et renouons avec internet car à Cuba, internet n’est accessible que dans les grands hôtels luxueux et encore certaines applications comme skype ne sont pas disponibles.

DSCN1090 DSCN0991 DSCN0992 DSCN0995 DSCN0997 DSCN0998 DSCN1001 DSCN1002 DSCN1012 DSCN1015 DSCN1017 DSCN1023 DSCN1030 DSCN1031 DSCN1033 DSCN1034 DSCN1053 DSCN1062 DSCN1064 DSCN1068 DSCN1069 DSCN1072 DSCN1076 DSCN1079 DSCN1082 DSCN1084 DSCN1085 DSCN1086 DSCN1087 DSCN1207 DSCN1206 DSCN1205 DSCN1204 DSCN1203 DSCN1202 DSCN1201 DSCN1198 DSCN1194 DSCN1190 DSCN1182 DSCN1177 DSCN1173 DSCN1165 DSCN1163 DSCN1160 DSCN1159 DSCN1157 DSCN1151 DSCN1145 DSCN1143 DSCN1130 DSCN1129 DSCN1113 DSCN1110 DSCN1101 DSCN1096 DSCN1094 DSCN1092 DSCN1236 DSCN1249 DSCN1253 DSCN1257 DSCN1260 DSCN1262 DSCN1264 DSCN1266 DSCN1269 DSCN1279 DSCN1280 DSCN1281 DSCN1282 DSCN8193 DSCN8151 DSCN8155 DSCN8169 DSCN8188

Vera Cruz à Cancùn

Vera Cruz à Cancùn

De retour sur les côtes du Golfe du Mexique, nous en profitons pour de bonnes baignades dans ses eaux chaudes, tout d’abord à Chachalacas puis à la Barra ,petit village de pêcheurs.

DSCN0805 DSCN0806

Nous faisons la visite du site archéologique de Palenque avec un guide Maya passionné qui nous apprend beaucoup de choses sur sa culture et la civilisation étonnament avancée pour l’époque. Chaque temple ou palais était construit avec une orientation bien précise pour qu’aux Solstices le soleil passe à travers certaines ouvertures signalant le moment de planter le maïs. Le nombre d’escaliers et de paliers était en relation avec le calendrier Maya…

DSCN0824 DSCN0830

Le Palacio dans lequel vivait dans le luxe le roi Pakal et sa famille avait l’eau courante pour les toilettes ainsi qu’un bain de vapeur !

DSCN0837 DSCN0842

Le serpent à plume et l’épi de maïs étaient des plus vénérés à en croire les nombreuses représentations sur les frises.

Seule une partie du site a été réhabilitée et notre guide nous amène dans la jungle où nous voyons de nombreux temples envahis par la végétation particulièrement dense.

DSCN0848 DSCN0852 DSCN0856 DSCN0858

Changement de décor avec la visite des cascades de Agua Azul agrémentée d’une baignade dans ses eaux claires.

DSCN0886 DSCN0866 DSCN0868 DSCN0871

Campêche est une jolie petite ville coloniale de bord de mer dont le centre est entouré de fortifications.

DSCN0908 DSCN0889 DSCN0900 DSCN0903 DSCN0906

Pour nous rendre à Celestum, village coincé entre lagune et golfe du Mexique nous traversons des villages où les tricycles motorisés ou non servent non seulement de taxis mais aussi de véhicule familial ou de livraisons.

DSCN0916 DSCN0911 DSCN0914

DSCN0915

La mythique coccinelle qui fut longtemps fabriquée au Mexique est toujours bien présente dans les rues.

DSCN0904 DSCN0910

Les bacs permettant de passer d’une rive à l’autre des embouchures sont aussi très rustiques.

DSCN0812 DSCN0810

A Chichen Itza, autre site archéologique Maya plus tard occupé par les Toltèques nous avons admiré le superbe castillo entouré d’un grand nombre de constructions dont la plate forme des crânes sur la-quelle les Toltèques exhibaient les têtes des sacrifiés.

DSCN0968 DSCN0921 DSCN0933 DSCN0948

Quelques oiseaux que nous avons saisis dans l’objectif et qui chantent dés 6 h du matin.

IMG_1312 IMG_1282 IMG_1299

Alain a voulu  offrir un iguane à Françoise pour son anniversaire comme animal de compagnie, heureusement il n’est pas arrivé à l’attraper !!!

DSCN0957 DSCN0942

A Cancùn, nous laissons Vagabond pour aller passer 10 jours à Cuba.

IMG_1293 DSCN0800 DSCN0817 DSCN0818 DSCN0821 DSCN0822 DSCN0829 DSCN0838 DSCN0845 DSCN0850 DSCN0872 DSCN0887 DSCN0893 DSCN0901 DSCN0924 DSCN0927 DSCN0955 DSCN0959 IMG_1281